LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Droits et santé des femmes au Burkina : Plus de 170 000 bénéficiaires directes en deux ans

Publié le vendredi 24 mars 2023 à 12h58min

PARTAGER :                          
Droits et santé des femmes au Burkina : Plus de 170 000 bénéficiaires directes en deux ans

Equipop et ses partenaires l’Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ_BF), l’association Voix de femmes (VdF), et Initiative Pananetugri pour le bien-être de la femme (IPBF), ont procédé, ce jeudi 23 mars 2023 à Ouagadougou, à la clôture du projet "Droits et santé des femmes au Burkina Faso, prévenir et réduire les vulnérabilités en contexte de crise et post-crise Covid-19".

Renforcer l’empouvoirement des femmes et des filles les plus vulnérables en période de crise sanitaire (Covid-19) en améliorant leur leadership et la prise en charge holistique des VBG (Violence basée sur le genre) était, entre autres, l’objectif recherché par le projet.

Au sortir des deux ans de travaux, selon la chargée de projet et représentante de l’ONG Voix de femmes, Ouangraoua Raketa, le projet a visé à renforcer le pouvoir et les capacités d’action des femmes afin qu’elles soient plus résistantes face à la crise et qu’elles deviennent des actrices de changement, dont les voix comptent dans les décisions.

Il a été mis en œuvre dans trois régions à savoir le Centre, le Centre-nord et les Hauts-Bassins et a touché plus de 170 000 bénéficiaires directes.

"De façon spécifique, il s’est agi d’assurer et améliorer la prise en charge holistique (médicale, juridique, judiciaire et psychologique) des femmes survivantes de violences basées sur le genre dans le cadre des restrictions liées à la pandémie COVID-19. Ensuite de renforcer l’empouvoirement des femmes et des filles face aux conséquences socio-économiques du covid-19 en favorisant notamment l’émergence de jeunes filles et femmes leadeuses capables d’apporter un changement significatif et positif auprès de leurs pairs et de leurs communautés. Enfin, assurer l’intégration des droits des femmes et des filles et la prise en compte des besoins spécifiques des filles et des femmes les plus vulnérables dans les mesures prises par les décideurs politiques lors de la riposte contre le coronavirus", a-t-elle souligné.

Raketa Ouangraoua, chargée de projet et représentante de l’ONG Voix de femmes

A la suite de l’atelier de clôture du projet, un événement mobilisateur a été lancé. L’organisation de cet événement mobilisateur a plusieurs objectifs, selon Ouangraoua Raketa. "Il vise d’abord à présenter les expériences et les acquis du projet à toutes les parties prenantes. Ce sera également un moment d’échanges et de discussions avec les acteurs et actrices du projet ainsi que les bailleurs de fonds mais aussi avec les parties prenantes sur les questions des droits de la femme, l’éradication des violences basées sur le genre. Il s’agira également de recueillir des recommandations et suggestions autour du projet", a-t-elle expliqué.

Carine DARAMKOUM
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique