LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Ziniaré : Une centaine d’employeurs et d’employés sensibilisés sur leurs droits et devoirs vis-à-vis de la CNSS

Publié le mercredi 15 février 2023 à 16h18min

PARTAGER :                          
Ziniaré : Une centaine d’employeurs et d’employés sensibilisés sur leurs droits et devoirs vis-à-vis de la CNSS

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a organisé un séminaire d’information et de sensibilisation en matière de sécurité sociale au profit des employeurs et travailleurs de la région du Plateau central. Cette session de sensibilisation s’est tenue dans la journée de ce mercredi 15 février 2023 à Ziniaré, chef-lieu de la région. La cérémonie d’ouverture du séminaire a été présidée par le secrétaire général de la région du Plateau central, Amidou Soré, représentant la gouverneure de la région.

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a présenté ses services et ses missions aux travailleurs et employeurs de la région du Plateau central à travers un séminaire d’information et de sensibilisation. L’objectif de cette activité est de permettre aux travailleurs régis par le code du travail, d’échanger avec la CNSS sur ses différentes prestations. Une centaine de participants ont pris part à cet atelier de la CNSS. Ils ont été outillés à travers deux communications, basées essentiellement sur les cotisations sociales et les prestations servies par la CNSS. Ces prestations concernent trois branches à savoir, les prestations familiales, les prestations sur les risques professionnels et la branche des pensions.

Selon Abibata Bamogo/Ouédraogo, directrice régionale de la CNSS de Ouagadougou, le développement de l’activité économique dans le Plateau central justifie le choix de cette région. Pour elle, il était temps d’outiller les employeurs et assurés sociaux de la région sur les prestations de la CNSS.

Le présidium lors de la cérémonie d’ouverture du séminaire

Abibata Bamogo/Ouédraogo, reconnaît cependant qu’il y a des difficultés en matière de sécurité sociale au Burkina Faso. « Très souvent, les employeurs ne déclarent pas leurs travailleurs et les travailleurs, par méconnaissance, n’approchent pas la CNSS pour vérifier leur situation cotisante. Du coup, c’est au soir de leur carrière qu’ils se rendent comptent qu’ils ne sont pas connus dans les fichiers de la CNSS. Ceux qui refusent de cotiser, c’est vrai quand on est en activité et que l’on ne précompte pas les cotisations sociales sur le salaire, ça permet de subvenir à ses besoins immédiats. Mais quand vient l’heure de faire valoir ses droits à la retraite, on se rend compte qu’on n’a pas cotisé, qu’on a droit à rien. D’autres pensent que c’est en investissant dans l’immobilier qu’on peut s’en sortir. Mais ça aussi, un incident peut arriver à tout moment. Alors qu’à la CNSS, dès lors qu’on a cotisé pour vous, c’est obligé que la CNSS vous serve des prestations », a-t-elle déclarée. Elle encourage donc les travailleurs, notamment du privé et du secteur informel, à souscrire aux prestations de la CNSS afin de mieux préparer leur retraite.

Abibata Bamogo/Ouédraogo, directrice régionale de la CNSS de Ouagadougou

Sur la question de personnes se retrouvant avec plusieurs employeurs, notamment en cas de changement d’emploi, la direction régionale de la CNSS de Ouagadougou rassure : « Il faut comprendre qu’à la CNSS, quand on est immatriculé, on conserve le même numéro d’immatriculation de travailleur jusqu’à la fin de sa carrière, même si on change plusieurs fois d’employeurs. Du reste, la loi permet à un travailleur de se faire employer par plusieurs employeurs mais il doit toujours conserver son même numéro d’immatriculation. En plus de cela, les périodes des cotisations sociales sont cumulatives, elles ne sont pas individuelles, ce ne sont pas des périodes isolées. Et si on atteint les 15 ans, l’assuré a droit à une pension », explique-t-elle.

« Le minimum de cotisation est assis sur un plancher salarial qui est le SMIG (30 684 FCFA). C’est sur la base du SMIG qu’on applique le taux de cotisation. Le plafond qui était de 600 000 FCFA est passé à 800 000 FCFA depuis le 30 août », a-t-elle ajoutée.

Amidou Soré, secrétaire général de la région du Plateau Central, représentant la gouverneure de la région

Tout en encourageant les participants à souscrire aux prestations de la CNSS, Amidou Soré, rappelle qu’outre ses missions de paiement des prestations et de recouvrement des cotisations sociales, la CNSS contribue à la lutte contre la pauvreté et à la réduction des inégalités sociales à travers des investissements sur le plan socio-économique.

« Dans un contexte économiquement difficile marqué par la rareté des ressources et une crise sécuritaire, parvenir à satisfaire les besoins en sécurité sociale exige de la nation, une manifestation de solidarité et une allocation de ressources conséquentes. C’est ainsi que l’Etat seul ne peut réussir cette mission sans une contribution des partenaires sociaux que sont les employeurs et les assurés sociaux à travers la double cotisation employeur/travailleur, appelée assurance contributive », reconnaît-il.

« A ce titre, tout travailleur a le droit de réclamer son immatriculation à la CNSS et le devoir de prévenir la CNSS de tout comportement de son employeur tendant à sa non-déclaration et au non-versement des cotisations sociales dues à son nom », a conseillé, le représentant de la gouverneure du Plateau central.
En rappel, la CNSS est un établissement public de prévoyance sociale qui a pour mission, la gestion du régime de sécurité sociale au profit des travailleurs salariés et assimilés régis par le code du travail. Elle est placée sous la tutelle technique du ministère en charge de la sécurité sociale et sous la tutelle financière du ministère en charge des finances.

Les participants ont prêté une oreille attentive aux messages des officiels

La sécurité sociale comme définie lors de la conférence internationale du travail en 1952 et citée par Amidou Soré lors du discours d’ouverture des travaux, est un système tendant à protéger la population ou une grande partie de celle-ci de la misère économique dans laquelle risqueraient de la plonger, la maladie, le chômage, la vieillesse ou la mort, suite à la perte ou à l’interruption des gains. Elle vise également à assurer une subvention aux familles élevant des enfants, assurer à la population tous les soins médicaux nécessaires, etc.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique