LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

Publié le mercredi 22 mars 2023 à 09h10min

PARTAGER :                          
Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

La Coalition de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) de la ville de Ouagadougou fait le constat d’une dégradation des conditions de vie des populations de la ville.

Une situation liée entre autres, et selon l’organisation, à la flambée des prix des produits de grande consommation et à l’aggravation de l’insécurité.

Elle dénonce donc l’incapacité du pouvoir de la transition à répondre aux attentes des populations et interpelle sur la question cruciale de la flambée des prix des produits de grande consommation.

Face à la situation qu’elle a dépeinte, la CCVC appelle les populations de la ville de Ouagadougou et des localités environnantes à s’organiser au sein de ses démembrements à travers les arrondissements pour un changement en faveur du peuple. Nous vous proposons, ci-dessous, l’intégralité de la déclaration signée du 21 mars 2023.

Déclaration

DECLARATION SUR LA FLAMBEE DES PRIX DES PRODUITS DE GRANDE CONSOMMATION.

Populations de la ville de Ouagadougou et localités environnantes, organisons-nous au sein des CCVC et mettons-nous à l’œuvre pour contribuer à la construction d’un Mouvement d’Unité Populaire pour le changement révolutionnaire en faveur du peuple et mettre en déroute les plans de soumissions de l’impérialisme et de ses valets locaux.

La situation internationale est marquée de nos jours par la crise du système capitaliste impérialiste mondial et ses corollaires de guerres de pillage et de prédation contre la classe ouvrière et les peuples du monde. En effet, la guerre russo-ukrainienne est en fait une guerre entre la Russie et le bloc US/ OTAN pour l’hégémonie mondiale. Cette situation a pour conséquences entre autres le renchérissement général du coût de la vie (alimentation, énergie, transports, etc.) pour les travailleurs, les peuples du monde et en particulier pour les populations de notre pays.

Face à un tel contexte, la classe ouvrière et les autres masses laborieuses développent des luttes multiformes pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, se dressent contre le système d’oppression et d’exploitation capitaliste impérialiste qui domine le monde.

Dégradation des conditions de vie des populations de la ville liée à la vie chère

Au Burkina Faso, la situation est marquée par les faits majeurs suivants :
L’exacerbation de la crise du système capitaliste impérialiste néocolonial qui se manifeste par les coups d’état à répétition (2 coups d’état en 8 mois), source d’insécurité et d’instabilité politique ;

L’aggravation de l’insécurité, par la multiplication des attaques terroristes endeuillant les populations avec des déplacés internes en nombre toujours croissant, crise sécuritaire qui n’est en réalité autre chose qu’une guerre civile réactionnaire imposée à notre peuple par les puissances impérialistes et leurs alliés locaux. L’on note ainsi :

Plus de 2000 morts aussi bien au sein des FDS que des civils et plus de 2 000 000 de déplacés internes. ;

Des pans entiers du territoire national qui échappent au contrôle du pouvoir central ;

On enregistre de nombreuses destructions d’infrastructures (écoles, mairies de communes rurales, postes de commissariat de police, postes de gendarmerie, installations téléphoniques, électriques, incendies de marchés et yaars etc.).
Cette crise sécuritaire d’ampleur nationale contribue d’une façon ou d’une autre à la dégradation des conditions de vie des populations de la ville de Ouagadougou, capitale du pays.

L’insécurité et le renchérissement du coût de la vie exposent les populations à la vie chère, à la famine, à la misère, bref à la précarité et à une paupérisation accrue et continue ;

L’on note l’augmentation des prix des produits de première nécessité (riz, mais, mil, sorgho, haricot, pain, sucre, savon, huile, etc.). ;

Les boutiques témoins sensées contribuer à l’atténuation du coût de la vie ne fonctionnent que par intermittence, etc. ;

La récente augmentation sensible du prix des produits pharmaceutiques ;
En moins d’un an les MPSR 1 et 2 ont procédé à une triple augmentation du prix des hydrocarbures jamais égalée de 235 F sur le super 91 (jeudi 12 mai 2022 : 100 FCFA, 18 août 2022 : 35 FCFA, samedi 11 février 2023 :100 FCFA).
Ces hausses successives contribuent encore à un renchérissement du coût de la vie.

Toutes ces hausses des prix se traduisent par un taux d’inflation de 17%, l’un des taux le plus élevé de la sous-région sinon le taux le plus élevé. Ce taux confirme le niveau de dégradation des conditions de vie dans le pays et dans la ville de Ouagadougou en particulier.

La remise en cause des libertés démocratiques et syndicales et une fascisation rampante ;

Ce tableau d’ensemble sur le renchérissement du coût de la vie, la paupérisation accrue, laisse voir le peu d’intérêt du pouvoir des MPSR (1 et 2) pour sortir les populations des villes et des campagnes de la misère que la crise sécuritaire ne saurait à elle seule justifier.

Résultats de l’enquête menée sur l’évolution des prix des produits de première nécessité dans la ville de Ouagadougou entre 2021 à 2023
Pour illustrer la hausse vertigineuse du coût de la vie dans la ville sur les trois dernières années, les CCVC de la ville de Ouagadougou ont procédé à un relevé des prix des produits de grande consommation (maïs, petit mil, sorgho blanc, riz, huile, savon, etc.) dans les boutiques, marchés et yaars des cinq anciens arrondissements de Ouagadougou (Baskuy, Bogodogo, Boulmiougou, Nongr-Massom et Sigh-Nooghin) qui regroupent les 12 arrondissements actuels de la ville.

A l’issue des enquêtes menées sur l’évolution des prix (Cf. Tableau ci-dessous), il ressort :

Pour les produits de grande consommation : Les prix des sacs de 50 kg de riz ont fluctué de 2021 à 2023 entre 29 % et 64 % suivant les yaars et aussi du type de riz utilisé par la grande partie des ménages ; le prix du sac de maïs de 100kg a connu une hausse située entre 54,3% et 71,4%, le bidon d’huile Dinor de 20 litres entre 79,31% et 96,55%, le KG du sucre en poudre entre 20% et 40%, le KG du sucre en carreaux entre 30,76% et 38,46%, le litre d’essence super 91 entre 22% et 38,21%, le Savon CITEC en carton de 24 boules entre 13,33% et 40%.

Tableau sur l’évolution des prix de certains produits de grande consommation

Pour le carburant, à titre indicatif au 3/03/2023, le baril de Brent (159 L) vaut 83,98 dollars américains (83,98 *617,9632 F CFA) soit 51896,5495 FCFA. Le prix du litre à l’international à cette date est donc (51896,5495/159) = 326,3934F. Ce qui signifie que l’augmentation actuelle de 100 F, portant le prix du litre à 850 F ne se justifie pas ;

Dans le domaine du logement :

A Ouaga, il n’y a pas d’Habitat à Loyer Modéré (HLM) ; les marchands de sommeil s’en frottent les mains du fait de la forte demande.

Pour ce qui concerne l’Energie et l’eau :
Les difficultés issues des coupures, des facturations de l’ONEA et de la SONABEL contribuent à accroitre le coût de la vie. En ce début de période de forte chaleur, les difficultés permanentes constatées chaque année refont surface : premières coupures d’électricité déjà enregistrées au niveau de la SONABEL ; qu’en sera-t-il pour l’eau au niveau de l’ONEA ?
Depuis plus de 5 ans, il y a un projet d’électrification de la périphérie de Ouagadougou. Les poteaux sont en place par exemple à SANDOGO, mais il n’y a pas de possibilité de s’y abonner à un prix social.
.
Le chômage, qui sévit particulièrement au niveau de la jeunesse, contribue lui aussi au renchérissement du coût de la vie. Les autorités trompent la jeunesse avec des thèmes relatifs à l’entreprenariat et dans le même temps, elles refusent d’ouvrir Faso-Fani, Brafaso et l’usine de tomate de ZINIARE qui pourraient offrir des milliers d’emplois aux jeunes.

Dans un tel contexte, les populations des villes et des campagnes n’ont d’autre choix que de s’organiser et de lutter pour réaliser l’unité populaire pour un changement révolutionnaire en leur faveur.
La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère, de famine, d’insécurité et de terreur au regard de la montée fulgurante du terrorisme dans de nombreuses régions et localités du pays.
C’est pourquoi, la Coordination des CCVC de la ville de Ouagadougou, fidèle à son engagement de lutter contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés :
Dénonce l’incapacité du pouvoir de la transition à répondre aux attentes sécuritaires des populations des villes et des campagnes ;
Dénonce les errements du pouvoir MPSR qui maintient et poursuit les politiques d’asservissement perpétuel des institutions de Brettons Woods (PAS, PNDES, etc.) ;
Interpelle le pouvoir du MPSR sur la question cruciale qu’est la flambée des prix des produits de grande consommation, la vie chère en général ; car les populations attendent de vraies solutions à ces problèmes, lesquelles solutions passent par l’application de politiques cohérentes privilégiant les intérêts du pays ;
Appelle les populations de la ville de Ouagadougou et des localités environnantes à renforcer les CCVC d’arrondissement et à exiger des autorités la prise en compte effective de leurs préoccupations pressantes qui sont entre autres la défense de l’intégrité du territoire, la sécurité des personnes et des biens, la vie chère, la question foncière ;
Non à la hausse incessante des prix des hydrocarbures ;
Non à la flambée des prix des denrées de grande consommation ;
Non à la paupérisation continue des populations de la ville de Ouagadougou et environnants !
En avant pour la construction d’un mouvement d’unité populaire pour le changement révolutionnaire en faveur du peuple !
Pain et liberté pour le peuple !

LA COORDINATION DES CCVC DE LA VILLE DE OUAGADOUGOU

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 22 mars 2023 à 09:48, par AMADOU En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    BLAISE a fait 27 ans au pouvoir et des Burkinabé mangent l’herbe et n’ont pas d’eau potable pour boire. Comme avait dit DAMIBA que celui qui n’est pas content fasse son coup d’état. C’est quoi même ces histoires de conférence de presse ?

  • Le 22 mars 2023 à 10:41, par Sougrinoma En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Nous avons besoins des Burkinabès qui sont conscient de la nécessité de leurs implications dans la résolution des problèmes du pays. C’est facile d’organiser des conférences de presse pour crier et d’égrener ce qui ne va pas. Toi en tant que Burkinabè, tu fais quoi ? vous pensez que c’est le gouvernement seul qui doit travailler pour ce pays ? Si malgré ces efforts du pouvoir actuel, si malgré leur bonne volonté, si malgré leur engagement actif dans la lutte contre l’insécurité, si malgré les résultats actuels ? vous voyez tout en noir et vous êtes incapables d’appeler à un sursaut patriotique, je me pose véritablement la question si vous vous battez pour le peuple ou pour vous-mêmes. Je viens d’une zone à fort défis sécuritaires et je reconnais les efforts consentis par la transition.

  • Le 22 mars 2023 à 11:56, par La Sagesse Africaine En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    ...La CCVC a toujours été en déphasage avec la réalité qui s’impose au peuple Burkinabè. Hier (en 2014) pendant que le peuple luttait pour s’affranchir d’un régime de dictature (avec Blaise Compaoré et son clan) qui voulaient imposer un passage en force vers un règne à vie en sautant le verrou que constituait l’article 37 de la constitution, la CCVC faisait ses marches meeting pour plutôt dénoncer la vie chère et patati patata. Aujourd’hui, l’histoire est encore en train de se répéter : Le peuple burkinabè dans sa plus grande majorité est d’accord que notre problème N°1 c’est la lutte contre l’insécurité et pour la récupération intégrale de notre territoire condition sine-qua-non pour assurer des lendemains meilleurs à notre peuple. Au lieu de soutenir cela, la CCVC à travers sa coordination de Ouagadougou est encore aux antipodes de la lutte du peuple en mélangeant les choses. Pendant qu’on cherche à soutenir l’effort de guerre pour la victoire finale contre les terroristes qui empêchent le développement harmonieux du pays, vous rajoutez des problèmes au problème principal. Ayez un peu de décence dans votre démarche et inscrivez vous dans le chemin qui fédère toutes les énergies du Burkina pendant le temps nécessaire pour retrouver la paix et la sécurité, gages d’un développement véritable : alors en ce moment nous pourrons produire les richesses nécessaires et les partager de façon équilibrer à toutes les filles et tous les fils de ce pays. Courage à tous ceux qui luttent pour une vraie libération du Burkina Faso !...

  • Le 22 mars 2023 à 12:02, par sabadokan En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Vous êtes sur quelle planète pour ne pas savoir que c’est un contexte international marqué par la domination du système impérialiste acceptée de longue date par les gouvernants africains successifs qui a engendré cette situation ? Elle est la résultante du manque de courage des dirigeants africains dits démocratiques pour une libération totale de l’Afrique. Ne vous en prenez aux coups d’états et à leurs régimes. Que votre lutte soit orientée vers la dénonciation des 11 accords imposés à nos pays depuis de longues dates et dont nous récoltons les conséquences. Que votre lutte soit orientée vers la libération totale de l’Afrique au lieu de vous en prendre au gouvernement actuel qui fait tout pour nous donner notre dignité mais dont les ennemis internes sapent les efforts. Vous faites partie avec vos prises de postions anachroniques.

  • Le 22 mars 2023 à 12:17, par goulgoulé En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Chers membres du CCVC, après analyse, de votre déclaration, ils se trouve que vous vous éloigner totalement des préoccupations du moments en ne pipant aucun mot, voir propositions pour un temps soit peu encourager et soutenir les actions sur le terrain pour la reconquête de notre liberté. Il va falloir être cohérent sur vos choix en terme de priorité, si non au final, vous n’aurez ni la sécurité, ni la liberté, ni la vie moins cher. Allez y demander aux déplacés ou réfugiés qui veulent simplement retourner travailler la terre pour nourrir leurs enfants, pendant que vous, dans vos salles climatisées, parfois aseptisées, prophétisez un avenir sombre et misérable pour les populations qui de plus en plus regagnent espoir face à la dynamique enclenchée. SVP, à défaut d’apporter des solutions concrètes pour soulager la souffrance des populations face à l’insécurité, gardez vos prophéties de malheurs pour vous, car pendant ce temps des hommes et des femmes valeureuses se battent sur le terrain pour la reconquête de la "Vie Facile", c’est là que commence le travail.

  • Le 22 mars 2023 à 12:51, par Badaru En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    C’est ce qu’on appelle enfoncer des portes ouvertes. Dans le monde entier l’inflation est le fléau que combattent avec plus ou moins de succès les banques centrales. Au Burkina les commerçants sont de véritables sorciers 🧙‍♀️ qui augmentent anarchiquement les prix et tout le monde le sait. Depuis le PAS la CGP qui permettait de réguler les prix a été supprimé et depuis l’Etat n’a plus le contrôle de quoi que ce soit. Le gouvernement actuel est il comptable de tous ces errements ? A t il les moyens de déclarer la guerre aux terroristes de la brousse et aux commerçants, véritables terroristes économiques ? Assurément NON. Vous êtes dans votre rôle de défendre les consommateurs, mais de là à appeler au soulèvement des populations, il y y’a un GOUFFRE que vous avez franchi. Que cherchez-vous ? A semer le chaos en plus de la guerre ? Proposez par exemple aux autorités la création de BRIGADES de VÉRIFICATION des PRIX mixtes avec des agents de l’état soutenus par des volontaires, une baisse de certaines taxes sur les céréales et l’huile. Bref faites des propositions concrètes pour faire baisser les prix. Mais votre démarche actuelle est suicidaire et contr productive. Vous semez la confusion et la peur comme tous ces politiciens de bas étage, ces journalistes véreux et ces soit disant intellectuels de pacotille qui polluent les médias et les ondes avec leurs interventions abracadabrantes. Ne cédez pas à la politique du ventre ou du peul lépreux qui renverse la calebasse de lait parce qu’il n’en boira pas.

  • Le 22 mars 2023 à 13:13, par HUG En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Avec une inflation de 18%, le Burkina FAso est devenu le pays de l Afrique de l ouest où la.vie est chère. Sous le.mpp, l actuel.ministre état avait emmené des sachets d huile, d haricot, de sel pour dire que la.vie est chère. Pourtant cette cherté a été quatriplé présentement et il est aphone.Courage a vous car les supporters aveuglés du mpsr2 sont farouchement opposés aux critiques.

  • Le 22 mars 2023 à 14:18, par Salvatore En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Intéressant ; l’une des réponses durables et la productivité des acteurs publics pour favoriser celle des secteurs productifs !

  • Le 22 mars 2023 à 15:08, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Eh !!! Mon type, toi un vieux clown au seuil de sa mort, au lieu de rester tranquille chez toi tu cherches toujours la RNDP. Un machin que ne viendra jamais. Depuis combien d’années tu ressasses les mêmes chapelets ? Il faut savoir s’assagir pour mériter au moins une messe de requiem digne.

  • Le 22 mars 2023 à 17:10, par Sacksida En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Depuis le regime MPSR 2, des efforts considerables sont deployes dans la Lutte contre le Terrorisme et le Grand Banditisme desastreux. Cependant, la Question de la Gouvernance Vertueuse et de la Lutte contre la Corruption endemique et des Mauvaises Pratiques restent Inexistantes. C’est pourquoi nous avons toujours dit : En attendant des reformes Cruciales, il faut mettre en place un Tribunal Special de Repression des Crimes Economiques et Financiers et Tranferer ces Centaines de Dossiers Criminels Economiques, Detournements de Deniers Publics, Predations de l’Argent Public par des Vols, Malversations diverses, des Nepotismes Caracterises, Corruption Endemique etc. Si l’on installe trois ou quatres Tribunaux Speciaux Populaires et que chaque Tribunal traite au moins 1 Dossier par Trimestre, l’on evacurait au minimum 16 Dossiers Criminels Economiques par An. Vu l’histoire politique du Burkina Faso, il y’a que le regime Revolutionnaire et Progressiste continue qui puissent resoudre nos Problemes Internes Complexes d’insecurite et des Mauvaises Pratiques et de Gouvernance actuelle pour l’Interet General du Peuple Burkinabe. Donc, la Refondation et la Revolution Democratique sont les Seules Solutions Adequates Endogenes et pour prendre a bras le Corps des Problemes Sociaux Economiques Endogenes du Peuple Burkinabe. Alors ce n’est pas une question de la Russie ou de qui que ce soit, mais nos propres essences Burkinabe. Salut

  • Le 22 mars 2023 à 18:03, par Sacksida En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    Dans cette situation grave, le Pouvoir de la Transition actuelle doit avoir le Courage Politique de s’attaquer a tous les domaines economique et social fondamentaux pour les reduire considerablement : Cout de la Vie humaine en generale, l’Insecurite et des Consequences desastreuses, la Corruption Endemique et des Malversations diverses car la Lutte contre l’Insecurite ne saurait etre une raison pour sursoir a toutes les autres Luttes multiformes pour la Survie et le Bien Etre de notre Peuple Burkinabe. Il faut ouvrir tous les Fronts car les Departements Ministeriels sont la pour cela. Thomas Sankara disait : La ou s’abat le Decouragement, s’eleve la VICTOIRE des Perseverant. Salut

    .

    .

  • Le 22 mars 2023 à 18:20, par Papa En réponse à : Burkina : « La gouvernance actuelle laisse entrevoir des lendemains sombres empreints de misère » (CCVC)

    L’anarchie que vous voulez créer dans ce pays n’aura pas lieu et si vous persistez à mélanger ce pays, sachez que vous récolterez des malheurs dans vos différentes familles . Le pays a assez de problèmes pour que vous veniez en rajouter. Arretez vos conférences bidons aux intentions cachées car cette conférence de presse n’est pas en faveur de la population comme vous voulez nous faire croire mais, pour semer le desordre dans le pays. Votre prochaine conférence de presse on vous chassera avec des oeufs pourris car vous ne rendez pas service à ce pays .

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique