LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Projet « Améliorons nos vies ! » : Le comité technique et de suivi implique davantage les acteurs

LEFASO.NET

Publié le vendredi 10 février 2023 à 11h00min

PARTAGER :                          
Projet « Améliorons nos vies ! » : Le comité technique et de suivi implique davantage les acteurs

Le comité technique et de suivi du projet « Améliorons nos vies ! » a organisé un atelier pour susciter l’attention, l’appropriation et la participation des acteurs locaux aux activités. C’était le jeudi 9 février 2023 à Ouahigouya.

De manière concrète, il va être question de faire le point sur la mise en œuvre du projet au cours des deux dernières années. En outre, d’examiner les produits obtenus et les effets générés enregistrés lors de sa mise en œuvre. Aussi, de présenter les rôles des parties prenantes. Enfin, de formuler des recommandations afin d’optimiser le processus de mise en œuvre pendant les prochaines années. Il faut préciser qu’ « Améliorons nos vies ! » est né en 2020 et va s’achever en 2024. Il s’inscrit dans le cadre du renforcement durable alimentaire et nutritionnel, de la cohésion sociale, de la résilience à l’insécurité des populations vulnérables du Burkina Faso et du Niger.

La majorité des participants sont des membres du consortium, des représentants des bénéficiaires et de l’Etat

Au Burkina, 13 communes des régions du Nord et du Sahel sont touchées par ce projet. Cela signifie donc que plus de 300 000 personnes déplacées internes (PDI) et des populations hôtes vulnérables vont bénéficier du projet. Il est porté par un consortium de 6 partenaires dans le pays. Il s’agit : d’EDUCO-BF, de la Fédération nationale des groupements Namm, du Conseil régional des unions du Sahel, de SOS Sahel international, du Réseau Afrique jeunesse.

Selon Robert Kindo, il était nécessaire de faire un compte rendu des activités du projet afin d’améliorer certains points

C’est l’ONG ProgettoMondo qui en est le lead. « Le focus est surtout mis sur les PDI, les femmes enceintes et allaitantes, les enfants de moins de 5 ans. Il est reparti en 5 piliers qui sont : la protection sociale, la santé nutrition, la sécurité alimentaire et les moyens d’existence, la gouvernance locale et la cohésion sociale. Cet atelier est l’occasion pour nous d’écouter les suggestions des bénéficiaires pour une prise en compte des besoins spécifiques afin de les améliorer », a justifié le coordonnateur du projet, Robert Kindo.

Tasséré Nacoulma a demandé aux participants d’être attentifs durant l’atelier pour obtenir des résultats concrets

Des autorités locales satisfaites du projet

Des dires du haut-commissaire, représentant le gouverneur de la région du Nord, Tasséré Nacoulma, ce projet « va permettre aux populations de se relever. Surtout pour les PDI qui sont dans notre région. Cela va leur permettre d’avoir une dignité et des économies. C’est un projet noble qui favorise la cohésion sociale et apporte aux populations des actions concrètes », a-t-il confié. Cet avis est également partagé par le directeur provincial en charge de l’action humanitaire du Yatenga, Adama Sawadogo.

Adama Sawadogo, l’un des participants à cette rencontre

« C’est une très belle initiative, cela représente une occasion pour nous, acteurs de la mise en œuvre du projet, de prendre en compte les besoins des PDI et des populations hôtes. Il est salutaire et a contribué à résorber les difficultés en termes alimentaire et en eau, en kits d’hygiène. Dans des champs, ils ont aménagé des périmètres pour le maraîchage », a-t-il souligné. Il a formulé des recommandations qui sont : le renouvellement du projet après 2024 et l’accroissement de l’aide, car les PDI ne font qu’augmenter dans les deux régions. En rappel le projet « Améliorons nos vies ! » a été financé par l’Union européenne.

SB
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sofitex Dédougou : Les producteurs de coton passent à la caisse