LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Santé au Burkina Faso : L’hôpital Paul VI lance le projet Pool Mère enfant

Publié le mercredi 5 avril 2023 à 17h22min

PARTAGER :                          
Santé au Burkina Faso : L’hôpital Paul VI lance le projet Pool Mère enfant

L’hôpital Paul VI de Ouagadougou a procédé au lancement officiel du projet Pool Mère enfant ce mercredi 5 avril 2023 au sein de l’hôpital. Le projet est financé par l’ambassade du Japon. Le projet du pôle mère-enfant peut être divisé en cinq zones permettant une prise en charge complète des mères et des enfants de moins de 18 ans.

Les acteurs chargés de la construction des infrastructures ont un délai de quatre mois pour finir les travaux. A en croire le directeur général de l’hôpital Paul VI, Abbé Bernard Compaoré, ce projet de réhabilitation et de construction de service pédiatrique complet permettra le renforcement des infrastructures de la pédiatrie ainsi que de la maternité. Et la réduction du nombre d’évacuations vers les autres hôpitaux du fait de l’insuffisance du plateau technique et surtout d’offrir des soins de qualité.

Le directeur général de l’hôpital a indiqué que ce projet va mieux aider à accroître l’offre de santé, à travailler à rendre les populations plus sereines. Et aussi à accroître l’économie de l’hôpital.

« Nous nous engageons d’ores et déjà à mettre les ressources et les moyens nécessaires pour respecter les termes contractuels de ce protocole et à offrir les infrastructures de qualité pour nos populations. Ce projet est donc aussi pertinent que salutaire surtout dans ce contexte international difficile où les financements se font de plus en plus rares », a laissé entendre l’abbé Compaoré.

Le chargé d’affaires de l’ambassade du Japon

Pour le représentant du cardinal Philippe Ouédraogo, l’abbé Alfred Ouédraogo vicaire général de l’archidiocèse de Ouagadougou, la mise en œuvre de ce projet révèle une importance capitale. Parce qu’avec le titre d’hôpital, l’établissement doit être à même d’offrir des soins d’une certaine qualité.

« Grâce à l’empire du soleil levant nous avons acquis un financement pour la réalisation de la nouvelle pédiatrie. Cela va contribuer à accroître non seulement la capacité d’accueil dans cet hôpital mais aussi la qualité de l’offre sanitaire pour les enfants et pour les femmes. Ce qui est important pour l’hôpital et pour toute la population », a précisé le vicaire général.

A l’entame de son propos, le chargé d’affaires de l’ambassade du Japon, Yoshiaki Hatta a précisé que le projet est une initiative 100/% des Burkinabè. Et que le Japon est juste un accompagnateur. Selon lui, le besoin en santé est de 100%. C’est ce qui motive l’action de l’ambassade du Japon.

Le représentant du cardinal Philippe Ouédraogo, l’abbé Alfred Ouédraogo vicaire général archidiocèse de Ouagadougou

Le financement de ce projet par le Japon est un soutien aux efforts du gouvernement burkinabè qui, à travers le plan national de développement sanitaire 2015-2024, entend relever les défis en matière de santé, notamment ceux liés à la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (SMNE).

« L’importance de la santé de la mère et du nouveau-né est indiscutable et universelle, et je suis personnellement heureux d’être témoin du lancement de ce projet. Le présent projet, qui comporte une urgence pédiatrique complète, une salle d’observation, des salles de consultation, un centre de récupération nutritionnelle et une administration, a l’ambition de contribuer à mitiger une pression majeure dans la ville de Ouaga, particulièrement dans le district sanitaire de Signonghin. Au-delà du district, j’imagine que le projet va bénéficier indirectement à plusieurs quartiers périphériques en servant comme une référence de la capitale », a dit monsieur Hatta.

Le directeur général de l’hôpital Paul VI, l’abbé Bernard Compaoré

Le gouvernement du Japon souhaite, à travers cette collaboration, contribuer aux efforts du gouvernement du Burkina Faso pour l’atteinte de la couverture sanitaire universelle. Le chargé d’affaires a exhorté les bénéficiaires au strict respect des clauses contractuelles du projet, convaincu que la qualité des services de santé qui y seront offerts dépendront fortement de la qualité des ouvrages.

« Vivement que la construction de ce nouveau service pédiatrique complet à l’Hôpital Paul VI participe à améliorer la santé du nouveau-né et de l’enfant et surtout qu’il participe à donner l’accès aux soins de santé à tous, y compris les personnes vulnérables », a-t-il terminé.

Rama Diallo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Nutrition : La campagne "Assez" officiellement lancée
Burkina /Jeux de hasard : Les Koudougoulais découvrent LONABET