LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

Publié le mardi 23 mai 2023 à 22h27min

PARTAGER :                          
Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

Le Syndicat des pharmaciens du Burkina Faso a animé une conférence de presse ce mardi 23 mai 2023 pour évoquer la situation du secteur pharmaceutique au Burkina Faso. Le principal sujet abordé a trait à l’augmentation des prix des médicaments de spécialités.

Depuis février 2023, les officines pharmaceutiques ont procédé à un réajustement des prix des médicaments de spécialités pharmaceutiques. Des explications des conférenciers du jour, depuis 1994, le syndicat a demandé aux officines d’appliquer une marge de 1,32% sur les médicaments. De cette marge sont déduites toutes leurs charges. Au fil des années et l’inflation aidant, cette marge de 1,32% ne permet plus aux pharmacies de couvrir toutes leurs charges.

Des charges qui sont pourtant à la hausse du fait d’un certain nombre de facteurs. Ce sont, entre autres, les loyers qui peuvent passer de 150 000 à 500 000 voire plus de 1 000 000 de FCFA lorsqu’il s’agit de l’installation d’une pharmacie ; la fiscalité (les pharmacies sont soumises au droit fiscal commun) ; le maintien de la chaîne de froid pour les médicaments thermosensibles ; l’imposition d’une marge incompréhensible de 32% sur les médicaments essentiels génériques CAMEG et consommables qui consacre une vente à perte dans les pharmacies.

Le même arrêté consacre une marge de 37,5% dans le public ; l’insécurité (cambriolage, braquage) qui oblige les pharmaciens à mettre des sommes importantes pour assurer la protection de leurs locaux ; l’inflation généralisée de 14,5% en 2022 ; etc.

Dr Ismaël Bidiga, président du Syndicat des pharmaciens du Burkina Faso.

C’est dans ce contexte donc, que depuis 2016, le syndicat des pharmaciens a entrepris des discussions avec le ministère de la Santé afin de revoir les marges pour leur permettre de tenir leurs engagements. « Les démarches récentes du syndicat ont débuté en 2016 et l’actuel ministre en charge de la santé était secrétaire général puis conseiller technique ; donc la situation ne lui est pas étrangère. Lors de nos discussions, il a toujours été question de fixation de la marge et nous avions proposé des marges au ministère de la Santé. A chaque fois, les autorités usaient de dilatoire en nous faisant miroiter des éventuels allègements fiscaux », a déclaré le président du syndicat, Dr Ismaël Bidiga. C’est donc de guerre lasse, que le syndicat a décidé du réajustement des prix en février 2023 engendrant ainsi une augmentation de 12% pour les médicaments de spécialités. Une augmentation qui selon le syndicat, n’atteint pas le taux d’inflation au Burkina qui est de 14,5%.

Et c’est cette augmentation qui fait grincer des dents au sein de la population et du gouvernement au point où le ministre du commerce a déclaré à l’issue du conseil des ministres du 17 mai 2023 que le gouvernement va fixer des marges plafonds pour les médicaments de spécialités. « Eu égard à l’actualité récente qui nous a permis de constater la flambée généralisée des prix des produits de spécialités dans les officines pharmaceutiques, ce rapport adopté nous permet de poursuivre la procédure en la matière pour fixer désormais des marges plafonds sur les prix des produits de spécialités », avait indiqué le ministre Serge Poda.

Cette sortie du ministre du commerce n’est pas du goût du syndicat, qui estime qu’il n’est pas contre une règlementation des prix des spécialités, mais souhaite que cela soit fait de concert avec toutes les parties comme il l’a toujours souhaité depuis 2016. Selon le syndicat, à l’issue d’une rencontre tenue avec la partie gouvernementale le 18 avril 2023, il était prévu qu’une commission technique soit mise en place pour discuter de tous les points afin d’améliorer l’apport du secteur pharmaceutique sur le système de santé au Burkina Faso.

Mais jusqu’à présent cette commission n’a pas encore été créée. Le syndicat s’interroge donc sur la volonté du gouvernement à aller au dialogue. « Le rapport du conseil des ministres du 17 mai 2023 et l’intervention du ministre en charge du commerce suscitent des interrogations quant à la volonté du gouvernement de dialoguer. « Le ministre dit par ailleurs qu’on assiste à une flambée généralisée des prix des spécialités en février. Nous tenons à rappeler que malgré les difficultés que vit notre pays pour approvisionner certaines zones difficiles d’accès aujourd’hui, le prix du médicament reste approximativement le même à Dori, Djibo, Sebba, Solenzo, Nouna, Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Garango, Réo. Nous saluons au passage, le sens du devoir de nos chers confrères pharmaciens des zones à fort défit sécuritaire. Malgré les difficultés d’approvisionnement, les pertes de leurs produits au cours des attaques de convois, ils continuent de se battre pour assurer leur mission de santé publique et ne répercutent pas leurs charges supplémentaires sur le prix du médicament », a laissé entendre le président du syndicat, ajoutant que le secteur pharmaceutique ne pratique pas de spéculation sur les prix des produits de santé.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Tout compte fait, le syndicat se dit toujours ouvert au dialogue et espère qu’il va se poursuivre avec le gouvernement afin de trouver un compromis acceptable pour tous. « Nous mettons en garde les ministres en charge du commerce et de la santé contre toute décision hasardeuse qui déstructurerait le secteur pharmaceutique privé tout comme les décisions hasardeuses sur la CAMEG en 2016 ont conduit à une déstructuration du secteur public qui souffre aujourd’hui de multiples ruptures. La rupture du circuit d’approvisionnement entraînera inéluctablement une catastrophe sanitaire dont les pharmaciens ne seront pas tenus pour responsables. Il est temps que chacun assume les conséquences de ses actes. Le Burkina vit des périodes difficiles en ce moment et il n’y a aucun intérêt à créer d’autres crises là où les acteurs sont ouverts à la discussion », ont conclu les conférenciers.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

P.-S.

Déclaration liminaire du syndicat des pharmaciens du Burkina Faso sur la situation du secteur Pharmaceutique au Burkina Faso
Déclaration liminaire du syndicat des pharmaciens du Burkina Faso
PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 mai 2023 à 12:58, par razougou En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

    Vous n’avez vraiment pas peur de Dieu. Dieu vous voit.

    • Le 23 mai 2023 à 13:45, par Bon consommateur En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      l’état a peur de Dieu... depuis 1994 le prix du médicament n’a pas augmenté d’un seul franc. Ce sont les pharmaciens qui supportaient. Dis moi si ton sac de riz, ton huile, le haricot cultivé au Burkina a augmenté de combien pour cent !
      Dis moi ton domaine d’activité et je te dirai quel pourcentage d’augmentation depuis 10 ans seulement.
      Les medicaments sont fabriqués hors du Burkina... Donc analyses toi même

    • Le 24 mai 2023 à 06:49, par Geoffroy Wendoumba DIBRI En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      Ceux qui augmentent les prix du carburant, des transports la ne sont pas des burkinabè ? Ils n’ont pas peur de Dieu ? Les medicaments ne marchent pas depuis l’Europe pour venir ici, ils ne marchent pas depuis le port pour venir ici, les impôts, les factures, est ce que l’Etat et la Sonabel ne prennent pas leur argent parce que c’est une question de santé et qu’ils ont peur de Dieu ?? Pourquoi on subventionne l’essence et malgré ca augmente et on accorde aucune subvention aux medicaments specialités et quand ca augmente vous vous plaignez ? Entre le medicament et le carburant on devrait subvetionner lequel ? Pourquoi l’Etat n’aide pas les pharmacies à importer les medicaments pour reduire les couts ? Arrêtons un peu cette mauvaise foi la sous pretexte que c’est une question de santé..

    • Le 24 mai 2023 à 07:35, par Indjaba En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      Au contraire c’est parce qu’ils ont peur de Dieu qu’ils veulent prévenir une crise dans le secteur pharmaceutique qui aurait une répercussion sévère sur le système de santé. N’oubliez pas qu’une pharmacie ne fonctionne pas comme un dépôt d’alcool frelaté que n’importe qui peut ouvrir quand il veut et où il veut. Pour ouvrir une pharmacie, l’état a mis beaucoup de conditions dont être pharmacien et accepter ouvrir quand l’État le décidera et où l’état le décidera. Bref un secteur trop encadré et sans subvention, on fait comment ? C’est mieux que le MPSR 2 discute avec les pharmaciens au lieu de faire du populisme sur le prix d’un produit qui n’est pas fabriqué au Burkina. En quoi , nous Burkinabè pouvons nous mettre un prix plafond à un produit fabriqué en Inde ? Sauf s’il y’a une subvention. On peut plafonner le taux de marge mais le consommateur Vera les variations des prix. Ex : si l’indien livre le produit à 100f en 2023 et que l’état décidé d’une marge de 10% , le consommateur payera le produit à 110f mais si l’indien vend le même produit à 200 f en 2024, le pharmacien appliquera les 10% de l’état mais le consommateur deboursera 220f au lieu de 110. C’est ce que les gens cachent au consommateur en voulant faire du populisme sur le dos du pharmacien. Si l’état a les moyens qu’il subventionne , c’est le seul moyen pour maintenir fixe les prix . Je crains d’ailleurs qu’avec nos choix diplomatiques, que les choses se compliquent aussi dans ce secteur.

  • Le 23 mai 2023 à 13:15, par POTASSE AMER En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

    C’est vraiment méchant, comment augmenter jusqu’a 12% et avoir le courage d’organiser une conference de presse et pour expliquer quoi et à qui ? Que le gouvernement prend ses responsabilités pour fermer purement et simplement toutes pharmacies où la mesure gouvernementale viendrait d’être piètiner.

    • Le 23 mai 2023 à 13:41, par Bon consommateur En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      Mon cher potasse amer. surement que quand tu comprendras tu pourras mieux analyser. La CAMEG a augmenté le comprimé du paracetamol vendu aux pharmacies de 65.« 8% » le 30mars 2023. et c’est signé par le ministre de la santé et celui du commerce qui ont signé. Demande à l’ordre des pharmaciens et tu auras cet arrété.
      on ne vous dit pas tout.

    • Le 24 mai 2023 à 06:56, par Le Penseur Libre (LPL) En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      Vous n’êtes pas sérieux là ! Avez-vous déjà été malade ou avez-vous eu un parent malade à qui on a prescrit des médicaments ? Savez-vous comment ces produits se retrouvent disponibles dans les Officines ? Vous croyez peut-être que c’est une grâce que le secteur privé pharmaceutique existe à côté de celui public ? Eh bien ! Si on fermait toutes les Pharmacies privées, c’est tout le secteur de la santé qui cesserait de fonctionner. Et une catastrophe sanitaire entraîne automatiquement des conséquences sur les autres domaines de vie de la société. Réfléchissez donc avant de parler, même si vous avez une dent contre les Pharmaciens.

  • Le 23 mai 2023 à 13:55, par OUEDRAOGO En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

    Les pharmaciens ont raison. Depuis 1994 l’essence a augmenté et le prix de la nourriture aussi plus de 40%. Et l’état n’a rien fait. Je pense que les deux ministres veulent faire la force a leur profession. De toute façon nous on aime que le prix reste moins cher en tout cas.

  • Le 23 mai 2023 à 15:22, par Wendmi En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

    Autant se taire que de verser ce genre de bouillie sur la place. On a toujours appris en économie que l’inflation est un phénomène conjoncturel. Que cette inflation baisse, vous maintiendrez les prix à son niveau actuel. Et, en qualité de syndicat, savez-vous pour une ville comme ouagadougou, le différentiel de prix pour un médicament de spécialité donné entre les pharmacies ?

    • Le 23 mai 2023 à 19:16, par Lait En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      C’est quand tu seras dans le besoin tu chercheras à comprendre. L’état même a augmenté sa marge allant de 37,5-40% mais ne s’en sort pas. Tous les dépôts publics sont en faillite donc vous voulez que le privé aussi connait le même sort ? C’est quand quelqu’un avec son argent fera le tour du Burkina sans trouver ses produits va connaître la nécessité pour le privé d’assurer la pérennité de ses activités.

    • Le 24 mai 2023 à 12:13, par Lejuré En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

      C’est vraiment là ou le bas blesse.

      Un ami m’a rapporté qu’il a constaté une différence de plus de 5000 fr sur un produit. Une pharmacie étant à une vingtaine de mille tandis que le second à une trentaine de mille pour le même produit.

      Les prix ne peuvent certes, restés fixes, mais s’agissant de produits de première nécessité, il y lieu d’avoir quand-même un sérieux regard la dessus.

      A mon avis le syndicat des pharmaciens devrait travailler à une saine pratique des prix dans le secteur.
      J’ai l’impression qu’il a laisser certaines personnes, trop avides de super-profit, faire ce qu’elles veulent dans le secteur. Ce qui à contaminer le reste de la troupe et nous conduit à cette situation aujourd’hui.

  • Le 23 mai 2023 à 15:24, par KARIM En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

    Cessez vos hypocrisies car les pharmacies ont mille raisons de procéder à ces augmentations.
    Soyez francs avec le peuple , dites-moi quels produits n’ont pas subi d’inflations ; bonnes gens.
    Ex : les bâtiments abritant ces officines ; le carburant ; les condiments ; les poulets et autres denrées de première nécessité ont tous subi des augmentations.
    Seuls les fonctionnaires et autres salariés n ont que leurs yeux pour pleurer. Cessons d’être hypocrites !!!!!!

  • Le 23 mai 2023 à 16:26, par Lexys En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le syndicat des pharmaciens s’explique

    Merci KARIM pour ta francise. Les gens sont prêts à bruler les autres pour montrer au roi son zèle en tant que soutien ou supporter.

  • Le 23 mai 2023 à 19:12, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    Ce qui va tuer ce pays c’est le populisme tout simplement . Comme beaucoup de burkinabè sont très peu instruits et ne comprennent pas le fonctionnement de l’économie surtout pour des produits fabriqués à l’extérieur ,alors on abuse de cette ignorance de la majorité des burkinabé pour leur servir des décisions purement populistes peu importe les conséquences à court ,moyen ou long terme sur la vie de ces mêmes burkinabè . Pourvu que chacun se fasse applaudir immédiatement .Vraiment les burkinabè sont manipulables comme des gamins .
    AYI OUAH

  • Le 23 mai 2023 à 20:11, par HUG En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    Quand vous voyez les embouteillages a ouaga que pensez vous ? Beaucoup trouvenr leur argent en succant le sang des autres.Comment les agents de santé se comportent dans les cliniques privées et dans les centres de santé publiques.Le systéme mis en place par blaise compaoré et ses apprentis ont mis l argent au centre de tous.

  • Le 23 mai 2023 à 20:21, par Dedegueba Sanon En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    Hum ! En 2016 le ministre de la santé de l’époque avait tenté de "placer" maladroitement son pharmacien à la tête de la CAMEG, mal lui en avait pris... Ce coup d’état contre Dr BICABA dont beaucoup pensaient du bien avait échoué... Devinez qui était le SG de ce "ministre putschiste" ? L’actuel ministre de la santé. C’est donc un "match retour" ou la revanche de son chef ? Sauf qu’on était sous le MPP et que maintenant c’est "une transition militarocivile". Le souci est que les militaires ne sont pas souvent instruits aux intrigues des politiciens. Feu Salif disait qu’un bon homme politique devait avoir chaque jour au moins une ou deux intrigues par jour.. Nos FDS qui sont la cheville ouvrière de cette transition ont intérêt à ouvrir l’œil, et le bon.

  • Le 23 mai 2023 à 22:17, par BALLE A TERRE En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    EN 2016 LE MINISTERE A COMMENCE A TUER LE SYSTEME PIUBLIC EN CREANT UN DESORDRE A LA CAMEG. DE NOS JOURS LE SYSTEME PUBLIC N’ARRIVE PAS A TROUVER DES MEDICAMENTS POUR LES MALADES. AUJOURD’HUI ENCORE LES DEUX MINISTRES VEULENT DETRUIRE LE SYSTEME PRIVE A TRAVERS LE PLAFONNEMENT DES PRIX. ILS ONT RAISON CAR ILS PEUVENT PRENDRE DES AVIONS POUR ALLER SE SOIGNER. NOUS NE SOMMES LOGES A LA MEME ENSEIGNE. DONC LE PREMIER MINISTRE DOIT FAIRE ATTENTION A CES DEUX MINISTRES .... NOUS SOMMES DEJA DANS LA DOULEUR. NOUS NE POUVONS PAS ALLER NOUS SOIGNER EN EUROPE PAR MANQUE DE MOYENS LOCAUX.
    BASOLMA LUI MEME A MONTRE SUR LES PLATEAUX IL YA DEUX ANS QUE TOUT A AUGMENTE. DONC NE TUONS PAS LA POULE AUX OEUFS D’OR

  • Le 24 mai 2023 à 10:17, par Norbert OUEDRAOGO En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    Je n’ai pas aimé la menace contre les ministres du commerce et de la santé. Contentez vous de donner vos arguments pour convaincre le consommateur sinon en ouvrant un bras de fer dans le contexte actuel, je vous assure que les pharmaciens sortiront perdants. Donc attention à vos propos !

    • Le 24 mai 2023 à 12:46, par Le Penseur Libre (LPL) En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

      Une mise en garde n’est pas une menace. Le Français est souvent un peu compliqué. Sinon, c’est juste un avertissement, comme une sonnette d’alarme à l’endroit des principaux concernés, sur la survenue d’un danger si certaines précautions n’étaient pas observées dans la fixation des marges dont il est question ici.
      Parce que si les marges dites "plafond" à fixer ne permettent pas aux Pharmacies de fonctionner correctement, elles vont tout naturellement se recentrer sur une short liste de produits "qui tournent bien" et bonjour les ruptures chroniques pour de nombreux autres médicaments pourtant utiles et/ou nécessaires. C’est une règle économique de survie. Vous voyez donc que ça n’a rien de "menaces" .

  • Le 24 mai 2023 à 11:47, par steve En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    Nous estimons qu’il est necessaire d’augmenté ; mais passer de 1.32% à 12 % soyons reieux vous aussi.

  • Le 24 mai 2023 à 13:42, par shalom En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    Je comprends que le syndicat des pharmaciens défende les intérêts de ses membres. Mais nos frères et sœurs pharmaciens devraient reconnaitre que cette augmentation importante des prix des produits pharmaceutiques de spécialité ne peut qu’être impopulaire et inopportune. Le pays tout entier souffre. Donc, nous devrions être solidaires dans la souffrance. J’ai appris qu’en fait, cette augmentation est due au fait que certaines pharmacies sont géographiquement mal positionnées si bien qu’elles ne fonctionnement pas bien (peu de clientèle). Dans ces conditions, n’était-il pas sage de négocier avec le Ministère de la santé pour que ces pharmacies soient délocalisées ? Une des conséquences de cette augmentation, c’est le recours de plus en plus important à la pharmacopée.

  • Le 25 mai 2023 à 12:36, par Welore En réponse à : Augmentation des prix des médicaments : Le Syndicat des pharmaciens s’explique

    L’Etat doit s’assumer en encadrant bien le secteur et en devenant un acteur majeur dans l’importation, la distribution des produits et consommables médicaux ou ouvrir le secteur à tous les commerçants capables de le faire et là il devrait avoir un organe qui sera sans pitié sur tous les manquements.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique