LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Religion : Une cohorte de serviteurs pour écouter et accompagner spirituellement les fidèles chrétiens

Publié le mercredi 8 février 2023 à 22h43min

PARTAGER :                          
Burkina/Religion : Une cohorte de serviteurs pour écouter et accompagner spirituellement les fidèles chrétiens

Fin de formation et remise de parchemins à 60 hommes et femmes formés pour l’accompagnement spirituel des fidèles chrétiens. L’initiative, portée par Evangile pour Tous, un groupe de prière, a été couronnée par un cérémonial dédié, dans la soirée de dimanche, 5 février 2023 au Centre spirituel ‘’Paam Yôodo’’, Ouagadougou, où se sont déroulées les sessions de formation.

La formation a débuté en octobre 2022 et a porté sur trois modules : qu’est-ce que l’accompagnement, comment accompagner et comment accompagner les cas particuliers (deuils, infidélités dans le couple, etc.). « Par la grâce de Dieu, j’ai eu une inspiration de susciter cette formation, au regard du besoin pressant que nous avons. Depuis environ 19 ans, je suis dans l’accompagnement, dans l’écoute et l’accompagnement des cadres et cadres en devenir, des couples en difficultés et de plus en plus, le besoin est pressant, parce qu’on n’est pas nombreux à le faire. C’est ce qui m’a poussé à venir voir le père, pour lui expliquer qu’on est submergé et lui ai suggéré qu’on forme une équipe pour accompagner les chrétiens surtout catholiques. Il y a beaucoup de problèmes, et peu de gens pour accompagner (quand on sait que nos prêtres, nos curés, nos pasteurs sont débordés). C’est sur cette lancée donc que nous avons entrepris petit-à-petit, donnant ainsi forme », situe le coordinateur général adjoint de Evangile pour Tous à l’international, le Berger national Evangile pour Tous Burkina, membre de la Communauté Mère du Divin Amour Ouagadougou, frère Alfred Da.

Ici, la formatrice, soeur Céline Balo, avec à sa gauche, frère Alfred Dah et à sa droite, frère Joël Emmanuel Sawadogo.

C’est dans un sentiment de fierté d’avoir, malgré les contraintes liées aux exigences socio-professionnelles, tenu le temps de la formation que s’est déroulée la cérémonie de sortie, devant parents, amis et connaissances des impétrants. Outre les prières et bénédictions, le père Jacques Ouédraogo, l’un des formateurs (théologien), qui a officié l’instant, a encouragé les 60 serviteurs à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes, quelles que soient les difficultés auxquelles ils pourraient faire face et à toujours se référer à la parole de Dieu.

« La formation peut être résumée en un parcours qui devra aider à la renaissance spirituelle. Ce sont des personnes, des catholiques, des croyants, que nous formons pour accompagner des chrétiens catholiques ; parce que chemin faisant, on se rend compte que plusieurs fois, en tant que chrétien/chrétienne, nous avons besoin d’être éclairés, écoutés (nous avons des blocages). C’est dans ce sens qu’on se retrouve avec des frères qui ont reçu une formation d’accompagnement spirituel. Dans ce parcours, nous avons aussi voulu intégrer une partie humaine. Je me suis occupée de la dimension humaine et psychique. L’objectif est vraiment de pouvoir donner une formation intégrale, qui permet à nos frères chrétiens baptisés d’accompagner des personnes à la renaissance complète », a décliné la psychologue clinicienne, formatrice, sœur Céline Balo, louant le niveau d’engagement des bénéficiaires.
« Il arrive à chacun de nous de vivre des évènements et on a tendance de se regarder, regarder nos faiblesses, les difficultés de la vie. Ces personnes qui ont reçu la formation, ont la tâche d’aider. J’attends désormais qu’elles aident la communauté chrétienne à se relever et à avancer », justifie l’enseignante.

Ici, père Jacques Ouédraogo, congratulant un impétrant.

En sa qualité également de responsable, frère Joël Emmanuel Sawadogo, vice-provincial pour le Sahel de la communauté catholique Mère Divine Amour et Berger régional de Ouagadougou, se félicite de cette ressource humaine qui vient ainsi renforcer l’existant au sein de l’Eglise catholique pour pouvoir écouter et accompagner des frères et sœurs.

« Nous venons appuyer ainsi nos consacrés prêtres et sœurs religieuses, qui font déjà ce travail là, mais qui sont très débordés. Aujourd’hui, si vous allez dans les paroisses, pour pouvoir avoir une écoute et un accompagnement, ce n’est pas facile ; ce n’est pas leur faute, c’est parce qu’ils croulent sous le poids du travail. Donc, vous comprenez que ces 60 personnes viennent comme un soulagement et un apport considérable à ce qui est déjà fait sur le terrain. Ce sont des personnes qui viennent de paroisses diverses, elles sont toutes membres des apostolats Evangiles pour Tous et Ministère des femmes, membres de la communauté », fait-il connaître.

Parmi les impétrants, Ursule Viviane Taro : « Etant membre de la Communauté Mère du Divin Amour, notre vision étant d’aimer Jésus et d’amener les autres à aimer Jésus, et étant membre et responsable d’un apostolat, comme le Ministère des femmes qui draine beaucoup de femmes, et connaissant les problèmes que vivent les femmes au quotidien, nous sommes appelés à écouter et trouver des solutions pour elles en Jésus Christ. Le besoin se faisait sentir d’approfondir ce que nous connaissons déjà sur le terrain et de voir si nous étions en adéquation avec ce que l’église veut et ce que l’église fait. Il est toujours bien d’être en adéquation avec l’église, avec les responsables, pour pouvoir mieux servir le Christ à travers nos frères et nos sœurs. (…). Il y a peut-être que nous faisions les choses de manière profane, maintenant, avec la formation que nous avons reçue, je voudrais dire qu’on n’a plus droit à l’erreur (avec Jésus, on tombe et on se relève). Si nous marchons avec Jésus, Il nous tient la main et va nous aider également à tenir la main de ceux que nous voulons accompagner », capitalise-t-elle.

Ursule Viviane Taro.

Même esprit d’engagement pour Brigitte Ouédraogo, qui rend d’abord grâce que la formation se soit bien passée. « Je me suis vraiment sentie interpellée ; parce qu’il y a beaucoup de situations qu’on rencontre et qu’il n’y a pas de solutions, ou du moins pour lesquelles, il n’y a pas quelqu’un qui puisse orienter la personne pour des solutions. Cette formation nous a permis d’être vraiment aguerris, véritablement outillés pour pouvoir faire face à certaines situations de nos frères et sœurs. J’ai eu également à traverser des moments difficiles, et j’avoue que c’est très compliqué quand tu n’as pas quelqu’un en face, à qui confier ton problème. Si tu trouves quelqu’un, véritablement, ça soulage. C’est cela aussi qui m’a motivé à venir participer à cette formation afin de pouvoir aider mes frères et sœurs qui seront dans le besoin », a-t-elle ensuite motivé sous fond de témoignage.

Brigitte Ouédraogo

« Mes responsabilités sont d’abord chrétiennes ; parce que de par notre baptême, nous sommes tous appelés à servir, aider nos frères, tant que nous pouvons, avec la grâce de l’esprit Saint, à marcher sur les pas de Jésus. Donc, c’est déjà un engagement chrétien et c’est ce qui nous pousse à aller dans les limites de nos possibilités et à acquérir, tant que c’est possible, tout ingrédient à même de nous forger dans cette marche de pouvoir servir les autres et là où nous sommes », exprime pour sa part, l’impétrant Cyriaque Kambiré, soulignant que la formation a, avant tout, servi à se ressourcer sur sa propre vie, à se remettre en cause, cultiver l’humilité pour pouvoir aider les autres.

Cyriaque Kambiré.

Yves Dembélé, quant à lui, trouve son engagement dans la parole de Dieu. « Car, il est dit que la moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Nous nous sommes dit : ‘’Seigneur, me voici, dispose de moi comme tu voudras’’. L’absence physique de Jésus Christ n’est pas la fin, ce qu’il a dit aux apôtres en partant : ‘’estimez-vous heureux, car je serai désormais physiquement absent’’. Ceux-ci se demandaient : ‘’mais, comment ?’’. Par la grâce du Saint Esprit, l’espoir est possible.

Dieu est le même : hier, aujourd’hui et pour toujours. Avec notre disponibilité, notre confiance en Lui, Il est plus préoccupé pour résoudre nos difficultés que nous le sommes. Souvent, c’est l’ignorance. Car, à travers sa parole, il est fidèle : ‘’venez à Moi, vous tous qui souffrez, qui peinez, je vais vous soulager ‘’ », enseigne-t-il avant d’exhorter ses frères et sœurs à avoir la foi.

Yves Dembélé

Pour bénéficier de l’écoute et de l’accompagnement, il faut se rendre au siège de la Communauté Mère du Divin Amour, sis à Koulouba. Tous les mardis à partir de 18h pour Evangile pour Tous et tous les dimanches à partir de 16h pour Ministère des femmes. Tout individu, sans distinction de religion, peut se faire écouter. Cependant, pour bénéficier de l’accompagnement, il faut être chrétien.

O.L
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique