LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Soutenance de thèse : Wendnonghen Marc Zongo analyse les enjeux de gouvernance des projets de transformation numérique

Lefaso.net

Publié le jeudi 8 juin 2023 à 18h48min

PARTAGER :                          
Soutenance de thèse : Wendnonghen Marc Zongo analyse les enjeux de gouvernance des projets de transformation numérique

La soutenance de la thèse de doctorat en administration des affaires à l’université du Québec à Trois-Rivières de Wendnonghen Marc Zongo s’est tenue le 1er juin 2023 à 8h30, heure de Montréal, soit 12h30 GMT, sur zoom. C’est devant une quarantaine de participants connectés depuis l’Australie, les États-unis d’Amérique, le Burkina Faso, le Canada et la France que l’impétrant a présenté son travail de recherche. Après délibération du jury, le document a été jugé recevable avec la mention ‘’Très bien’’. Wendnonghen Marc Zongo accède donc au grade de docteur.

Le jury d’évaluation de la thèse était composé du professeur Darli Rodrigues Vieira (président du jury), du professeur Christophe Bredillet, directeur de recherche, les deux étant de l’université du Québec à Trois-Rivières. Il y avait aussi la Dr Magali Simard de l’université Laval et codirectrice de recherche, du Dr Alejandro Torres-Romero de l’université du Québec à Montréal et du Dr Boukary Ouédraogo, ancien directeur des systèmes d’information en santé (DSIS) du ministère de la Santé du Burkina Faso. Ce dernier siégeait au jury comme évaluateur externe. Notons que c’est la DSIS qui a servi de terrain pour la collecte des données de M. Zongo, entre juillet et octobre 2021, au moment où le Dr Ouédraogo en était le directeur. Le projet sur lequel a porté cette recherche est intitulé : "Le projet de digitalisation des processus de la covid-19".

D’entrée, la représentante du doyen des études, madame Julie Charbonneau a salué l’assistance et rappelé les consignes générales. Ce fut alors le tour du président du jury de prendre la parole, de présenter le déroulement de la séance et de passer la parole à l’impétrant qui disposait de 30 minutes pour faire la synthèse de sa recherche. En prenant la parole, M. Zongo a remercié l’auditoire pour sa présence et surtout pour l’intérêt qu’il porte aux enjeux de gouvernance des projets de transformation numérique qui constitue le sujet de sa thèse.

Il présentera par la suite le contexte de sa recherche, la problématique managériale et la problématique théorique, le cadre théorique, le cadre opératoire, les résultats, la discussion de ces résultats, la contribution managériale et la contribution théorique, les forces et les faiblesses de sa recherche ainsi que quelques pistes de recherche future. La présentation s’est achevée par une période de questions.

Dans la présentation du candidat, il est ressorti, entre autres, que l’importance sans cesse croissante des projets de transformation numérique au sein des organisations engendre des enjeux liés à l’encadrement de la relation entre les organisations et ces projets, d’où le choix de ce sujet. Pour contribuer à résoudre ces problèmes, Wendnonghen Marc Zongo a, comme contribution managériale, élaboré une grille d’analyse de la gouvernance des projets. Cette grille est destinée à la fois aux praticiens et aux chercheurs dans leur quête de performance stratégique, tactique et opérationnelle.

Dans leurs interventions, les membres du jury ont salué la qualité de cette recherche et la ténacité de l’impétrant tout au long de sa recherche. Comme recommandation à l’endroit de la DSIS, M. Zongo propose, entre autres, la mise en place d’un bureau de projet qui permettra d’encadrer les projets en cours et à venir, non seulement au sein de la DSIS mais aussi au niveau du ministère de la Santé dans son ensemble. À l’en croire, cela permettra de mieux encadrer ces projets pour une meilleure performance. En effet, cette recherche lui a permis d’identifier plusieurs difficultés de communication, de coordination et d’encadrement qu’il est urgent de résoudre, surtout avec la multitude de projets qui sont en cours et qui sont à venir.

Prenant la parole à son tour, le Dr Boukary Ouédraogo a souligné le fait que cette recherche vient à point nommé car elle aidera le ministère de la Santé du Burkina Faso dans la gouvernance des multiples projets de transformation numérique en cours et qui suscitent des enjeux réels. Il a donc invité l’impétrant à approcher les nouvelles autorités de la DSIS et du ministère de la Santé afin de proposer les outils qu’il a élaborés et qui permettront une meilleure synergie d’action dans le département en ce qui concerne la transformation numérique. Pour illustrer, le Dr Ouédraogo a souligné qu’un inventaire récent a permis d’identifier plus d’une centaine d’applications développées dans différentes directions du ministère de la Santé.

Le problème est que ces projets ne sont pas centralisés au niveau de la DSIS qui est la structure accréditée par le ministère pour encadrer ces projets. Cela crée parfois des doublons, du gaspillage de ressources et des problèmes en termes d’efficacité. D’où l’intérêt de cette recherche.

À la suite des questions, les membres du jury se sont retirés pour délibérer, ce qui a permis aux collègues, aux parents et aux amis de Wendnonghen Marc Zongo d’échanger sur ce sujet d’intérêt. À la suite de leur conclave, le président du jury a annoncé à l’impétrant et à l’assemblée que le jury accepte la thèse en accordant la mention ‘’Très bien’’ à M. Zongo. Ce résultat a été salué avec grande joie par l’assemblée et l’impétrant lui-même. Pour son mot de clôture, madame Charbonneau a félicité le nouveau docteur Wendnonghen Marc Zongo pour son brillant parcours et pour ce diplôme qui constitue un accomplissement personnel pour lui.

Dans son mot de remerciement, le Dr Wendnonghen Marc Zongo a traduit sa reconnaissance au public, à l’ensemble du personnel de l’UQTR, plus particulièrement ses deux codirecteurs qui n’ont ménagé aucun effort pour l’encadrer depuis l’automne 2018. Pour sa part, il les a assurés que c’est avec joie qu’il mettra toute son expertise en gouvernance au service du rayonnement et du développement des institutions qui lui feront appel. Il paraphrasera pour ainsi dire le président Obama en ces termes ‘’ l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts mais d’institutions fortes’’.

En rappel, c’est en 1998 que le doctorat en administration des affaires a été créé, suite à une entente entre les universités du Québec à Trois-Rivières et de Sherbrooke. Son but est de former des gestionnaires capables d’identifier des problématiques rencontrées dans le milieu organisationnel et d’apporter des solutions concrètes pour leur résolution.

Dans leur recherche, les doctorants doivent donc apporter une contribution managériale pour la résolution de ces problèmes, ainsi qu’une contribution théorique pour l’avancement de la pensée managériale. En plus de la grille d’analyse qu’il a élaborée en guise de contribution managériale, Wendnonghen Marc Zongo a, comme contribution théorique, validé un cadre conceptuel qui a été conçu en 2018 pour aider à comprendre le processus de la gouvernance de projet.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sofitex Dédougou : Les producteurs de coton passent à la caisse