LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Filière apicole : « Pour avoir un apport nutritionnel conséquent du miel, il faut éviter de l’exposer au soleil, aux hautes températures », recommande l’entreprise Konfyam

Publié le dimanche 2 avril 2023 à 23h45min

PARTAGER :                          
Filière apicole : « Pour avoir un apport nutritionnel conséquent du miel, il faut éviter de l’exposer au soleil, aux hautes températures », recommande l’entreprise Konfyam

Le miel est connu par toutes les civilisations, pour ses multiples vertus. Au Burkina, la filière apicole nourrit de nombreuses familles et apporte des devises à l’Etat. Selon des spécialistes, le miel du Burkina est prisé dans la sous-région ; mieux, il est agréé dans l’espace Union européenne. Deux jeunes burkinabè, Konfé et Yaméogo, entreprise Konfyam, ont décidé d’innover dans le domaine par la mise à la disposition des consommateurs, du miel en stick « Lino ». Avec ces fervents du produit de la ruche, Lefaso.net a levé un coin du voile sur le secteur et ses difficultés.

Lefaso.net : Quelle est la petite histoire qui se cache derrière « Lino » miel ?

Entreprise Konfyam : L’idée a émergé en 2020 de deux amis qui ont réalisé que l’Afrique possède des produits (matières premières) de qualité mais qui sont souvent mal présentés et vendus sans professionnalisme. Nous avons choisi de valoriser les produits ruraux du Burkina Faso, en se concentrant sur le miel pour ses vertus nutritionnelles et pour des raisons de santé. Nous proposons du miel naturel, bio à 100% pur. Bien sûr qui contient tous ses nutriments et est conditionné sous des sticks pour offrir un produit pratique et hygiénique aux consommateurs.

L’entreprise Konfyam qui commercialise « Lino » est avant tout le fruit d’une amitié ; quel est votre domaine de provenance ?

Yaméogo (Wend-N’Bude Donald Thierry) est ingénieur informatique et l’autre ingénieur télécom. Nous nous sommes rencontrés d’une manière fortuite au Gabon, en juillet 2013. Alors que M. Konfé (Abdoul Razak) y était pour les études, M. Yaméogo y était en mission. Nous avons gardé le contact et nous discutions de sujets relatifs au développement et à l’investissement au pays, ce qui nous a amenés à créer le projet de production de miel.

Pourquoi vous vous êtes accordés sur le miel ?

Nous avons beaucoup de projets d’innovation dans notre boîte à idées et le miel en stick était l’innovation la plus pratique, viable, à mettre rapidement sur le marché. Je peux le dire sans me tromper, que nous sommes les premiers à avoir l’idée de mettre le miel au Burkina Faso.

A partir de quand avez-vous commencé la production, à proprement dit ?

La production a commencé en 2020, après l’étape de conception et d’acquisition des équipements ; la mise en service a eu lieu le 31 décembre 2020.

Doit-on comprendre que vous êtes présents sur tout le processus de production du miel ?

Oui, nous sommes présents sur tout le processus de la production du miel. De la formation en passant par le suivi pratique (placement des ruches, récolte), le transport et le conditionnement, nous sommes-là !

Qu’est-ce qui vous motivé à cela ? Vous auriez pu vous contenter d’aller payer le miel pour venir conditionner dans les sticks, simplement !

Notre propre production de miel ne couvre pas la demande. Nous coopérons avec d’autres producteurs formés aux techniques de notre entreprise pour s’assurer de la qualité du miel qu’ils nous fournissent. Nous contrôlons la qualité du miel de bout en bout, y compris les récipients, pour garantir la qualité, l’hygiène et la sécurité du produit.

Si ce n’est un secret, quelle est la zone que vous avez retenue pour la production (pour placer les ruches) ?

Pour garder l’identité du goût, nous avons effectivement une zone précise et unique de production ; c’est la région des Hauts-Bassins.

Pourquoi les Hauts-Bassins, alors que votre usine d’emballage se trouve dans le Plateau-central ?

Nous avons choisi les Hauts-Bassins pour la production de miel, car il y a l’avantage de la main-d’œuvre qualifiée et la spécificité du goût du miel due à la végétation. De plus, le secteur est bien organisé grâce à l’interprofession. L’usine d’emballage se trouve dans le Plateau-central pour des raisons de proximité des ingénieurs, de la disponibilité de l’électricité, etc. Le choix de la région de l’Est a été écarté en raison du contexte sécuritaire.

D’où vient « Lino » comme nom de marque ?

(Rires) Beaucoup pensent à un prénom d’un de nos enfants mais ce n’est pas le cas. Notre objectif étant de satisfaire le marché local ; nous avons voulu une marque simple, facile à prononcer et captivant. Nous avons donc cherché à savoir comment le miel se dit dans les différentes langues du Burkina et celui en dioula (LI) a attiré notre attention. Nous avons donc baptisé notre marque Lino pour dire le petit miel (en stick).

Peut-on revenir sur la particularité du miel Lino ?

Le miel Lino est un produit raffiné, qui garde tous les nutriments grâce aux techniques de récolte, de filtrage, d’épuration et de raffinage. Il est récolté sans flamme ni chauffage et pressé à froid pour préserver toutes ses qualités et composantes. La spécificité du miel Lino réside dans sa qualité et dans le fait qu’il est produit de manière naturelle, sans altération de ses nutriments. Les consommateurs doivent être attentifs à la température du liquide dans lequel ils utilisent le miel pour ne pas perdre les nutriments.

Abdoul Razak Konfé (à gauche) et Wend-N’Bude Donald Thierry Yaméogo nourrissent de grands rêves pour KONFYAM.

Vous avez certes votre rigueur qui se déploie sur toute la chaîne, mais comment rassurez-vous que vos collaborateurs respectent les normes que vous vous êtes imposé ?

La meilleure façon de s’assurer que les normes sont respectées, c’est de convaincre les collaborateurs de l’importance de l’hygiène et de la qualité du produit. En impliquant les collaborateurs et en leur montrant l’impact de leur travail sur la santé des consommateurs, ils peuvent mieux comprendre l’enjeu et faire preuve d’ingéniosité dans la mise en place des normes. La répétition étant pédagogique, il faut répéter et répéter la formation des collaborateurs. Les analyses effectuées en laboratoire viennent compléter le travail sur le terrain et renforcent la certitude de la qualité du produit. En somme, nous insistons sur la sensibilisation, la participation active des collaborateurs et les contrôles réguliers pour garantir la qualité du miel Lino.

Quelle est votre capacité de production ?

Nous avons une capacité de production de 25 cartons par jour sur une ligne de production normale et 55 cartons, en doublant les postes d’usinage. Avant la fin de l’année, nous allons inaugurer notre seconde ligne de production.

De nombreux citoyens vous ont découvert au Salon national du miel (SANAM) en novembre 2022 avec ce miel en stick Lino. Où procurez-vous l’emballage ? Ne vous revient-il pas cher, lorsqu’on sait que les petites et moyennes entreprises souffrent de ne pas trouver sur place au Burkina, un établissement spécialisé en la matière ?

Pour l’anecdote, nous avons eu trois infographes, mais le premier a fini par abandonner (il a trouvé que nous étions très exigeants). Après avoir arrêté la maquette définitive, nous avons commencé à prospecter pour l’impression de l’emballage. Malheureusement, on n’a pas pu trouver sur place au Burkina une structure qui pouvait la faire comme nous le souhaitions. Nous tenons à préciser que la conception est faite au Burkina Faso par des Burkinabè. Maintenant, pour l’impression, il fallait faire recours à des structures à l’étranger (surtout au niveau de la lisière, la partie transparente, où l’on voit le stick à l’intérieure du paquet d’emballage).

Avez-vous bénéficié de l’accompagnement de structures nationales de promotion de l’entreprenariat ?

Au Burkina, c’est très compliqué en matière d’entreprenariat. Nous avons approché des structures de financement pour ce projet ; mais hélas ! Beaucoup voyaient un risque de prêter à de jeunes qui étaient à leur tout premier produit. A chaque fois, l’on vous demande d’ouvrir d’abord un compte, de faire des mouvements sur le compte à hauteur de xx montant et après on va voir. Nous avons donc serré davantage la ceinture et avec le courage et la motivation qui nous animaient, nous nous sommes lancés. Mais quand le produit est sorti, après quelque mois, beaucoup nous ont posé la question de savoir si c’était de ce produit que nous voulions le support ? Est-ce que vous avez pu ouvrir le compte ? nous invitent à passer pour que nous discutions de l’avenir…

Quel est le circuit de distribution de Lino ?

Nous avons une chaîne de distribution faite de grossistes, de semi-grossistes et de détaillants, avec une couverture progressive de l’ensemble du territoire national. A l’extérieur du Burkina, des gens prennent l’initiative de venir vers nous, ils prennent le produit et distribuent. Mais nous n’avons pas encore entamé une campagne à l’international ; nous cherchons d’abord à satisfaire le marché intérieur. Nous maximisons sur les alimentations et les grandes boutiques. Ces lieux facilitent la conservation (il y a certaines boutiques qui exposent le produit à la chaleur, ce qui joue sur la qualité). Nous tenons vraiment à préserver la qualité du produit, cela fait que nous veillons sur le circuit de commercialisation.

Dans quelles conditions idéales le miel doit-il se consommer ?

Lorsqu’on veut avoir un apport nutritionnel conséquent, il faut éviter d’exposer le miel au soleil, éviter les hautes températures. Il faut donc conserver le miel dans une température ambiante, ne pas l’exposer au soleil. Les nutritionnistes vous le diront, tout ce qui est porté au feu perd ses vitamines. Donc, le miel Lino étant récolté sans flemme et sans chauffage, nous recommandons à nos clients de l’utiliser dans l’eau tiède (pour ceux qui en consomment avec le thé, laisser le thé infuser dans l’eau chaude avant l’ajout du miel quand l’eau est tiède) ou à température ambiante.

Les gens vantent le mérite du miel… N’y a-t-il pas les mêmes effets que le sucre sur l’être humain ?

Le miel et le sucre sont tous deux des sources de sucre naturel, mais le miel contient des antioxydants, des enzymes et des nutriments qui lui confèrent des avantages pour la santé, notamment un index glycémique plus bas, des propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes, et des effets prébiotiques pour la digestion et énormément d’autres propriétés. Les vertus du miel sont reconnues par nos traditions et prouvées par la science. Nous pouvons citer : renforce du système immunitaire, améliore la fonction cérébrale, aide à la cicatrisation ; il est bien pour la peau, pour les cheveux, il combat l’insomnie, aide à digérer, etc.

Quelle est l’appréciation qu’on fait du miel produit au Burkina ?

C’est un miel qui est très prisé et apprécié. Il a reçu l’agrément pour être commercialisé dans l’espace Union européenne ; ce qui est à féliciter (nos remerciements à tous les acteurs). Dans la sous-région, les gens apprécient le miel du Burkina. Ça fait partie des cadeaux que des visiteurs étrangers ramènent à leurs proches et amis.

Au titre des difficultés dans le secteur, il est fréquemment question des effets des pesticides. Qu’en est-il exactement ?

Avec les sensibilisations et les formations à nos collaborateurs, nous plaçons les ruches dans des zones moins affectées. Même si l’on ne peut pas maîtriser à 100% les mouvements de l’abeille, nous connaissons son périmètre d’envol d’une manière générale.

Quel est l’impact de l’insécurité sur vos activités ?

La situation sécuritaire a un impact sur l’économie nationale et sur tous les secteurs. C’est d’ailleurs une des raisons qui nous a conduits à choisir le miel des Hauts-Bassins au détriment du miel de la région de l’Est, même si cette région (Hauts-Bassins) est de nos jours un peu touchée. Tous les efforts sont tournés sur le secteur sécuritaire avec juste raison, et c’est l’occasion pour nous de souhaiter beaucoup d’encouragement à nos braves FDS et VDP qui combattent pour la restauration de la paix au Faso.

Quel message avez-vous pour tous ceux qui vous lisent et aux potentiels clients ?

Nous remercions tous ceux qui nous font déjà confiance et pour tous ceux qui ne nous connaissent pas encore. Nous les invitons à passer à l’alimentation la plus proche pour s’en procurer, car Lino est votre dose de miel naturel et de bien-être.
En ces temps de carême pour les chrétiens et de jeûne pour les musulmans, Lino peut et doit être un des éléments constituants vos paniers cadeaux à offrir aux amis, proches, collaborateurs, et pour votre propre consommation.

Grand merci à Lefaso.net qui offre l’opportunité aux petites et moyennes entreprises pour davantage se faire connaître.

Merci à nos braves producteurs et à tous nos partenaires… Dieu veille sur le Burkina Faso !

Contacts :
65676824/53492900. E-mail : a.konfe@konfyam.com

Entretien réalisé par O.L.O.
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique