LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : La faîtière unique des transporteurs routiers s’engage à mettre fin aux transformations anarchiques des véhicules

Publié le mercredi 23 août 2023 à 09h30min

PARTAGER :                          
Burkina : La faîtière unique des transporteurs routiers s’engage à mettre fin aux transformations anarchiques des véhicules

Une délégation de la faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina Faso a rencontré ce mardi 22 août 2023 à Ouagadougou, le directeur général des transports terrestres et maritimes (DGTTM), colonel Kanou Coulibaly pour s’engager à mettre fin aux transformations anarchiques des véhicules.

Pour le colonel Kanou Coulibaly, on parle de véhicules anarchiquement transformés, lorsqu’ en charge, pour un camion isolé, la longueur dépasse 12 mètres, la largeur 2,5 mètres et la hauteur 4 mètres.

" La réglementation donne les dimensions des différents types de véhicules, que ce soit un véhicule isolé ou un véhicule articulé.

Pour un camion isolé, la longueur ne doit pas dépasser 12 mètres et la largeur ne doit pas dépasser 2,5 mètres, mais il y a des gens qui vont transformer le véhicule au-delà de 12 mètres en longueur et au-delà des 2,5 mètres en largeur et quand ils font la charge, la hauteur ne doit pas dépasser 4 mètres mais il y en a qui sont à 6 ou 7 mètres, d’où la qualification d’anarchique", a expliqué colonel Kanou Coulibaly.

colonel Kanou Coulibaly directeur général des transports terrestres et maritimes.

Selon lui, une délégation de la faîtière unique des transporteurs du Burkina est venue s’engager à mettre fin aux véhicules anarchiquement transformés tout en demandant l’accompagnement du gouvernement.

"La délégation de la faîtière unique des transporteurs du Burkina estime qu’il y a en tout un millier de véhicules qui sont concernés. Ils demandent qu’un mécanisme de prise en charge pour la normalisation et l’harmonisation soit fait. Avec l’équipe sur place il y a eu des pistes de solutions et nous allons rendre compte à l’autorité et si elle valide, elles vous seront communiquées. Les mauvaises pratiques, dans un Etat où il y a des lois, découlent du non-respect de ces lois", a laissé entendre colonel Kanou Coulibaly.

Issoufou Maïga, président la faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina Faso

Pour le président la faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina Faso Issoufou Maïga , dans le souci du ravitaillement complet du pays, ils se sont engagés à approcher le gouvernement en vue d’avoir un dialogue franc et un engagement sincère pour l’harmonisation des véhicules hors normes.

"Les infrastructures routières sont la matière première des transporteurs et nous devons tous les préserver. Il y a eu un dérapage mais nous sommes conscients que quand vous faites ou quand vous êtes en erreur vous essayez de vous repentir tout en vous engageant à la normalisation et c’est cette démarche auprès du gouvernement pour étaler les préoccupations et demander leur accompagnement. Nous sommes venus pour chercher des solutions pérennes. Nous demandons la compréhension pour une mise en route d’un programme consensuel pour réformer nos véhicules", a laissé entendre Issoufou Maïga.

Carine Daramkoum
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Si c’est pour semer le désordre dans le pays les transporteurs sont champions !! On ne compte plus les blocages systématique des voies chaque fois que la police appréhende un de leur membre en infraction. Et que dire des quartiers comme Sankaryare où ils bloquent la circulation avec leurs camions modifiés qui ont de la peine à tourner ! Il faut que toutes ces infractions comme l’interdiction d’emprunter certaines voies ou de rouler à certaines heures soient mises dans la balance. TROP c’est TROP ! Aucune corporation ne fait autant de mal au Faso que ces hors-la-loi de la route ! Et que dire de la corruption des douaniers et des FDS sur la route ? Il faut des ÉTATS GÉNÉRAUX du transport dans ce pays !

  • “Ils demandent qu’un mécanisme de prise en charge pour la normalisation et l’harmonisation soit fait.”........ vous faites vos trucs machins-bizarres et c’est le contribuable qui doit trinquer ? un peu de Cas_meme quoi.
    l’ETAT doit prononcer une interdiction (et faire appliquer cette interdiction dans toute sa rigueur) pure et simple de ces véhicules sur le sol Burkinabè.

  • Franchement ,le monde des transporteurs est un monde de pagailleurs . Et on n’arrive pas à comprendre pourquoi ,les autorités municipales et /ou les autorités en charge du transport dans notre pays n’arrivent jamais à discipliner ce monde . Regardez toute la pagaille dans les quartiers DAPOYA ,NEMNIN OUIDI causés par les chauffeurs routiers ?
    Depuis même un certain temps des chauffeurs routiers sont entrain de transformer certains endroits et la voies principales qui longent la cité ANIII en autogare rétrécissant ainsi la chaussée. Mais où sont donc les responsables des délégations spéciales de OUAGADOUGOU et de l’arrondissement concerné pour ne pas voir l’anarchie qui est entrain de s’installer ? Quid de la Police municipale elle où pour ne pas voir tout cela et prendre les mesures appropriées pour arrêter cette pagaille en gestation pendant qu’il est temps ?. Quant aux transporteurs qui modifient le gabarit de leur véhicule au delà de la normale ,il faut tout simplement les exclure de l’activité de transport .

  • Merci aux transporteurs routiers et aux chauffeurs pour ce que vous abattez comme travail avec tous les risques que cela comporte de nos jours(contexte d’insécurité) pour continuer à assurer l’approvisionnement du pays.

  • Voici encore un exemple patent de notre mal gouvernance ! Nos routes sont dégradés par les surcharges et ces gabarits hors normes. Si on avait sanctionné tout le monde, on aurait des camions en bon état et qui ne sèment plus la mort là où ils passent. Trop, c’est trop ! Stop au laxisme de nos autorités !

  • À force d’être compréhensif, nous voilà tous bien embêtés. La seule solution qui reste à mon avis : donner un délai raisonnable au delà duquel c’est tolérance zéro. Mais il faut tout de même commencer à sévir. Un camion en cours de dépannage sur la voie publique : amende, car la voie publique n’est pas un atelier de réparation. Un camion qui bloque la circulation à un carrefour : amende, car c’est la conséquence de l’inadaptation etc.... Il faut commencer par coller des amendes dans toutes les situations où la circulation sur la voie publique est entravée. Si les transporteurs bloquent un axe routier, que les autorités mettent les camions en fourrière un à un. S’ils veulent, qu’ils cessent leurs activités. C’est l’excès de souplesse à leur égard qui s’est transformé en laxisme et qui a entraîné tout ce désordre. J’ai vu de mes yeux, un véhicule isolé (non articulé) avec cinq (05) essieux porteurs. Objectivement, comment ce véhicule peut circuler sans gêner ? J’ai vu ce véhicule bloqué dans un carrefour à Larlé. À un moment, l’autorité doit sévir. La sensibilisation à assez duré. Les transporteurs eux mêmes savent qu’ils sont en faute.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sofitex Dédougou : Les producteurs de coton passent à la caisse