LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens.” Les proverbes et adages du Burkina Faso

Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

Publié le dimanche 29 janvier 2023 à 22h25min

PARTAGER :                          
Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

Le 15 janvier 2023, le mouvement « Les Patriotes du Nord » organisait un meeting afin d’interpeller le président Ibrahim Traoré sur la situation sécuritaire dans la région du Nord. Deux semaines après, les résultats sont jugés encourageants, et les membres du mouvement ont décidé d’organiser un nouveau rassemblement pour adresser leurs remerciements et encouragements aux autorités de la transition, et appeler à un enrôlement massif dans les rangs des Volontaires pour la défense de la patrie. Ce meeting, qui a eu lieu ce samedi 28 janvier 2023 à Ouahigouya, a été soutenu par plusieurs organisations et personnalités.

Ce samedi 28 janvier 2023, la Place de nation de Ouahigouya a accueilli une immense foule, à l’appel du mouvement « Les Patriotes du Nord ». Ce meeting avait pour but de remercier les autorités de la transition, les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), et d’apporter un soutien entier au président Ibrahim Traoré pour les efforts consentis pour ramener la sécurité dans la région du Nord.

En rappel, il y a à peine deux semaines, la ville de Ouahigouya était encerclée et menacée de toutes parts. La peur avait envahi les populations de la cité de Naaba Kango. C’est alors que les Patriotes du Nord ont organisé un meeting le 15 janvier dernier, pour crier leur désespoir et appeler au secours. Suite à cet appel, des actions fortes ont eu lieu dans la zone, grâce à l’engagement des FDS et des VDP, sous la houlette des autorités de la transition. Titao et Sollé, jadis inaccessibles, ont été ravitaillées en produits de première nécessité. C’est pourquoi ce mouvement a décidé de dire merci aux autorités de la transition et les inviter à plus d’engagement. Le rassemblement a également servi de cadre pour appeler les populations à rejoindre les rangs des VDP, car l’enrôlement dans cette partie du Burkina reste insatisfaisant.

Au cours de cette cérémonie de reconnaissance et de doléances, plusieurs personnalités se sont adressées aux populations sorties massivement pour écouter et soutenir la marche entamée par le président Traoré et son équipe.
C’est le représentant des différentes confessions religieuses, Boukary Ouédraogo, qui a ouvert le bal des interventions. Il a remercié les autorités de la transition, les chefs coutumiers et religieux de la région.

Au nom de sa hiérarchie, il a félicité les acteurs de la transition et appelé à une union sacrée des filles et fils de la région, afin de bouter le terrorisme hors du Burkina Faso. Après lui, ce fut le tour des différents représentants des provinces qui composent la région. Les représentants du Loroum et du Zondoma ont tous, à l’exception de celui du Passoré (empêché), pris la parole pour remercier le capitaine Ibrahim Traoré et son équipe et appelé à resserrer les rangs pour lutter contre le terrorisme et la présence militaire française dans notre pays.

Les femmes, les élèves et étudiants, les VDP, les commerçants et les personnes déplacées internes (PDI) ont, à travers leurs représentants, adressé leur reconnaissance au président Traoré et à son équipe, et invité les populations de la région à la vielle citoyenne et à l’union inconditionnelle autour de la transition, pour une victoire imminente contre le terrorisme.

Le représentant de Naaba Kiiba, roi du Yatenga, a assuré que la transition bénéficie de tout le soutien de sa majesté. Il a invité les populations de la région à faire don de soi pour la reconquête du territoire national.
Du côté d’Ali Badra, secrétaire général du mouvement qui porte cette mobilisation, le message est clair : « Nous sommes sortis ce matin pour manifester notre reconnaissance à Ibrahim Traoré pour avoir répondu à notre cri de cœur que nous lancions en ces lieux, il y a déjà deux semaines ». M. Badra poursuit : « Les choses ont changé. Le pays a connu une mutation.

Nous sommes sur la voie tracée par Thomas Sankara. Les manigances qui tendent à renverser notre président sont à proscrire. Nous voulons également le départ de l’armée française. Nous ne voulons plus de cette armée au Burkina. Nous voulons appeler à un enrôlement massif des populations au sein des VDP ». Il a ensuite invité les commerçants et les opérateurs économiques à plus d’engagement pour la cause nationale.

Parlant de la coopération avec la Russie, Ali Badra a déclaré que ce partenariat vise un seul objectif : la dotation en équipements conséquents. « Nous avons les hommes de qualité qu’il faut pour cette guerre », convainc-t-il. Avant de conclure, le secrétaire général des Patriotes du Nord a invité les populations à un don de sang le 4 février 2023 dans la cour royale de Naaba Kiiba, roi du Yatenga. Cette collecte vise à constituer une banque de sang pour les potentiels blessés membres des FDS et des VDP sur le champ de bataille.

Venu de Ouagadougou pour participer à ce meeting, Alouna Traoré s’est réjoui de la mobilisation. « Ici, nous sommes au Yatenga. La dignité, la probité, la loyauté, la sincérité sont les marques connues et reconnues des Yadcé. Ici, les menteurs et les voleurs n’ont aucune chance de prospérer. Si vous êtres vrais, le Yadéga vous est soumis ; si vous êtes faux, vous nous avez en face. Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas. C’est de la fermeté, c’est de la sincérité. Nous sommes engagés, nous sommes déterminés jusqu’au dernier Yadéga. Tant que Naaba Kango, du haut de sa fermeté et de sa dignité, règne sur le Yatenga et sur les Yadcé, nous sommes un peuple invaincu », soutient celui qui fut collaborateur du Président Thomas Sankara.

Le seul rescapé de la tragédie du 15 octobre 1987 poursuit : « Les gens nous font la guerre par procuration, à cause de nos richesses que Dieu nous a accordées. C’est une guerre de libération. L’épreuve et la difficulté appellent la victoire. Nous sommes déterminés, et la victoire est certaine. Le capitaine est de cœur et d’esprit avec vous, peuple du Yatenga ». Il a ensuite invité les populations à s’organiser en VDP. « L’homme qui vous parle vient de finir sa formation de VDP », a-t-il révélé.

Après ce grand orateur, ce fut le tour de Rasmané Ouédraogo de tenir en haleine les participants au meeting. Il a dénoncé vigoureusement les comportements des uns et des autres dans cette crise. Le manque de solidarité, d’union et de probité est, selon lui, le vrai problème qui entrave la lutte contre le terrorisme. Il fait pointé du doigt les politiciens qui auraient déserté la région et qui seraient devenus muets face à la situation qu’elle traverse.

Il soutient avoir contacté quelques-uns d’entre eux qui ont reconnu la noblesse de ses idées et n’ont pourtant rien fait pour aider la région. « Dieu a enfin entendu nos prières et il nous a envoyé un sauveur en la personne d’Ibrahim Traoré », argue-t-il, assurant que « si le président Traoré arrive à nous tirer d’affaire, il n’y aura plus d’élections dans ce pays. Nous lui donnerons la direction de ce pays ».

Issouf Ouédraogo est représentant de la région du Nord à l’Assemblée législative de transition (ALT) et président du mouvement Les Patriotes du Nord. « Nous remercions sa Majesté Naaba Kiiba et toute la population de la région du Nord. Nous avons une pensée particulière à l’endroit des jeunes et des femmes car ce sont eux qui subissent plus les conséquences désastreuses de cette crise. Les jeunes sont au pouvoir et nous devons travailler à sauver notre pays. Nous devons travailler à soutenir la transition pour la libération de notre pays », a-t-il lancé comme appel.

C’est autour de 13h que les populations ont regagné leurs domiciles, les cœurs pleins d’espoir de lendemains meilleurs, après trois heures de meeting.
Notons que des rassemblements de soutien aux autorités de la transition ont aussi eu lieu à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso.

Abdou-Azize TAO
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 28 janvier 2023 à 23:00, par déjà_vu En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clame le mouvement les "Patriotes du nord"

    Si contents de la catastrophe dans laquelle le pays se trouve et qui s’accélère depuis quelques mois au point d’organiser des manifestations de soutien ? On comprend pourquoi le pays est en lambeaux. En avant donc. S’ils savaient la connivence souterraine entre la France et les chefs (par force) de certaines contrées gondwanaises présentés comme souverainistes, ils resteraient bouche bée.

  • Le 28 janvier 2023 à 23:11, par déjà_vu En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clame le mouvement les "Patriotes du nord"

    C’est au Gondwana qu’on peut voir des départs de certaines entités ou personnes programmés depuis bien longtemps présentés comme une décision de chasser ces entités ou personnes et cela est gobé par une certaine catégorie de population.

  • Le 28 janvier 2023 à 23:40, par DEPIT En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    AQu’on ne vienne pas nous dire que la situation sécuritaire impose de continuer à abandonner le pays entre les mains des groupes d’officiers que nous avons vus à l’œuvre plus d’un an, avec les résultats décevants que tout le monde a pu observer.
    A titre de comparaison, le Niger voisin a une superficie 1 267 000 Km2, soit autant que le mali. La composition de sa population le rend a priori au moins aussi vulnérable que notre pays à la pénétration terroriste. Pourtant aucune zone de ce pays n’est sous le contrôle des groupes terroristes.
    Les populations, naguère déplacées, ont été réinstallées sur leur terroir. L’Etat est présent et exerce ses missions sur tout le territoire, avec un régime civil issu d’élections démocratiques.
    Alors oui, la condition première pour ramener la paix, la sécurité et le développement est la nature de la gouvernance, la remise en ordre indispensable de l’armée, pour en faire une force républicaine, qui se consacre exclusivement à sa mission sacrée de défense du territoire nation.
    allez faire la guerre personne ne le fera a votre place
    la france part il n y a plus de bouc émissaires
    Allez liberer votre pays vos rassemblements sont inutiles
    ce n est pas a travers des mobilisations et des slogans que vous allez vaincre les jihadistes
    ibrahim traore n est pas le messi
    les militaires au front
    seul un pouvoir issu du vote populaire démocratique peut féderer les populations

    • Le 29 janvier 2023 à 21:02, par Le SHE En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

      Les coquins français. Personnes ne te rertient au Burkina.tu peu aisement t installer au Niger. Il aurait fallu q un pouvoir civil s installe pour nous faire perdre tout notre beau pays.il n y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir.a moins que tes interests sont ailleurs.cette mobilization a tense ses promesses n en deplaise aux autres. Le front est ouvert rejoigner les rangs pour ceux qui ne sentient pas la lutte suffisante.

    • Le 1er février 2023 à 20:09, par soyons vrais En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

      Libre à qui voudrait épiloguer là-dessus. Une chose est certaine. Les dirigeants français n’ont jamais été en Afrique pour le bien des africains, encore moins au Burkina Faso ! La politique française n’a jamais contribué à développer un seul pays au monde ! Au contraire, les derniers des pays, les pays les plus souffrants sont des colonies françaises. Il est temps que les hommes politiques français fassent leur autocritique en lien avec la diplomatie française en Afrique, qu’ils se rendent compte de leur médiocrité et qu’ils changent de stratégie. De tous les pays colonisateurs quel pays encore maintient sa racine principale dans les profondeurs des nappes souterraines africaines, sinon que la France ?! les autres colons sont partis. N’avez-vous pas honte ? Une choses est certaine ; le Burkina Faso sera libéré, quelque soit le prix ! Ne prenez pas votre aigreur pour parole d’évangile. On sait qui arme les terroristes au sahel ! Après vous prétendez nous aider à vaincre le terrorisme. Nous sommes conscients que vous en avez les moyens et qu’en temps normal vous pouvez en trois mois éradiquer le terrorisme au Burkina Faso. Mais le problème, c’est que vous n’êtes pas prêts à le faire parce que ça porterait préjudice à vos intérêts. Heureusement que DIEU existe !!!!!!! Le Burkina Faso VAINCRA LE TERRORISME MEME SANS L’AIDE DE LA FRANCE ! Vive le pays des hommes intègres, vivent les autorités de la transition, vive le peuple français ! A bas la politique française en Afrique et au Burkina Faso ! Victoire au FASO

  • Le 29 janvier 2023 à 02:13, par Barou En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    Ditez a votre capitain d arrêter ses audiences unitiles avec les vendus,des gens qui sont deja dans la póche de France.
    Le pays est en guerre en tant que militaire ça doit être sa priorité.
    Qui veut le voir le verre apres la guerre.
    Ces prefets de France qui font que defiler a Ouaga et lui aussi il est disposé a les recevoir.
    Cas même

  • Le 29 janvier 2023 à 11:43, par Danton En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    “Si Ibrahim Traoré réussit à nous sortir de cette situation, il n’y aura plus d’élections dans ce pays, nous lui donnerons la direction du pays’” Entièrement d’accord avec le doyen Rasmane Ouédraogo. Kouma bana !

  • Le 29 janvier 2023 à 12:36, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    Je m’adresse au jeune homme qui brandit le drapeau russe . Mais avant félicotations à mes frères YADGA du Nord pour l’initiative . Par contre je suis très deçu de voir des jeunes de mon pays et de ma province ,qui de surcroit ignorent totalement les méandres et les questions de géopolitique internationale ,s’en remettre aux jeunes d’un autre pays pour venir défendre leur Nation . Vraiment des jeunes comme celui qui brandit ce drapeau russe font honte à leurs parents et à notre patrie . Je l’aurais applaudi si ce jeune homme avait brandit comme preuve de son patriotisme le récépissé de son inscription sur la liste des VDP à l’image de son papa TRAORE ALONA assis juste à la tribune qui malgré le poids de l’âge et l’handicap physique n’a pas hésité à aller s’inscrire sur la liste des VDP . Oui à la coopération avec tous les pays du monde qui nous respectent et qui veulent collaborer sincèrement avec notre Nation . Oui à la diversification des partenaires de notre dans tous les domaines de coopération : militaire, économique ,Commerciale, etc.
    Non à la politique française actuelle et à son attitude arrogante ,mépriisante ,néocoloniale de la France vis à vis de notre pays . Mais aussi non ,mille fois non ,à une jeunesse burkinabè lâche ,irresponsable, opportuniste ,vendant son âme et sa conscience pour un billet de 1000F aux fins de faire l’apologie d’un pays lointain, qui ne viendra jamais défendre notre pays par simple philanthropie , ou pour les beaux yeux de nous burkinabè . Quant ,il s’agit en outre de mercenaires ,il faut vraiment être ignorant des lois , principes et règles du mercenariat ,pour commettre la bêtise de faire recours à cette voie comme solution à notre problème sécuritaire.
    Pour moi, toutes les OSC et autres mouvements qui prétendent manifester leur soutien au président IB, devraient exclure de leurs rangs les jeunes ou toutes autres personnes qui brandissent le drapeau d’un autre pays auprès de celui du BURKINA FASO qui est notre patrie et en aucun cas ne peut être traité à égalité avec un pays étranger.
    Car, tenir en même temps et à la même hauteur les drapeaux burkinabè lors d’une manifestation, et celui d’un autre pays ,c’est mettre les deux pays à égalité .
    SVP chers compatriotes, ce n’est pas parce qu’on est dans la difficulté qu’il faut faire et accepter n’importe quoi .
    On peut souhaiter le partenariat avec la Russie dans le cadre d’une relation d’Etat à Etat et gagnant -gagnant, sans tomber bas et même très bas .Un peu de dignité SVP

  • Le 29 janvier 2023 à 19:59, par Kladjou En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    @DPIT
    Pour votre gouverne de nombreux villages nigériens de la zone des trois frontières ont déguerpi et les populations sont massivement à Bankilaré, Tera et même à Tillabéri et il n’y a plus d’administration et les écoles fermés . Aussi, du Côté de Lac Tchad frontière Niger et Nigeria et, de nombreux zones sont sous contrôles de Boko Haram
    Pour être précis en fin 2022 890 écoles dont 35 du secondaires étaient fermées au Niger dans 17 départements et 4 régions soit 77 919 élèves dont 38394 filles
    Et pour finir tout ce que comptait Barkhan Takuba et forces spéciales américaines et bientôt Sabre sont stationnées au Niger avec arme et bagages pour combattre le terrorisme. Alors que dites vous de tout ça ?
    On vous vois venir mais vous perdez votre temps, toutes ces contorsions et les contre vérités n’y feront rien, vous perdez votre temps. Le nouveau Burkina est en marche n’en déplaise aux snipers de services et autres tureferaires.

  • Le 30 janvier 2023 à 08:14, par Passakziri En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    Route Tenkodogo-Ouargaye : Un car de Transport en commun intercepté par des HANI ; le chauffeur, ses apprentis et un autre voyageur à moto exécutés sousles yeux des autres passagers, le car incendié à la date du samedi 28 Janvier 2023.
    Si certains dans une vague de populisme à la malienne essaient de vendre une situation rose , la réalité du terrain ne permet pas de se rejouir. Tenkodogo et Ouargaye sont deux chefs-lieu de province distants de 60 km, Tenkodogo dispose d’un régiment d’infanterie, et le lieu du Drame etait à moins de 30 km. Comme la presse n’en parle pas pour une raison ou pour une autre, c’est le lieu ici de se demander si quelque chose a vraiment changé depuis le 30 septembre si ce n’est la communication que la junte tente d’imposer en cachant les informations qui ne l’arrangent pas. En tout cas, les populations de certaines régions du Burkina sont de plus en plus étranglées. Donc chers Vuvus, épargnez-moi de vos bruits qui ne réflètent pas la réalité du terrain.

    Passakziri

  • Le 30 janvier 2023 à 13:36, par Sacksida En réponse à : Transition au Burkina : « Notre soutien au capitaine Traoré ne se marchande pas », clament les Patriotes du Nord

    Merci Internaute 8, un Meeting pour soutenir Ibrahim Traore, le Gouvernement de Transition et le MPSR 2 est comprehensible, ces OSC doivent etre vraiment organisees pour accompagner des actions operationnelles sur la lutte contre des mauvaises pratiques et gestion publique dans les marches et dans les quartier, arrondissements et commune Burkinabe. C’est cela qui contribuent a resoudre des problemes concrets qui gangrenes de maniere nauseabondes notre Peuple Burkinabe et la Societe Burkinabe. Il faudrait s’organiser pour mieux etre utiles sur le plan operationnels et au dela des discours politiques. Salut

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique