LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Assemblée législative de transition : Le secrétaire général de l’Union interparlementaire échange avec Ousmane Bougouma

Publié le dimanche 21 mai 2023 à 21h45min

PARTAGER :                          
Assemblée législative de transition : Le secrétaire général de l’Union interparlementaire échange avec Ousmane Bougouma

« Aujourd’hui, il vous incombe de mettre en place des fondations solides à l’épreuve des crises qui pourraient subvenir à l’avenir », a exhorté Martin Chungong, secrétaire général de l’Union interparlementaire (UIP). Il s’est exprimé ce samedi 20 mai 2023 à Ouagadougou, lors de sa rencontre avec le président de l’Assemblée législative de transition (ALT), Dr Ousmane Bougouma, et ses collaborateurs.

C’est un message de solidarité et de soutien sans faille à l’ALT et, partant, au peuple burkinabè, que Martin Chungong a lancé à l’issue de son audience avec le président du parlement burkinabè. Ce, en vue d’encourager et d’accompagner le Burkina Faso dans sa dynamique de refondation et de bonne gouvernance.
« Nous sommes là pour soutenir l’Assemblée législative de transition. Nous ne pouvons pas l’exclure comme certains l’ont fait. C’est pourquoi nous estimons qu’il est nécessaire que l’on travaille ensemble pour régler les problèmes du peuple burkinabè », a indiqué le secrétaire général de l’UIP.

Le secrétaire général de l’UIP, Martin Chungong, accueilli par le président de l’ALT, Dr Ousmane Bougouma.

Faire preuve de transparence

Si Martin Chungong souligne que le soutien de l’UIP à l’endroit de l’ALT va s’accentuer essentiellement sur le volet technique et formation afin de l’aider à relever les défis actuels, il invite cependant les autorités à faire preuve de transparence.
« C’est bien de mener des activités au profit des populations. Mais il est intéressant que le peuple soit au courant de ce qui se passe au sein des institutions à l’instar de l’ALT, pour qu’il puisse apporter également sa contribution à l’édifice », mentionne M. Chungong.
Il faut de la transparence de la part des institutions vis-à-vis des populations. Car c’est le manque de transparence, dit-il, qui engendre beaucoup de problèmes dans de nombreux pays.

« Mon histoire d’amour avec le Burkina Faso date de longtemps (1994), au moment de l’Assemblée des députés du peuple qui venait d’être instaurée », Martin Chungong, secrétaire général de l’UIP.

Pour le secrétaire général de l’UIP, il faut donc que le parlement et les autres institutions de la république soient transparents et accessibles. « Les institutions sont renfermées sur elles-mêmes de sorte à ériger des barrières qui empêchent les citoyens d’accéder à leurs locaux et de bénéficier de leurs services. Toute chose qui fait naître les frustrations », a-t-il affirmé.

Vers une démystification des pouvoirs publics

Dans la dynamique de promouvoir une véritable démocratie respectueuse des droits de l’homme tout en privilégiant l’intérêt commun, Martin Chungong, à travers les valeurs prônées par l’UIP, dit vouloir démystifier le pouvoir. Une vision qui consiste à sensibiliser et exhorter les dirigeants des États sur leur rôle de « serviteurs du peuple ».

« Nous sommes disposés à mettre les moyens limités qui sont à notre disposition pour vous aider à accomplir vos missions », Martin Chungong.

Le président de l’ALT, Dr Ousmane Bougouma, pour sa part, s’est réjoui de la visite du président de l’UIP, qui symbolise l’amitié et la fraternité à l’égard du peuple burkinabè. « Nous traduisons notre reconnaissance au secrétaire général de l’UIP qui est venu s’imprégner des réalités que nous vivons afin de pouvoir mieux nous apporter son soutien pour faire face aux défis. Ne dit-on pas que c’est pendant les moments difficiles que l’on reconnaît ses vrais amis ? », a déclaré Dr Bougouma.
Au cours de l’audience accordée au secrétaire général de l’UIP, plusieurs sujets ont été abordés, notamment la crise sécuritaire et humanitaire. Pour matérialiser ce partenariat entre l’UIP et l’ALT, les deux partIes ont signé un protocole d’accord pour une durée d’un an renouvelable (du 1er juin 2023 au 31 mai 2024).

« Nous avons eu une séance de travail avec nos collègues députés qui a abouti à ce que nous paraphions un protocole d’accord », Dr Ousmane Bougouma, président de l’ALT.

L’objectif du protocole d’accord

Ce protocole d’accord a pour objectif de mettre en place un cadre de coopération pour la mise en œuvre de projets qui apportent un appui technique à l’ALT pour l’accomplissement de ses missions, dans le cadre de la transition et du retour à l’ordre constitutionnel.

Lesdits projets porteront notamment sur l’accompagnement de l’ALT dans l’élaboration et la mise en œuvre de la feuille de route relative à sa contribution au processus de transition. Mais aussi sur une assistance technique au profit des députés et du personnel de l’hémicycle.

Le secrétaire général de l’UIP a pris connaissance du mode de fonctionnement du parlement burkinabè.

Pour rappel, l’Union interparlementaire est l’organisation mondiale des parlements nationaux. Elle a été fondée en 1889 par un petit groupe de parlementaires qui se consacraient à la promotion de la paix par la diplomatie et le dialogue parlementaires. Et depuis, l’UIP est devenue l’organisation véritablement mondiale des parlements nationaux avec 179 parlements membres et quatorze membres associés.

L’UIP favorise la diplomatie parlementaire tout en offrant aux parlements et aux parlementaires les moyens de promouvoir la paix, la démocratie et le développement durable dans le monde. Sa vision est d’œuvrer pour un monde dans lequel chaque voix compte, un monde où la démocratie et les parlements sont au service des citoyens pour promouvoir la paix et le développement.

Hamed NANEMA
Lefaso.net
Crédit photos : ALT

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique