LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

École nationale de santé publique : La promotion « Résilience et intégrité » prête à servir

Publié le lundi 6 février 2023 à 15h26min

PARTAGER :                          
École nationale de santé publique : La promotion « Résilience et intégrité » prête à servir

Les étudiants en fin de formation de l’École nationale de santé publique Dr Comlan Alfred A. Quenum ont effectué leur sortie officielle ce lundi 6 février 2023. La cérémonie de remise de diplômes et de prestation de serment a été présidée par le ministre d’État, ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, Bassolma Bazié. Les élèves ont choisi pour nom de baptême « Résilience et intégrité » et pour parrain, le colonel-major David Kabré et co-parrain, El hadj Moussa Sawadogo dit « Moussa Chine ».

Sur 2259 candidats présentés aux examens de fin d’études des filières de base et post-base par l’Ecole nationale de santé publique, 2235 ont été admis, soit un taux de réussite de 99%. Ainsi, après trois années de formation pour certains et deux ans pour d’autres, les élèves de la promotion « Résilience et intégrité », de leur nom de baptême, ont prêté serment et reçu leurs parchemins de fin de formation.

Selon le directeur général de l’ENSP, Pr Edgard Ouangré, on note 100% d’admis pour les filières infirmiers diplômés d’Etat, infirmiers brevetés, accoucheuses brevetées, accoucheuses auxiliaires, agents itinérants de santé et d’hygiène communautaire, agents de santé communautaire, préparateur d’Etat en pharmacie, manipulateurs d’Etat en électroradiologie médicale et techniciens d’hygiène hospitalière. La licence en sciences infirmières et obstétricales, option infirmier, enregistre un taux de 99,5% et l’option sage-femme, un taux de 97%. La filière sages-femmes et maïeuticiens d’Etat enregistre un taux de 99%, celle de gestionnaires des hôpitaux et des services de santé, 98% ainsi que la filière technologistes biomédicaux. Les attachés de santé ont eux aussi enregistré un taux de réussite de 99%.

Les lauréats ont prêté serment devant les autorités, ainsi que leurs parents et amis

Des résultats qui ont de quoi ravir le directeur général, qui rappelle qu’ils sont le fruit du dur labeur des enseignants, des étudiants, mais aussi de l’accompagnement permanent dont bénéficie l’école de la part du gouvernement, du ministère de la Santé et des partenaires techniques et financiers.

Guiro Abdoul Djalil est l’un des heureux lauréats du jour. Après trois ans de formation, il a prêté serment et a reçu son diplôme de manipulateur d’Etat en électroradiologie médicale. « C’est un sentiment de joie qui m’anime en ces instants. Nous avons passé trois ans à l’ENSP. Ce fut laborieux mais nous y sommes arrivés. Nous sommes très contents et on se dit que le meilleur reste à venir ».

Le ministre d’Etat, ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale remettant son parchemin à une lauréate

Une cuvée qui arrive à point nommé, selon le ministre de la santé

« Pratique des soins dans le contexte de crise sécuritaire », est le thème sous lequel s’est tenue la cérémonie. Pour le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Robert Kargougou, ce thème retenu par les lauréats est pertinent, du fait de la crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso et qui impacte l’offre de soins. « La situation dans laquelle se trouve notre pays impacte à n’en point douter notre système de santé, notamment le volet ressources humaines. Le ministère de la Santé s’est résolument engagé dans une réorganisation profonde afin de faire face aux exigences grandissantes des populations en matière de santé. La mise à disposition des ressources humaines en qualité et en quantité s’avère un impératif. Ainsi, la cuvée de cette année que l’Ecole nationale de santé publique met à la disposition du pays arrive à point nommé », a laissé entendre le ministre. Il a félicité les lauréats et leur a rappelé qu’ils seront le socle sur lequel son département s’appuiera pour les transformations en cours et pour jouer sa partition dans la lutte contre la crise sécuritaire.

Photo de famille

Le parrain, le colonel-major David Kabré, chef d’état-major général des armées, représenté à la cérémonie par Pr Moustafa Sérémé, ainsi que le co-parrain El Hadj Moussa Sawadogo dit « Moussa Chine », ont prodigué quelques conseils à leurs filleuls. Les lauréats ont ainsi été invités à demeurer des modèles de résilience et d’intégrité dans la vie active comme l’indique leur nom de baptême. « Faites-en sorte que le serment auquel vous êtes soumis ne soit pas de vains mots. Vous jurez devant les hommes et devant Dieu de bien faire tout ce que l’autre vous demande pour mieux vivre, pour guérir de sa maladie ou dans le cas échéant, pour mourir dans le strict respect de toutes les dimensions de la dignité humaine. C’est en cela que le nom de baptême de la promotion, résilience et intégrité, aura toute sa valeur », a laissé entendre Pr Sérémé.

Quelques doléances

Comme à l’accoutumée, la cérémonie de prestation de serment et de remise de diplômes a été l’occasion pour les étudiants d’adresser des doléances à leur directeur général, mais également au ministère de la Santé. Moumouni Conombo, délégué des étudiants, a plaidé entre autres pour la poursuite du processus d’universitarisation de l’ENSP, la transformation de l’ENSP en institut, l’accroissement du matériel didactique, l’accroissement des infrastructures d’accueil, de l’équipement des laboratoires, de la bibliothèque et de la salle d’informatique, etc.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique