LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Cohésion sociale au Burkina : Treize femmes et deux hommes du Sanmatenga formés en tissage et teinture

Publié le vendredi 17 février 2023 à 17h33min

PARTAGER :                          
Cohésion sociale au Burkina : Treize femmes et deux hommes du Sanmatenga formés en tissage et teinture

Dans le cadre du projet d’appui à la résilience socio-économique et à l’autonomisation des jeunes femmes et hommes de la province du Sanmatenga, l’ONG Oxfam a procédé à la clôture de la formation de treize femmes et deux hommes à Loumbila, dans la région du Plateau-central. C’était une formation de quarante jours financée par la coopération belge. La cérémonie de clôture a lieu ce vendredi 17 février 2023 à Loumbila.

Contribuer au renforcement de la cohésion sociale et de la prévention des conflits dans la province du Sanmatenga, c’est l’objectif de cette formation en tissage et teinture. Il s’agit de favoriser la résilience économique et la participation des jeunes femmes et hommes dans les instances de prise de décision.

Pour le responsable programme Construction of action de la résilience, action humanitaire (RP/CRHH) à Oxfam, Séverin Wangré, ce contexte fragile affecte particulièrement les jeunes, mais aussi les femmes, plus vulnérables dans la société burkinabè du point de vue de l’accès limité à la propriété foncière, au crédit et aux intrants agricoles, et à la faible représentation dans les structures décisionnelles.
« Cette formation qui vient de s’achever, nous en sommes convaincus, vous a fourni les outils, les bonnes pratiques et apprentissages nécessaires pour vous permettre d’exercer convenablement et de façon autonome, les métiers de tissage et de teinture », a laissé entendre Séverin Wangré.

Séverin Wangré, responsable programme Construction of action de la résilience, action humanitaire a Oxfam

A en croire le formateur Michel Ouoba, c’est une satisfaction totale car au sortir de cette séance, tous sont désormais aptes à tisser n’importe quel pagne traditionnel. « Nous avons eu quarante jours de formation en tissage et teinture. La première étape était d’abord le tissage du pagne Faso danfani pendant trente jours. Pour le besoin de la formation, nous avons divisé l’équipe en trois groupes et chaque équipe était dirigée par quelqu’un qui assurait la bonne marche de la formation. Après cela, les dix derniers jours étaient consacrés à la formation en teinture sur le fil Faso danfani et le koko donda », a expliqué Michel Ouoba.

Michel Ouoba, formateur

Les bénéficiaires ont par ailleurs reçu une formation en marketing et gestion et une formation en fabrication de savon liquide. Ils se disent prêts désormais à produire n’importe quel pagne avec motifs qu’on leur demandera. Ils remercient l’ONG Oxfam pour l’initiative. « Je viens de Kaya. Nous sommes ici depuis quarante jours. Depuis notre arrivée nous avons eu droit à un accueil chaleureux et le formateur nous a vraiment pris comme ses sœurs et nous a bien formées. Après cette formation, je ne vois pas de pagne traditionnel que je ne peux pas réaliser et cela sans aucune aide », a rassuré Rasmata Ouédraogo, une des bénéficiaires.

Rasmata Ouédraogo, bénéficiaire.

Pour la chargée de projet de l’ONG Oxfam, Patricia Zongo, les aptitudes, les connaissances et les compétences acquises pendant la formation sur les métiers de tissage et de teinture vont permettre de faire de ce métier une véritable activité génératrice de revenus. Chacune des bénéficiaires a reçu un métier à tisser comme cadeau.

Carine DARAMKOUM
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique