LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Fin des Championnats du monde de pétanque Bénin 2023 : Recalé en demi-finale, le Burkina se contente du bronze

Publié le lundi 18 septembre 2023 à 21h50min

PARTAGER :                          
Fin des Championnats du monde de pétanque Bénin 2023 : Recalé en demi-finale, le Burkina se contente du bronze

Le 17 septembre 2023, les Etalons jouaient gros à la demi-finale des championnats du monde de pétanque contre la Roza d’Espagne. Déjà médaillés de bronze, les Etalons nourrissaient l’envie de changer la couleur de leur médaille en or ou argent. Mais que nenni, pourtant ce ne sont pas les opportunités qui ont manqué. Les Etalons ont même, à un certain moment, humé les sensations de la finale. Les Etalons ont perdu 13-8. Cette journée marquait en même temps la fin des championnats du monde de pétanque. Le champion du monde c’est la Thaïlande qui détrône la France de Dylan Rocher, lequel est le champion du monde en tirs de précision à cette édition.

Le tirage au sort pour le jet de bouchon, échoit au Burkina et c’est Nestor Zoromé qui s’en charge, et en même temps effectue son pointage. Ça commence bien pour le Burkina qui prend trois points pour les deux premières mènes contre zéro à l’Espagne. Parmi les supporters, on se taquine, quelqu’un demande si c’est contre le Real ou le Barça que le Burkina joue, cela en référence aux deux plus grands clubs espagnols de football, mais on lui rétorque qu’importe, le Burkina va gagner.

Le podium de la triplette : Thaïlande, Espagne, et sur la petite marche, le Burkina et la France.

L’Espagne va répliquer à la troisième mène, réduisant avec deux points pris. Le Burkina revient aussitôt à la charge successivement avec deux points, puis trois points. On joue la 5e mène et le Burkina mène par 8-2. Les trois mènes qui suivront, les Etalons font du surplace et n’arrivent plus à engranger le moindre point, laissant l’Espagne prendre cinq points et rattrapant le Burkina au score 8-8, après huit mènes

Ce tireur espagnol va désorganiser complètement le dispositif des boules burkinabè.

. A la neuvième mène, les carreaux espagnols désorganisent complètement le dispositif des boules burkinabè, octroyant du même coup cinq points à la partie espagnole, qui totalise donc 13 points. Les Etalons sont sonnés et pris au dépourvu, ils sont battus 13-8 par un adversaire qu’ils ont pourtant dominé pendant cinq mènes. Les Espagnols eux se congratulent, ils sont en finale. Les Etalons sont abattus le ciel leur est tombé dessus, la faute à leur inertie au cours de trois mènes.

Les Etalons avaient l’opportunité de battre les Espagnols.

Le bronze que les Etalons rêvaient de convertir en argent ou or, se révèle être finalement un cauchemar. Dans l’autre demi-finale, entre la France et la Thaïlande, c’est finalement la Thaïlande qui l’emporte par 13-10. Le score en lui-même est suffisamment éloquent sur l’âpreté de la partie. Quant à la finale, elle fut épique, menée pendant des mènes, les Espagnols reviennent dans le jeu, mais finissent par être surpris en perdant 13-11 face à la Thaïlande.

Barthélemy KABORE
Depuis Cotonou

Au terme de la participation du Burkina Faso aux championnats du monde, supporters et dirigeants livrent leurs impressions.

Raphael Kiéma, coach national des Etalons boulistes :

« Pour la demi-finale la victoire était à notre portée, c’est le sport, il faut l’accepter quel que soit le résultat, je crois que le meilleur reste à venir, depuis que j’ai été nommé en 2022, c’est notre première sortie internationale, de surcroît à un championnat du monde, c’est dans ça aussi que j’aurai de l’expérience, pour me corriger pour les prochaines échéances, une troisième place, une médaille de bronze pour le pays, c’est une satisfaction même si je ne le suis pas totalement, depuis Ouagadougou, les joueurs m’avaient promis de mouiller le maillot , et moi mon objectif c’était d’avoir une médaille, chose faite, je rends grâce à Dieu, je félicite les joueurs qui ont mouillé le maillot pour défendre les couleurs du pays et atteindre cet objectif. »

Adama Compaoré dit « Général » :

« Nous remercions Dieu parce qu’on est troisième, il y a des pays qui n’ont même pas pu se qualifier, c’est vrai pour les détails de la compétition, il y a toujours quelque chose à dire, des regrets ne manquent pas, mais gardons le résultat final qui est bon à prendre, pour l’organisation, rien à signaler, on a été bien accueillis »

Simon Zongo, président de la ligue régionale du Centre de pétanque :

« Nous ne pouvons que tirer les leçons de ce qui s’est passé lors de la demi-finale contre l’Espagne, on a pourtant de bons joueurs, très engagés, mais hélas ça n’a pas donné, je crois que quelque chose a raté à la dernière minute, on ne peut pas comprendre que l’on mène une équipe 8-3, et après perdre 13-8, l’équipe adverse est donc venue prendre jusqu’à 10 points et nos éléments sont là stationnés, ils ne bougent plus, il y a quelque chose qui ne va pas, soit il y a eu une déconcentration, une incompréhension, mais c’est ça aussi le sport, et surtout en pétanque ça arrive. Mais globalement le bilan est satisfaisant, sur une trentaine de pays, nous avons eu deux médailles, en doublette mixte et en triplette. »

Issouf Kinda, premier vice-président du secrétariat chargé des relations extérieures de la Fédération burkinabè de pétanque, chef de mission des supporters pour Cotonou :

« Les enseignements que nous tirons de la prestation de nos Etalons, est qu’il va falloir que nous corrigions nos erreurs, on a fait des bêtises qui nous ont coûté chères, sinon que la finale était à notre portée, vous voyez même que l’Espagne était hors du jeu, les Etalons ont contrôlé le jeu, et l’issue d’une seule mène, ils sont carrément sortis du jeu, nous devons contrôler nos émotions, dirigeants, joueurs et supporters au cours du jeu pour l’avenir, c’est la pression qui a fait que les Etalons ont raté leurs finales. Les supporters qui sont venus, ont joué leurs partitions, quand vous voyez la trentaine de pays qui étaient là, aucun n’a amené autant de supporters que nous, je ne compte pas le Bénin parce que le Bénin est chez lui, je tire mon chapeau à tous les supporters qui ont fait le déplacement de Cotonou, nous allons mieux coordonner les prochaines sorties de supporters avec l’Union nationale des supporters des Etalons, afin que cela soit un succès. »

Propos recueillis par B KABORE

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Faso Foot : Les arbitres prêts à reprendre les sifflets