LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “« L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli. » Proverbe africain” 

Prix du journalisme sur la paix et la cohésion sociale : Les journalistes du Lefaso.net Cryspin Laoundiki et Herman Bassolé lauréats

Publié le dimanche 17 septembre 2023 à 20h45min

PARTAGER :                          
Prix du journalisme sur la paix et la cohésion sociale : Les journalistes du Lefaso.net Cryspin Laoundiki et Herman Bassolé lauréats

Cryspin Laoundiki et Frédéric Herman Bassolé sont les deux premiers de la 2e édition du Prix du journalisme sur la paix et la cohésion sociale (PJPCS) dans la catégorie presse en ligne. La soirée de récompense des lauréats s’est tenue ce vendredi 15 septembre 2023, à Ouagadougou.

Pour cette édition, il n’y a pas eu de deuxième rang dans la catégorie presse en ligne. Les journalistes de Lefaso.net occupent donc tous le premier rang avec la moyenne de 12,80. L’oeuvre primée de Cryspin Laoundiki est « Reconquête du territoire : À Dassa, entre résilience et traumatisme, les FDS et VDP ramènent la quiétude » et celui de Herman Bassolé est « Réponse humanitaire au Burkina : Roukiatou Maïga, l’amazone qui redonne espoir aux personnes déplacées internes à Dori ».

Cryspin Laoundiki et Herman Bassolé ont tous les deux bénéficié chacun d’une somme de 300 000 francs CFA, d’une attestation et d’un trophée. Monsieur Laoundiki présente brièvement le reportage qui lui a valu cette récompense.

« On a passé toute une journée là-bas. On a fait un tour au marché, dans les écoles et les rues pour recueillir le témoignage des populations. Ils étaient contents et confiants [… ] », Cryspin Laoundiki, lauréat de la 2e édition du PJPCS, presse en ligne.

« On a fait un tour à Dassa, une commune de la région du Centre-ouest qui était jadis envahie par les terroristes dans la période de janvier à mars 2023. Mais qui a été reprise par les forces de défense et de sécurité qui ont ramené la quiétude dans la localité. Nous sommes donc allés découvrir comment la vie a repris dans cette commune. C’est pourquoi j’ai titré l’œuvre : “ Reconquête du territoire : À Dassa, entre résilience et traumatisme, les FDS et VDP ramènent la quiétude’’ », a-t-il relaté.

Selon le lauréat, il n’y a eu aucune difficulté dans la collecte des informations car les gens avaient hâte de relater ce qui s’est passé en souhaitant que leurs témoignages rassurent ceux qui hésitent toujours à revenir au bercail à cause de la peur.

Le journaliste de Burkina24, Willy Sagbe a quant lui, remporté le troisième prix de la 2e édition du Prix journalisme sur la paix et la cohésion sociale (PJPCS) dans la catégorie presse en ligne. Il a obtenu la somme de 150 000 francs CFA, une attestation plus un trophée.

Le journaliste de Burkina24, Willy Sagbe remporte la troisième place dans la catégorie presse en ligne du prix PJCS, grâce à son œuvre « Kady Boly, la brave et résiliente déplacée interne à Kamsontinga »

L’ensemble des œuvres dans les différentes catégories (presse en ligne, presse écrite, radio et télévision) ont été évaluées sur la base de deux principaux critères. C’est ce qu’a annoncé le président du jury, Abbé Paul Dah. « Nous avons retenu deux critères d’ordre général qui sont la pertinence du sujet traité en lien avec le thème de la cohésion sociale et de la paix, et aussi l’accent mis sur la pertinence du contenu pédagogique […] ».

Ainsi, les critères d’ordre spécifiques ont concerné la qualité de l’attaque, la cohérence des transitions, la qualité des illustrations photos, la qualité de l’écriture pour la presse en ligne et écrite. Pour la catégorie radio, la qualité du son, de la narration, et la pertinence des interviews ont constitué les critères d’évaluation. Quant à la télévision, il a s’agit de la qualité de l’image et du son, la qualité de la narration et la pertinence des interviews.

Le jury présidé par l’Abbé Paul Dah au moment de la proclamation des résultats

Au terme des travaux, le jury a fait des recommandations à l’endroit des candidats et de la Commission épiscopale justice et paix, porteuse de l’initiative en vue d’améliorer les prochaines éditions. Il est donc recommandé aux candidats notamment d’améliorer leurs compétences rédactionnelles et de mettre du soin dans leurs productions.

Il a été également suggéré aux organisateurs de mieux redéfinir les critères d’ordre général afin de mieux canaliser les productions. À cela s’ajoute l’institution d’un règlement intérieur du prix PJCS.

« Nous prenons en compte les observations faites par le jury pour améliorer les prochaines éditions », Abbé Herman Ouédraogo, secrétaire général de la Commission épiscopale justice et paix (CJP-Burkina)

L’initiative de ce concours est de la Commission épiscopale justice et paix (CJP-Burkina) en collaboration avec la Conférence épiscopale Burkina Niger et Catholic relief services (CRS). Il vise à promouvoir la paix et la cohésion sociale au Sahel et au Burkina Faso en particulier, à travers le travail qu’abattent les journalistes sur le terrain.

Comparativement à l’édition précédente, ce sont au total 31 œuvres dans les différentes catégories et genres journalistiques qui ont été soumises à l’appréciation du jury contre sept en 2022. Ce qui témoigne de l’engouement des journalistes à participer à cette compétition qui encourage les hommes de médias à être des acteurs de paix et de cohésion sociale.

La 1ère édition du prix PJPCS a été remporté le 30 septembre 2022, par L’abbé Alexis Ouédraogo de la Radio Notre Dame de Kaya.

Hamed Nanéma
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Safer internet Day : C’est ce 24 mai 2024