LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Région du Sahel : L’ONG Noddo Nooto plaide pour le retour du TGI de Dori

Publié le lundi 20 mars 2023 à 13h01min

PARTAGER :                          
Région du Sahel : L’ONG Noddo Nooto plaide pour le retour du TGI de Dori

Dans le cadre du programme Facilité stabilisation « Fenêtre nationale Burkina Faso » dans la zone du Liptako Gourma, l’Association Noddo Nooto (A2N), avec l’accompagnement financier du PNUD, a mené une série d’activités du 13 au 18 mars 2023 à Dori. Ce sont des activités en lien avec l’accès à la justice. Parmi ces activités, il y a une session de sensibilisation pour la vulgarisation des textes de procédures pénales, une journée porte ouverte de la justice, des émissions radiophoniques et un atelier de réflexions et d’échanges sur la situation du tribunal de grande instance de Dori.

Les textes et procédures en matières pénales ne sont pas toujours bien compris par la population du Burkina Faso et particulièrement celle de la région du Sahel qui depuis quelques années traverse une crise sécuritaire et humanitaire. C’est dans ce contexte que le programme Facilité stabilisation « Fenêtre nationale Burkina Faso » dans la zone du Liptako Gourma, que l’Association Noddo Nooto (A2N), avec l’accompagnement financier du PNUD, mène plusieurs activités.

Parmi ces activités figure une session de sensibilisation pour la vulgarisation des textes de procédures pénales, des émissions radiophoniques, des journées portes ouvertes de la justice de Dori et un atelier de réflexion sur le retour du TGI de Dori. Il s’est agi selon les organisateurs pour la session de sensibilisation tenu le 14 mars de faire comprendre l’organisation judiciaire ; de connaître les éléments constitutifs d’une infraction ; de savoir comment porter une plainte ; de comprendre le déroulement d’une enquête judiciaire ; et surtout le fonctionnement de la justice.

Venues des communes cibles du programme notamment Falagountou, Seytenga et de Dori, elles étaient plus d’une centaine de personnes à prendre d’assaut la salle de conférence du conseil régional du Sahel pour la session de sensibilisation tenue. Quatre communications ont été livrées par le tribunal de grande instance de Dori. Il s’agit des thèmes en lien avec la justice. Et selon Ousmane Bocoum, le coordonnateur de l’association A2N, « depuis janvier 2022, le tribunal de grande instance de Dori s’est délocalisé à Ouagadougou, et la population a besoin de ce tribunal pour divers documents. C’est une manière aussi pour nous d’introduire le personnel du tribunal, pour voir comment, ils vont revenir et aussi comment permettre aux populations d’avoir une idée sur les procédures pénales ».

Monsieur Bocoum, lors de son discours a remercié le procureur et toute son équipe et les différents participants pour leur présence. Il a aussi invité les participants à bien suivre les communications qui seront livrées. Le procureur près le tribunal de grande instance de Dori, Bahoro Hamidou, a invité la population à venir au tribunal de Dori durant leur séjour pour bénéficier des différentes prestations. Selon lui, il ne s’agit pas pour le moment d’un retour définitif de la justice à Dori, mais plutôt d’une mission bien précise. Car, poursuit-il, après la mission, l’équipe va retourner à Ouagadougou. Il a soutenu que le temps de leur séjour à Dori permettra d’examiner la faisabilité pour un retour de la justice et de traiter des dossiers pour ceux qui sont dans le besoin. « Avant même que le TGI de Dori ne soit délocalisé à Ouagadougou, il y avait des usagers qui peinaient à être satisfaits compte tenu de la distance, et cela est devenu plus compliqué maintenant. Nous travaillons à les rassurer et avec l’accompagnement des partenaires comme A2N nous pensions que tout rentrera dans l’ordre », a insisté Bahoro Hamidou.

Des participants à la rencontre

Les participants à l’image de Maxim Kingbé venu de la commune de Seytenga ont tenu a remercié A2N pour l’initiative. « Nous tenons à féliciter l’association A2N pour cette belle initiative car la population a toujours envie d’apprendre sur les questions de justice et les différents exposés ont été édifiants. Nous avons appris beaucoup aujourd’hui », a soutenu M. Kingbé.

« Une journée porte ouverte pour mieux comprendre la justice »

La journée porte ouverte de la justice s’est tenue le mercredi 15 mars au sein du tribunal de grande instance de Dori. C’est une activité qui vise à vulgariser les services judiciaires et à créer une plateforme d’interaction entre les autorités judiciaires et les populations locales des communes cibles du projet. Après les discours qui ont ponctué la rencontre, la population a eu droit à une visite des stands d’exposition pour connaître les services du tribunal et ses partenaires comme la police, la gendarmerie et autres.

Le secrétaire général de la région du Sahel, Abdoul Karim Zongo et le procureur près du tribunal de grande instance de Dori, ont tous salué l’initiative de A2N qui vise à permettre à la population de toucher du doigt les réalités de fonctionnement de la justice. Le secrétaire général de la région a souhaité le retour de la justice après les journées portes ouvertes. Pour le directeur exécutif de l’association Noddo Nooto, Oumarou Cissé , ces journées portes ouvertes sont importantes dans le contexte actuel d’insécurité que traverse la région avec la cessation des activités du TGI de Dori.

Oumarou Cissé directeur exécutif de A2N

« Des recommandations pour une reprise des activités du TGI à Dori »

Pour un retour de la justice à Dori, A2N dans la mise en œuvre de son programme a tenu un atelier de réflexions et d’échanges sur la situation du TGI le 18 mars 2023 à Dori. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour. Parmi ces points il a été question de l’impact de la délocalisation du TGI à Ouagadougou. Sur les impacts, on peut retenir selon le directeur régional en charge des droits humains du Sahel, Zakaria Bayoulou, des conséquences sur l’administration publique, la sécurité et la population. Pour un retour de la justice, les agents du tribunal avec les participants ont proposé, un certain nombre de doléances.

Il s’agit entre autres, de faciliter le transport aérien du personnel du TGI sur Dori-Ouaga, la construction de trois logements aussi en plus du palais de justice pour le personnel, la sécurisation du palais, la fourniture permanente de l’électricité et de l’eau courante, la réparation des bâtiments de la maison d’arrêt et de correction, la construction de la clôture du TGI avec des barbelés. Le secrétaire général de la région du Sahel, Abdoul Karim Zongo, qui a présidé la rencontre, a remercié une fois de plus les participants et l’ONG A2N pour les belles initiatives. L’ensemble des participants ont souhaité que le tribunal de grande instance de Dori puisse reprendre ses activités à Dori au grand bonheur de ses usagers. La réalisation de ces activités est financée par le PNUD à travers le projet Facilité stabilisation « Fenêtre nationale Burkina Faso ».

Daoula Bagnon
Correspondant/Dori
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 20 mars 2023 à 13:52, par Citoyen ordinaire En réponse à : Région du Sahel : L’ONG Noddo Nooto plaide pour le retour du TGI de Dori

    Quand les acteurs locaux voudront que le terrorisme prenne fin, il prendra fin ! On ne veut pas la vérité sinon tout le monde sait que nous dormons avec les terroristes et que c’est même nous les terroristes ! Si nous pensons qu’il suffit de clôturer un Tribunal pour convaincre un juge de venir son travail dans un tel environnement, on se trompe ! En attendant, acceptons de payer le prix de nos compromissions avec les terroristes ! Quand on se croit plus malins, c’est cela qui arrive !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique