LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : La journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues 2023 sous le signe de l’engagement

Publié le vendredi 26 mai 2023 à 19h53min

PARTAGER :                          
Burkina : La journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues 2023 sous le signe de l’engagement

Le groupe thématique Gestion hygiénique des menstrues, sous le leadership du ministère de l’Education nationale de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, a célébré par anticipation la journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues ce vendredi 26 mai 2023 à Kokologo, dans la province du Boulkiemdé, région du Centre-ouest. Le thème de la célébration de la journée est : « Pour la gestion hygiénique des menstrues efficiente et accessible à toutes, je m’engage ». Les ministres en charge de l’éducation nationale, André Joseph Ouédraogo, et son collègue en charge de l’assainissement, Augustin Kaboré, étaient présents à la cérémonie.

La journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues est célébrée tous les 28 mai de chaque année, depuis 2014. Elle a été initiée par les Nations unies.

Ce 26 mai 2023, c’est dans une ambiance féérique que les élèves, parents d’élèves, le personnel enseignant et les autorités ont célébré à Kokologo cette journée. Des cartons de kits hygiéniques ont été remis au encadreurs pour une distribution aux élèves pour contribuer à une meilleure prise en charge de l’hygiène menstruelle en milieu scolaire. S’en est suivie une visite par les autorités de stands de certains partenaires qui s’investissent dans la promotion de l’hygiène menstruelle, notamment la fabrication de serviettes hygiéniques à base de produits locaux pour le bonheur des jeunes filles et des femmes.

Dr Saïdou Diallo chef de la section santé et nutrition et représentant madame la représentante de l’UNICEF au Burkina Faso.

La journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues a été créée pour sensibiliser sur les défis auxquels sont confrontées les jeunes filles et les femmes partout dans le monde, lorsqu’elles font face à leur menstruation, a confié Dr Saïdou Diallo, chef de la section santé et nutrition et représentant madame la représentante de l’UNICEF au Burkina Faso.

Pour lui, cette journée est une occasion de mettre en lumière les inégalités persistantes, les stigmatisations et les tabous qui entourent la menstruation. Dr Diallo a rappelé que chaque femme a le droit de vivre sa période de menstruation de manière sûre, saine et digne.

Le ministre en charge de l’Education nationale, André Joseph Ouédraogo

L’UNICEF et d’autres partenaires comme WaterAid, Plan International, SNV, CRS, travaillent avec le gouvernement pour trouver les solutions les plus appropriées pour répondre au problème lié à la mauvaise gestion hygiénique des menstrues, a indiqué le représentant de la représentante de l’UNICEF au Burkina. L’UNICEF, poursuit-il, accompagne le ministère en charge de l’éducation nationale pour la recherche de solutions pour une bonne gestion hygiénique des menstrues des jeunes filles et des femmes.

Selon le ministre en charge de l’éducation nationale, André Joseph Ouédraogo, l’une des causes incontestables de l’absentéisme des élèves filles à l’école est la mauvaise gestion hygiénique des menstrues. « C’est pourquoi la communauté internationale consacre à la question une journée au plan mondial. Nous sommes là à Kokologo pour marquer notre adhésion à cette vision de l’ONU. Au Burkina cette problématique est tabou. C’est pourquoi j’en appelle à tous les Burkinabè pour qu’ensemble, nous puissions œuvrer à briser tous les tabous qui entourent cette problématique », a demandé le ministre.

Honorine Kabré la représentante des élèves filles.

La directrice générale de l’accès à l’éducation formelle, Rasmata Ouédraogo, a informé qu’en 2021, une étude a été menée pour faire l’état des lieux. Et il est ressorti qu’il y a en moyenne 10% des écoles où il y a des actions de gestion hygiénique des menstrues qui sont menées. Ces actions sont, entre autres, la sensibilisation des filles et des garçons et la disposition des kits hygiéniques. Aussi, le ministère en charge de l’éducation nationale et ses partenaires ont pu former 5 000 enseignants en termes de prise en charge pour mener les activités de la gestion hygiénique des menstrues, a indiqué madame Ouédraogo.

« Je suis profondément consciente de l’impact que les menstruations ont sur nos vies, et je suis déterminée à briser les barrières sociales qui entourent ce processus naturel. Il est temps de mettre fin à la stigmatisation et à la honte associées aux menstruations et de garantir que toutes les filles et les femmes aient accès à des produits d’hygiène menstruelle sûrs et abordables », a laissé entendre pour sa part Honorine Kabré, la représentante des élèves filles.

Pour elle, il est essentiel de garantir l’accès aux produits d’hygiène menstruelle abordables et de qualité pour toutes les filles et les femmes. Surtout pour celles vivant dans des communautés marginalisées et défavorisées. « Personne ne devrait jamais avoir à choisir entre acheter des produits d’hygiène menstruelle ou d’autres produits de nécessité de base. C’est une question de dignité et de droits fondamentaux », a conclu l’élève.

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 28 mai 2023 à 15:09, par Pouya Celestin En réponse à : Burkina / L’UNICEF célèbre la journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues

    C’est l’Etat burkinabé qui a célébré la Journée internationale de l’hygiène menstruelle avec l’appui de de partenaire comme L’UNICEF et bien d’autre. Les PTF, colle les ONG accompagnent l’Etat qui joue son leadership

  • Le 31 mai 2023 à 10:21, par pourquoi En réponse à : Burkina : La journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues 2023 sous le signe de l’engagement

    Il y a lieu de se poser des questions sur le pourquoi toutes ces agences, organisations internationales et ONG sont si empressées d’intervenir encore et toujours autour de l’appareil de reproduction des femmes dans nos pays. Si ce n’est pas pour leur soit disante lutte pour la santé sexuelle des femmes, c’est pour la contraception, ou bien leurs serviettes hygiéniques pour leurs menstrues, ou leur droit à l’avortement, etc...

    Pourquoi ?

    N’y a t il pas des problèmes liés aux femmes en occident ?

    D’où viennent ces kits hygiéniques ? De quoi sont-ils faits ? Pourquoi le reportage n’en parle pas ?

    En attendant, le nombre de jeunes filles avec des difficultés de conception n’a jamais été aussi élevé.

    Juste des questions...

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique