LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de la maîtrise d’eau au centre d’une réflexion à Ouagadougou

Publié le lundi 30 janvier 2023 à 15h30min

PARTAGER :                          
Autosuffisance alimentaire au Burkina : La question de la maîtrise d’eau au centre d’une réflexion à Ouagadougou

Le ministre en charge de l’agriculture, Dr Dénis Ouédraogo, a ouvert, ce lundi 30 janvier 2023 à Ouagadougou la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de son département. Au cours de ce CASEM, il sera question de dresser le bilan des activités menées en 2022, de proposer un plan d’activités et de dégager les perspectives de 2023.

« Produisons sous maîtrise d’eau, palliatif à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire ». C’est sous ce thème que s’est ouvert ce 30 janvier la 2e session ordinaire du Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) du ministère en charge de l’agriculture.

Une session au cours de laquelle les acteurs du domaine se pencheront sur le bilan des actions menées en 2022 et celles de l’année en cours (2023). Le ministre en charge du département de l’agriculture, Dr Dénis Ouédraogo, a fait un bref aperçu du bilan des actions menées au cours de 2022, tout en revenant sur les acquis engrangés.

Dénis Ouédraogo, ministre en charge de l’agriculture et des ressources halieutiques

Au nombre de ces acquis, l’on enregistre, entre autres, l’accompagnement des producteurs de 2200 ha de bas-fond, 733,5 ha de périmètres irrigués. Il y a également 25 302 tonnes d’engrais minéraux mis à la disposition des producteurs à des prix subventionné, 17 920 ha souscrits à l’assurance agricole. A côté, 207 tonnes de semences améliorées de céréales et 208,74 tonnes d’engrais ont été mis à la disposition de personnes vulnérables, notamment les personnes déplacées internes.

Mais malgré ces acquis engrangés, la production reste en deçà des attentes, car avec ce niveau de production, 59,7% des ménages ne seront pas autonomes et le taux de de couverture des besoins céréaliers serait de 96%. Pour pallier ce déficit, dit-il, le gouvernement s’est doté d’un plan de soutien à la campagne sèche 2021/2022 qui permettra d’atteindre une production céréalière supplémentaire d’environ 210 000 tonnes, représentant environ 70 % du déficit céréalier estimé à 297 812 tonnes.
En ce qui concerne les perspectives pour l’année en cours, Dr Dénis Ouédraogo a parlé d’accompagnements prévus pour les vaillants producteurs.

Dénis Ouédraogo, ministre en charge de l’agriculture et des ressources halieutiques

Et parlant de ces accompagnements prévus, il a cité, entre autres, la réalisation d’environ 1341 ha de périmètres irrigués, l’aménagement de 2351 ha de bas-fond, la subvention de plus de 3716 tonnes d’engrais minéraux, de 414 tonnes de Burkina phosphate et de 2579 tonnes d’activateur de compost. Il y a également la restauration de 1225 ha de pâturages dégradés, la mise à disposition de 2500 tonnes d’aliments pour animaux, de 358 tonnes de semences fourragères pour les producteurs et la subvention de près de 360 unités d’équipements agricoles motorisés.

Yvette Zongo
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique