LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

Publié le dimanche 14 mai 2023 à 22h45min

PARTAGER :                          
Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

Le gouvernement burkinabè a, depuis quelques mois, lancé un processus de réformes foncières et de promotion immobilière qui, constate-t-on, suscite des inquiétudes chez nombre d’acteurs du secteur, dont le Syndicat national des travailleurs de l’immobilier et assimilés (SYNTIA), qui affirme que cette réforme envisagée par le gouvernement expose 33 327 travailleurs directs et 43 300 travailleurs indirects. C’est pourquoi, ce samedi 13 mai 2023 à la Bourse du travail de Ouagadougou, le syndicat a sonné la mobilisation de ses membres par un meeting, dont l’objectif principal est de, selon ses responsables, rassembler les préoccupations des employés en vue d’une rencontre à venir avec l’Assemblée législative de transition (ALT).

Depuis janvier 2022, le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme a entrepris un projet de reformes de la promotion immobilière, explique le premier responsable du Syndicat national des travailleurs de l’immobilier et assimilés (SYNTIA), Félix Lankoandé. « Nous regrettons que dans toutes les étapes, le ministère ne nous ait pas associés dans le processus, alors que sur 275 sociétés immobilières, le nombre de travailleurs directs est de 33 327 et de 43 300 travailleurs indirects. C’est regrettable que dans un secteur où il y a tant de personnes, on associe certains acteurs et qu’on oublie les travailleurs. Ce n’est pas suffisamment inclusif », soulève le porte-parole des travailleurs.

« Heureusement, et c’est l’occasion pour nous de féliciter les membres de l’ALT (Assemblée législative de transition), à travers le président, Dr Bougouma (Ousmane), nous avons reçu une lettre d’invitation entrant dans le cadre des échanges avec les travailleurs du secteur », salue-t-il ensuite, justifiant ainsi la tenue du meeting qui vise à récolter l’ensemble des préoccupations des travailleurs pour cette rencontre avec le législateur.

A en croire Félix Lankoandé, il s’agit de récolter l’ensemble des préoccupations par rapport à cette volonté du gouvernement de réformer le secteur des sociétés immobilières, faire un état des lieux des difficultés que traversent les travailleurs dans les entreprises. « Il y a des menaces sérieuses sur la survie de nos emplois. En réalité, le projet de loi, s’il passe en l’état, beaucoup de sociétés vont fermer. Et qui dit société dit patron et employés. Cela va donc dans l’intérêt des travailleurs d’attirer l’attention de l’autorité. Certes, c’est un projet de loi, donc qui vient du gouvernement, mais ce sont les députés qui vont décider. Nous pensons qu’ils doivent se rappeler que derrière le projet de loi, il y a des emplois en jeu et la loi en tant qu’outil de développement doit prendre en compte la préservation des acquis des travailleurs.

Notre principale préoccupation à l’heure actuelle, c’est de dire que l’urgence n’est pas la réforme de la loi 057 portant promotion immobilière au Burkina Faso ; l’urgence se trouve ailleurs. Les députés, dans leur mission de contrôle de l’action gouvernementale, nous les invitons humblement à procéder à une enquête parlementaire, précisément au niveau du ministère de l’Urbanisme, sur l’état des lieux du traitement des dossiers déposés par les sociétés immobilières ; parce que c’est là-bas que le problème se situe, le problème n’est pas dans l’application de la loi. Et même si c’était dans l’application de la loi, c’est au ministère et non au niveau des promoteurs. Et c’est pour cela qu’on parle de passif.

Le passif est constitué de l’ensemble des dossiers déposés par les sociétés de promotion immobilière, depuis 2016 jusqu’à aujourd’hui, et qui traînent. Comment des sociétés reconnues et agréées introduisent des dossiers qui doivent être traités en un mois, mais de 2016 à aujourd’hui… nous sommes à combien de mois ? Et vous voulez reformer la loi ! Que faites-vous des dossiers qui sont empilés dans le ministère ? Donc, l’urgence se trouve à ce niveau, et seule une enquête peut éclairer suffisamment les députés pour qu’ils soient en mesure de voir quelles sont les priorités à prendre en compte dans l’adoption de la loi, pour améliorer les procédures (si les délais posent problème, il faut les revoir) et aussi voir derrière chaque société immobilière, qu’est-ce qui ne va pas et parallèlement à la survie des emplois », s’est étalé le porte-parole des travailleurs, Félix Lankoandé.

Pour illustrer la pertinence de leur démarche, le responsable syndical rappelle aux autorités que « le taux de chômage au Burkina Faso est élevé, le dernier recensement général des populations de 2022 parle de 7,1% de la population active en chômage ». De son avis, cela est une raison de plus pour ne pas mettre dans un secteur d’activité des chômeurs, et dans un pays où les recrutements ne sont pas faciles.

O.L
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 14 mai 2023 à 22:13, par Bigbale En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    Mes amis, on peut simplement vous conseiller de commencer à chercher du travail ailleurs car si vous pensez que l’avenir de 33.000 personnes (reste à le prouver d’ailleurs) est plus important que la survie de toute une Nation, vous perdez votre temps. Vous aurez le temps de constater que vos dits clients ne sont pas dupes ! Ils ne viendront plus chez vous chercher une parcelle ou un logement car vous êtes d’un coeur si noir que vous n’avez pas dit que vous êtes incapables de leur fournir un document foncier qui les securise devant la Loi. Mes amis, vous avez trahi les bonnes intentions de Roch de favoriser l’accès au logement et vous vous êtes suffisament enrichis sur le dos des paysans du peri-urbain qui vous ont livré leurs terres pour 1 pièce d’argent. Vos patrons ont tellement engrangé des centaines de milliards sans avoir investi quelque chose sur le terrain, qu’ils peuvent payer vos salaires sur 100 ans sans que vous n’ayiez besoin de travail. Alors, cessez d’emmerder les gens qui ont d’autres préoccupations.pour cette Nation !

  • Le 15 mai 2023 à 01:23, par Bob En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    ORD, AVV, ONBAH, FASO YAAR etc, ces structures extatiques ont été fermées jetant à la rue plus de 50000 travailleurs et des millions de bénéficiaires, collaborateurs, fournisseurs au nom du programme d’ajustement structurel, PAS. A l’époque il y avait 10 millions de burkinabé et cela n’a donné aucun résultat. Aujourd’hui pour préserver la paix sociale, l’accès des générations futures au logement, La Défense de l’agriculture et de l’élevage dans le futur on hésiterait de mettre à la rue 3000 démarcheurs et commis des escrocs immobiliers ? 3000 emplois pour près de 300 sociétés immobilières c’est 10 employés par société. Or avec les 2500 milliards de FCFA que ces gens prétendent détenir on pourrait créer 1000 sociétés industrielles qui emploient au moins 100000 personnes. Si vous n’étiez pas des égoïstes sans ambition, vous lutteriez plutôt pour que les promoteurs immobiliers abandonnent cette activité sans valeur ajoutée réelle et sans avenir. Pensez vous que le Burkina s’agrandit de telle sorte qu’il y ait au fur et à mesure que les terres soient vendus de nouvelles terres à vendre ? Un homme intègre ne se laisse pas manipuler pour les quelques miettes que vos patrons vous versent. La nouvelle loi sera adoptée et les vrais promoteurs immobiliers vont s’adapter. Pendant qu’on y est pourquoi vous ne vous opposez pas au code pénal ?

  • Le 15 mai 2023 à 10:21, par Sheikhy En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    Bon, il faut demander au Dr Bougouma de demander au gouvernement de préparer une Loi pour mettre tout le pays en promotion immobilière. Voila, comme ça, chacun saura comment se chercher dans cette jungle et cela aura l’avantage d’être claire.
    Quand même, on comprend pourquoi certaines choses peuvent se passer au Faso...

  • Le 15 mai 2023 à 11:20, par TANGA En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    Regardez comment chacun brille. Gros gros comme ça. Pendant ce temps les propriétaires terriens sont dans la galère.

  • Le 15 mai 2023 à 13:43, par Banga En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    Vous êtes hypocrites vous êtes plus de problème que de résoudre et vous êtes mal payer c’est pas du bon travail que vous faites, l’Etat doit mettre de l’ordre dans le domaine foncier les villageois n’ont plus de terre pour cultiver car les sociétés immobilières ont tous pris .

  • Le 15 mai 2023 à 14:44, par Espérance En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    Si l’Etat n’avais pas agréé toutes ces sociétés, on en serait pas là. Je pense que le problème c’est surtout ceux qui ont payé ces parcelles (pour la plupart sous crédit bancaire) et y habite déjà avec leurs familles. Qu’est-ce que la nouvelle loi prévoit pour ces nombreuses personnes ?

  • Le 15 mai 2023 à 15:21, par @@GOG En réponse à : Reforme sur la promotion immobilière au Burkina : Des employés craignent pour leur emploi et le manifestent

    Je me demande pourquoi l’ALT traine à voter la loi.De quoi a-t-elle peur ?
    Cette loi doit être votée pour l’intérêt supérieur de la nation.Dans cette merde engendrée par certains vereux promoteurs immobiliers, l’Etat doit s’assumer fermement,sans parti pris.
    Trop de bavardages et de tergiversations inutiles à ce propos.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique