LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Journée internationale de la Jeunesse : Le Chef de l’Etat invite les jeunes à participer activement au développement du pays

Publié le dimanche 13 août 2023 à 13h14min

PARTAGER :                          
Journée internationale de la Jeunesse : Le Chef de l’Etat invite les jeunes à participer activement au développement du pays

(Ouagadougou, 12 août 2023). Le Président de la Transition, Chef de l’État, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé la cérémonie commémorative de la Journée internationale de la Jeunesse (JIJ) ce samedi à Ouagadougou en présence des représentants des jeunes des treize régions du pays.

Cette JIJ a été une occasion pour les jeunes venus des treize régions du Burkina Faso d’avoir des échanges directs avec le Chef de l’État, le Capitaine Ibrahim TRAORE dans un franc parler.

Très attaché aux questions touchant les jeunes, le Président de la Transition a un regard sur les défis à relever pour leur épanouissement. Il a invité la jeunesse à s’engager davantage, à travers des initiatives innovantes, pour le développement du Burkina Faso.

Pour ce faire "nous pensons beaucoup à la formation professionnelle", a souligné le Chef de l’État qui a rappelé qu’il ne s’agit pas de se former pour des diplômes mais d’apprendre des métiers et d’exercer.

Au-delà de la sécurisation du pays, pour laquelle le Capitaine Ibrahim TRAORE a rendu un hommage aux jeunes qui se sont engagés comme VDP, les jeunes doivent accompagner, par leurs initiatives et leurs actions, le développement de notre pays.

Les jeunes disent reconnaitre les efforts engagés par le Président de la Transition pour la sécurisation du pays et pour l’épanouissement de la jeunesse. Ils ont réaffirmé leur engagement à accompagner la Transition à relever les défis actuels.

Ils ont saisi l’occasion pour égrener leurs préoccupations qui tournent autour de l’employabilité, de la formation professionnelle, de l’accès aux marchés publics et aux financements pour la mise en œuvre de leurs projets. La question sécuritaire et celle liée à l’état des infrastructures routières sont aussi des préoccupations communes des représentants des jeunes de l’ensemble des régions du Burkina Faso.

A ces préoccupations, le Chef de l’État a donné des réponses en appelant les jeunes à plus de responsabilité et de discernement. Les solutions viendront de façon progressive et en fonction des possibilités selon le Capitaine Ibrahim TRAORE.

Direction de la communication de la Présidence du Faso

Portfolio

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 13 août 2023 à 14:04, par Passakziri En réponse à : Journée internationale de la Jeunesse : Le Chef de l’Etat invite les jeunes à participer activement au développement du pays

    Très bien.
    Mais comment résoudre le problème de l employabilité des jeunes tout en travaillant à s’isoler du reste du monde ? Compter seulement sur les milliardaires en CFA et les banques locales peu favorables à l éclosion de nouvelles entreprises est peu prometteur. En pratique, un jeune qui vient avec un projet de création d entreprise par exemple dans lés tic qui nécessite un investissement de 100 millions a t il une chance d accéder à un financement bancaire venant d une famille modeste ? Non . On lui demandera des garanties avant de lui octroyer ce prêt, ce qui est freinant. A l état de mettre fin à cet état de faits en dissociant les financements des entreprises du patrimoine privé par exemple en instituant une banque des entreprises qui sera alimentée par les bénéfices colossaux engrangés par les banques sur le territoire burkinabé auquel on peut ajouter des prélèvements spécifiques provenant par exemple de la supression d une subvention incontrôlée sur les hydrocarbures, et en versant les taxes instaurées pour l effort de guerre dans ce fonds après la guerre , sans oublier les mines. Bref , tout commence par une accessibilité aux financements bancaires appropriés, sinon les montants dérisoires qu on présente souvent comme financements des jeunes ou des femmes pour l entrepreunariat sont des sommes symboliques qui ne font pas naître des entreprises à même de résorber les compétences des jeunes.
    N oublions pas aussi les pratiques esclavagistes au niveau des stages et des conditions d emplois où chacun demande une expérience de x années en oubliant qu il faut bien commencer quelque part.
    Bref, je pense que tout le monde sait où se trouvent les difficultés, il faut juste prendre les bonnes décisions et les faire appliquer.

    Passakziri

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier tour