Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La mémoire doit être un tremplin pour l’avenir. » Joseph Ki-Zerbo

Burkina Faso : Des rencontres afro-franco-brésiliennes pour promouvoir les mathématiques et les sciences physiques

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • lundi 20 mars 2023 à 19h58min
Burkina Faso : Des rencontres afro-franco-brésiliennes pour promouvoir les mathématiques et les sciences physiques

Le Burkina Faso accueille la 5e édition des rencontres afro-franco-brésiliennes en mathématiques et physiques. Des chercheurs venus de plusieurs pays d’Afrique et du Brésil vont partager leurs expériences sur ces deux disciplines scientifiques. La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce lundi 20 mars 2023 en présence de l’ambassadrice du Brésil au Burkina Faso, du premier responsable de l’université Thomas Sankara et de l’invité d’honneur, le Pr Stanislas Ouaro.

Du 20 au 25 mars 2023, l’université Thomas Sankara abrite la 5e édition des rencontres afro-franco-brésiliennes en mathématiques et physiques. Ces rencontres scientifiques internationales organisées depuis 2007 visent à promouvoir les mathématiques et les physiques. Elles visent surtout à créer une synergie entre mathématiciens et physiciens.

Des mini-cours, des communications scientifiques sur des travaux de recherches des enseignants-chercheurs et des doctorants et un colloque consacré à la didactique de l’enseignement des sciences physiques et des mathématiques seront au programme de ces rencontres scientifiques.

Les participants à cette cérémonie d’ouverture

Selon Dr Ibrahim Nonkané, président du comité d’organisation, des participants venus du Burkina Faso, du Bénin, du Brésil, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Congo, du Nigeria, du Sénégal, du Togo, du Tchad, prendront part à ces échanges. Il a tenu à remercier les autorités burkinabè « qui ont bien voulu, malgré le contexte difficile que traverse le pays, marquer leur accord afin d’abriter cette 5e édition des rencontre afro-franco-brésiliennes en mathématiques et physiques ».

Dr Ibrahim Nonkané, président du comité d’organisation de ces rencontres

L’ambassadrice du Brésil au Burkina Faso, Ellen Osthoff Ferreira de Barros a d’abord rappelé les liens notamment culturels qui existent entre son pays et le pays des hommes intègres. « La culture brésilienne est fortement marquée par une grande influence africaine quand il s’agit de la façon d’être et de vivre au Brésil. Il n’est pas possible de comprendre la culture brésilienne sans auparavant comprendre ses racines africaines et les impacts que les évènements du passé ont encore dans le présent, car la culture brésilienne a en son cœur toute l’histoire de la lutte pour l’arrivée et l’installation définitive de la population afro sur le territoire brésilien », explique-t-elle.

Ellen Osthoff Ferreira de Barros, ambassadrice du Brésil au Burkina Faso

Pour elle, le portefeuille de projets de coopération du gouvernement brésilien consacre l’essentiel de ses initiatives en Afrique dans les domaines de l’agriculture, de la santé ou de la sécurité alimentaire et bien sûr de l’éducation.

Selon elle, ces rencontres ont pour objectif, de contribuer à accroître la capacité scientifique et technologique des pays africains, en finançant la mobilité des scientifiques et des chercheurs travaillant dans des domaines sélectionnés pour leur pertinence stratégique et leur intérêt prioritaire pour la coopération scientifique et technologique.

« Entre autres aspirations, il est attendu que ce partenariat puisse générer la création d’une plate-forme commune d’initiatives régionales en science et en technologie, renforçant d’éventuels projets de coopération conjoints à soumettre aux organismes de développement nationaux et multilatéraux, en plus de favoriser les partenariats avec les communautés commerciales et industrielles africaines », soutient-elle.

Photo de famille

« Je suis reconnaissante que mon pays le Brésil à travers son ambassade à Ouagadougou soit partenaire d’une rencontre de haut niveau dans le domaine de la recherche scientifique en mathématiques et en physiques. C’est l’opportunité d’un fort brassage intellectuel qui aura un impact visible sur la façon de faire, sur les approches et les méthodes et qui sera certainement bénéfique et pour le Burkina Faso et pour le Brésil », a ajouté Ellen Osthoff Ferreira de Barros.

Pam Zahonogo, président de l’université Thomas Sankara se réjouit du choix de son institution pour abriter ces rencontres scientifiques. « L’université Thomas Sankara est fière d’être associée à un tel évènement scientifique. Cette collaboration avec le monde universitaire du Burkina Faso constitue une opportunité et nous souhaitons qu’elle soit pérennisée. Notre souhait est que la collaboration avec l’ambassade du Brésil aille au-delà de ces rencontres et qu’un véritable partenariat de collaboration scientifique se noue entre les institutions universitaires du Brésil et l’université Thomas Sankara », a-t-il déclaré.

Pr Pam Zahonogo, président de l’université Thomas Sankara

Selon lui, l’objectif général de ces rencontres est de faire découvrir certains aspects pratiques des mathématiques appliquées et de montrer leur apport dans l’optimisation des ressources indispensables pour les pays en développement.
Le comité d’organisation a décidé de rendre hommage au Pr Stanislas Ouaro au cours de ces travaux, pour sa contribution à l’essor de la science en général et des mathématiques en particulier, tant sur le plan national qu’international.

Il a remercié la communauté scientifique de l’université Thomas Sankara pour le choix de sa personne comme invité d’honneur. « C’est avec humilité que j’ai accepté parce que, personnellement, je ne pense pas mériter cet honneur quand je vois dans cette salle, certains de mes enseignants qui m’ont enseigné les mathématiques, qui sont si brillants et passionnés des mathématiques. Mais j’accepte et je voudrais vous dire merci », s’est-il exprimé.

Pr Stanislas Ouaro, invité d’honneur à ces rencontres scientifiques

Tout en félicitant le comité d’organisation, le Pr Stanislas Ouaro, a laissé entendre qu’il est important de valoriser les sciences, surtout les mathématiques notamment dans un pays en développement comme le Burkina Faso. « Le développement n’est pas possible sans la création d’une valeur ajoutée. Aucun développement ne peut se faire en dehors de la science, de la technologie et de l’innovation », affirme-t-il.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 mars à 11:39, par HA En réponse à : Burkina Faso : Des rencontres afro-franco-brésiliennes pour promouvoir les mathématiques et les sciences physiques

    Merci au Prof Ouaro pour votre humilité et félicitations à tous les participants pour des communications scientifiques sur des travaux de recherches des enseignants-chercheurs et des doctorants (physique et mathématiques) et un colloque qui sera consacré à la didactique de l’enseignement des sciences physiques et des mathématiques. Sur ce, du courage à tout le monde et Bonne fête des mathématiques (14 mars 2023 comme journée mondiale des mathématiques). Les mathématiques sont vraiment importantes. Les mathématiques sont la science des modèles et des relations. Les mathématiques sont liées à la logique, et à la créativité et elles poursuivent à la fois de divers buts : pratiques et théoriques. Elles sont particulièrement utilisées dans les business, industries, musiques, politiques, sports, médecines, agricultures, ingénieries, sciences naturelles et sociales, dans la technologie et pour envoyer des engins dans l’espace. Les relations entre les mathématiques et les sciences fondamentales et appliquées (physique et chimie par exemple)sont particulièrement très fortes : les mathématiques est le langage en chef des sciences. Les mathématiques et les sciences ont quelques choses en commun : celles ci inclus la croyance à un ordre compréhensible, une interaction entre l’imagination et la logique rigoureuse, l’idéal d’honnêteté et l’ouverture, l’ importance critique de l’évaluation par les pairs, avoir une portée internationale, être capable d’utiliser la technologie pour ouvrir d’autres champs d’investigation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Production de timbres fiscaux au Burkina, on en devient tous timbrés
Christian Aid : Un projet lancé pour favoriser le rétablissement économique équitable pour les hommes et les femmes
Burkina/Consommation : « Ces populations qui sont à 300 km ont aussi besoin de produits de qualité » (Directeur général de l’ABNORM, Habraham Somda)
Autonomisation des femmes par le numérique : Le PNUD lance un nouveau projet
Conseil consultatif des jeunes : Plan international organise une journée de réseautage et de partage d’expériences
Cinquantenaire de L’Observateur Paalga : Cinq tonnes de riz et des kits d’hygiène pour les personnes déplacées
Réduction des risques de noyade : La Croix-Rouge burkinabè a formé 617 élèves du lycée départemental de Loumbila
Effort de guerre : Les ressortissants de Pobé-Mengao offrent trois millions de francs CFA
Marché à bétail de Lanoag-Yiri : La commune de Ouagadougou s’enquiert des conditions de travail des commerçants
Université de Fada N’Gourma : Le Président de la Transition décline sa vision de l’enseignement aux acteurs
Burkina / L’UNICEF célèbre la journée internationale de la santé et de l’hygiène des menstrues
Burkina/Centre-nord : 17 tonnes de riz offertes pour soutenir les familles vulnérables à Kaya
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés