LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Insertion socioprofessionnelle : le PROMESSE-FP renforce les connaissances et compétences des jeunes filles et femmes âgées de 15 à 35 ans

Publié le vendredi 23 juin 2023 à 13h52min

PARTAGER :                          
Burkina/Insertion socioprofessionnelle : le PROMESSE-FP renforce les connaissances et compétences des jeunes filles et femmes âgées de 15 à 35 ans

Le jeudi 22 juin 2023, l’ONG Solidar Suisse a organisé dans ses locaux à Ouagadougou, une rencontre d’échanges avec les acteurs de la formation professionnelle au Burkina Faso. L’objectif de cette rencontre était de permettre à l’équipe du donateur (ambassade des Pays Bas au Burkina Faso) de s’imprégner des avancées sur le terrain du projet « Promotion de l’accès des filles et des femmes à un système éducatif et de formation professionnelle de qualité dans les régions du Sahel, du Nord, de l’Est et du Centre-nord du Burkina Faso (PROMESSE-FP) », en présentant quelques réalisations.

Avec l’appui financier de l’ambassade du royaume des Pays Bas au Burkina Faso, le consortium Solidar Suisse-Educo-Aflatoun International met en œuvre le projet « Promotion de l’accès des filles et des femmes à un système éducatif et de formation professionnelle de qualité dans les régions du Sahel, du Nord, de l’Est et du Centre-nord du Burkina Faso (PROMESSE-FP) ».

Lancé en mai 2021, le projet PROMESSE-FP a pour objectif d’améliorer l’accès des filles et des femmes des régions d’intervention à un système éducatif et de formation professionnelle de qualité et à des revenus décents.

Les domaines d’intervention du projet sont : la formation professionnelle, la promotion de l’éducation sociale et financière, la promotion des droits sexuels et la santé de la reproduction. Après deux ans de mise en œuvre, on note déjà quelques résultats positifs :

-  10 centres d’éducation et de formation professionnelle (CEFP) mis en place avec 388 jeunes filles et femmes dont 131 de personnes déplacées interne-PDI (34%) formées en 2022 (sur la coiffure, la saponification, l’embouche ovine, la confection d’objets à base de perles, l’éducation sociale et financière, l’entrepreneuriat, etc.) ;

-  1370 filles dont 499 PDI (36%) bénéficiaires de la formation de courte durée dans des ateliers de maîtres artisans modèles sur divers métiers (tissage, saponification, coiffure, énergie solaire, mécanique 02 roues, laiterie, etc.) ;

-  Mise en place de 388 groupes VSLA (Associations villageoises d’épargne et de crédit) regroupant 10.823 filles et femmes dont 3443 PDI (31.81%) avec un montant de 251 519 365 FCFA d’épargne mobilisé au 31 décembre 2022 ;

-  1 235 bénéficiaires outillées à l’usage des TIC pour la promotion de leurs activités ;

-  Mise en place de 50 clubs Aflatoun dans 40 établissements pilotes et 10 CEFP (pour l’organisation régulière de séances de sensibilisation de leurs pairs sur les bonnes aptitudes sociales, la gestion des finances ainsi que la gestion de la santé sexuelle et reproductive.) ;

-  Processus de plaidoyer en cours pour l’intégration de l’éducation sociale et financière (ESF) dans les curricula des enseignements au Burkina Faso, etc.

Le chef de la coopération de l’ambassade des Pays-Bas, Maarten Van Den Bosch, pense qu’il est important d’investir dans la formation des jeunes surtout la formation professionnelle parce qu’il y a toujours un gap entre les besoins du marché et les compétences qui sont apprises à l’école.

Le chef de la coopération de l’ambassade des Pays-Bas Maarten Van Den Bosch

Pour lui, il faut concilier la formation professionnelle et les études afin d’avoir des jeunes compétitifs sur le marché de l’emploi. Le chef de la coopération de l’ambassade des Pays-Bas dit être satisfait des résultats qui ont été présentés.

Selon Dieudonné R. Zaongo, le représentant pays de Solidar Suisse, le choix est laissé aux bénéficiaires de choisir la formation qu’elles veulent faire dans le cadre de ce projet. Ce qui permet aux bénéficiaires de bien s’intéresser à la formation.

« Des centres de formation ont été construits et équipés pour permettre aux bénéficiaires de développer leurs compétences. Les filles et les femmes sont reçues aussi au niveau des maîtres artisans sélectionnés sur la base de critères pour qu’elles reçoivent une formation de courte durée. A l’issue de la formation, elles reçoivent un minimum d’équipements pour leur permettre de pouvoir entreprendre », a indiqué le représentant pays de Solidar Suisse.

Les services techniques des directions régionales de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi des régions d’intervention sont également impliqués dans la mise en œuvre du projet.

Dieudonné Zaongo, le représentant pays de Solidar Suisse au Burkina Faso

« En ce qui concerne les formations en entrepreneuriat, se sont nos services qui assurent ces formations. C’est nous qui suivons les centres de formation professionnelle pour voir si ces centres respectent ce que nous appelons les « référentiels ». Ce sont des documents techniques basés sur des modules de formation. Nous les suivons pour nous assurer que c’est ce que le jeune veut comme formation, et que le formateur suit l’aspect technique pour accompagner le jeune », a expliqué Isaac Diapa, directeur régional de la Jeunesse et de la formation professionnelle et de l’emploi de la région de l’Est.

Isaac Diapa, directeur régional de la jeunesse et de la formation professionnelle et de l’emploi de la région de l’Est

Bénéficiaire de la formation professionnelle, Delphine Kaboré a pu ouvrir un salon de coiffure grâce à l’accompagnement du projet. Pendant neuf mois, elle a appris la coiffure, la saponification et le perlage. Aujourd’hui, madame Kaboré est sollicitée par d’autres projets pour former d’autres personnes dans le perlage. « Grâce au projet PROMESSE-FP ma vie a changé en une année. Aujourd’hui, je donne des formations à d’autres personnes grâce aux connaissances que j’ai acquises. Je ne peux que dire merci aux acteurs du projet », a laissé entendre la bénéficiaire.

En rappel, avec un coût global de 5.869.062.904 FCFA, le projet couvre la période du 21 mai 2021 au 31 décembre 2024, soit 44 mois.

Rama Diallo
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique