LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Protection sociale : Vers la mise en place d’un programme d’appui à l’autonomisation des ménages pauvres et vulnérables

Publié le jeudi 25 mai 2023 à 17h00min

PARTAGER :                          
Burkina/Protection sociale : Vers la mise en place d’un programme d’appui à l’autonomisation des ménages pauvres et vulnérables

Ce 25 mai 2023 à Ouagadougou, s’est tenu l’atelier national de validation du projet de document du Programme d’appui à l’autonomisation des ménages pauvres et vulnérables (PAMPV). La cérémonie de clôture a été présidée par Karim Zina, secrétaire général du ministère en charge de l’action sociale, représentant sa ministre.

Au sortir des échanges entre les différents acteurs qui ont pris toute la matinée de ce 25 mai, le projet de document a été validé par l’assemblée, en présence de Karim Zina, secrétaire général du ministère en charge de l’action sociale, représentant la ministre.

Clôturant l’atelier, il a signifié que ce document qui vient d’être validé se veut être un outil de mise en œuvre du référentiel national de protection sociale. Lequel document permettra de répondre de façon efficace, réactive et coordonnée aux besoins en matière de filets sociaux, en vue d’un développement humain inclusif et durable.

Vue des acteurs du monde de la protection sociale validant le projet de document du futur programme PAMPV

Ainsi, il a rappelé que le pays s’est engagé à faire de la protection sociale, une réalité à travers la mise en œuvre de ce Programme d’appui à l’autonomisation des ménages pauvres et vulnérables. Car, poursuit-il c’est une condition de la justice sociale et d’un changement dans le monde ainsi que de la réalisation satisfaisante de plusieurs Objectifs de développement durables (ODD).

Par ailleurs, il faut souligner que la mise en œuvre de ce programme d’appui est fait avec le soutien financier de la Banque mondiale, en contrepartie avec celui de l’Etat. Pour ce faire, ce nouveau programme vient pallier les insuffisances et mettre en cohérence les différentes stratégies de filets sociaux à l’échelle nationale.

Ce programme, selon le secrétaire général, vise à accroître l’accès des ménages pauvres et vulnérables aux filets sociaux, tout en renforçant leur résilience face aux chocs et leur autonomisation économique. Lequel programme sera mis en place à travers cinq composantes.

Karim Zina, secrétaire général du ministère en charge de l’action sociale

La composante 1 sera basée sur les transferts monétaires réguliers, la 2e sur les transferts monétaires de réponse aux chocs et la 3e sur l’inclusion économique.
La quatrième renvoie plutôt à la promotion de comportements positifs et le renforcement de la cohésion sociale. La cinquième et la dernière composante se penchera sur la gestion et la pérennisation du programme.

En clair, il est prévu, selon Karim Zina, que pendant les cinq premières années de mise en œuvre, ce programme touche le quintile le plus pauvre de la population, à savoir 877 000 ménages. C’est un programme qui sera en effet financé à hauteur de plus 468 milliards de FCFA. « Mais le gouvernement prévoit un financement de 170 milliards pour les cinq ans à venir, ce qui correspond à une part de financement de 39, 11% », a-t-il souligné.

Yvette Zongo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Marché de Larlé : Il faut libérer l’emprise de la route
Le métier de logisticien avec Bouma Ferdinand Neya