LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Immobilier : Le Projet Cité de la Diaspora du Grand Ouest officiellement lancé

Publié le samedi 1er avril 2023 à 15h00min

PARTAGER :                          
Immobilier : Le Projet Cité de la Diaspora du Grand Ouest officiellement lancé

Le ministre de l’urbanisme, des affaires foncières et de l’habitat, Mikaîlou Sidibé a procédé au lancement officiel du projet « Cité de la diaspora du Grand Ouest (CDGO) » le vendredi 31 mars 2023 à Sowéleni dans la commune de Bama extension Bobo 2010.

Avec déjà une première tranche de 100 villas pavillonnaires de types F3, F4 et F5, le projet est prévu se réaliser en plusieurs tranches pour un total de 1500 logements.

Le projet « Cité de la diaspora du Grand Ouest (CDGO) » fait ainsi suite au grand succès du projet Cité diaspora de Djiguemtenga et compte tenu de la forte demande de logements dans le Grand Ouest qui a conduit le CEGECI à poursuivre le projet Cité diaspora au profit des demandeurs.

Le projet s’inscrit par ailleurs dans le cadre de l’opérationnalisation du Programme national de construction de logements sur toute l’étendue du territoire national (PNCL). L’engagement ayant été pris dans le cadre du PNCL de tenir compte des Burkinabè de la diaspora, le ministère à travers le CEGECI a décidé du lancement d’une opération spécifique en faveur de cette couche de la population à travers une opération dénommée ‘’Projet cité de la diaspora (PCD)’’.

Grâce à une fructueuse collaboration avec la société privée EBB dirigée par Boubacar Barro, le CEGECI a réussi à mobiliser un espace de 100 ha devant accueillir 1500 logements économiques à Sowéleni dans la commune de Bama.
L’accent a également été mis sur l’aménagement du site. Il s’agit entre autres de la connexion aux réseaux d’eau et d’électricité, de l’ouverture et du rechargement de toutes les voies primaires et secondaires avec en plus l’éclairage public.

Les plans ont été améliorés pour tenir compte des préférences de la cible à savoir l’amélioration de l’intégration de garage couvert, le dallage qui permet à l’acquéreur de pouvoir faire une extension en hauteur au besoin, l’augmentation des superficies bâties.

Le projet prévoit à terme la réalisation d’aires de jeux ; d’espaces verts et autres infrastructures d’accompagnement afin de rendre agréable le cadre de vie pour les futurs résidents de la cité.

Les coûts de cession sont de 35 000 000 FCFA pour les villas de type F3, 40 000 000 FCFA pour les F4 et 45 000 000 FCFA pour les F5 avec des conditions souples et accessibles. Un apport personnel minimum de 30% est exigé et le reste fait l’objet d’un contrat qui peut aller jusqu’à trois ans.

Les acquéreurs de ces logements sont entre autres des Burkinabè résidant en Côte-d’Ivoire, Etats-Unis, France, Afrique du Sud, Canada, Togo, Sénégal, Mali et Russie.

Quelques Burkinabè résidant au Burkina Faso ont également pu acquérir des logements sur ce site.

Comme l’indique le ministre en charge de l’urbanisme Mikaîlou Sidibé, ce projet vise à permettre aux compatriotes de la diaspora ressortissants du Grand Ouest de pouvoir disposer de logements décents une fois de retour au pays. « Au regard de ce qu’on a vu et de l’engagement des différents acteurs, nous sommes rassurés que les travaux seront exécutés selon les délais et les cahiers de charge qui ont été confiés au promoteur. Cela rentre en droite ligne au niveau du ministère d’offrir à tout Burkinabè un logement décent et accessible également à sa bourse ».

Le ministre est revenu sur ses propos lors du dernier point de presse du gouvernement lorsqu’il déclarait que la terre appartenait désormais à l’Etat : « Ce sont des reformes qui visent à assainir le foncier de façon générale et également de prévenir les conflits liés à la gestion du foncier et ne visent aucunement à déposséder les propriétaires terriens de leurs terres. Les propriétaires terriens restent propriétaires de leurs terres » rassure le ministre.
Boubacar Barro, président directeur général de la société EBB chargée de la réalisation des villas de la « Cité de la diaspora du Grand Ouest (CDGO) » a montré sa gratitude au CEGECI pour la confiance renouvelée pour bâtir cette cité vu qu’ils travaillent ensemble depuis plusieurs années. « Nous souhaitons donner des logements de qualité à nos concitoyens burkinabè ».

Selon Christian Ouédraogo directeur général du CEGECI, ce sont des logements de standing qui sont à un niveau de finition suffisamment avancé de sorte que le propriétaire n’aura à envoyer que des équipements. « C’est également dans l’objectif de répondre un peu aux attentes des Burkinabè de la diaspora qui aspirent à certaines commodités et au regard du fait qu’ils sont loin. Prendre une maison pour effectuer des travaux de finition veut dire résoudre le problème à moitié. C’est pour ça qu’on a voulu, comme ce sont des produits adressés à la diaspora, que ce soit jusqu’à ce niveau de finition ».

Le ministre à l’issue du lancement, a visité les 60 logements économiques de la Cité de Ouezzin-Ville située au secteur 15 de Bobo-Dioulasso sur la route de Lêgêma.

Haoua Touré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 1er avril 2023 à 19:41, par caca En réponse à : Immobilier : Le Projet Cité de la Diaspora du Grand Ouest officiellement lancé

    C’est un bon projet et les villas proposées intéressantes, par contre, il faut revoir modalité de paiement. 30% d’apport tandis que les pays où vivement ces burkinabé l’apport est de 10%. L’échéance de trois ans aussi pour tout solder manque de réflexion approfondie. En France par exemple un crédit se solde pendant 15 à 25 ans. Chez vous en trois ans seulement. Je comprends pourquoi la lutte contre corruption et les détournement des derniers publics sont des fléaux difficiles à régler. C’est pourquoi les projets restent inachevés dans notre pays. Si je possède cette somme en trois ans, je préférais construire par moi-même.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier tour