LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens.” Les proverbes et adages du Burkina Faso

Burkina-Centre-nord : L’Organisation internationale pour les migrations soulage les populations de Korsimoro avec des infrastructures scolaires et sanitaires

Publié le vendredi 27 janvier 2023 à 22h00min

PARTAGER :                          
Burkina-Centre-nord : L’Organisation internationale pour les migrations soulage les populations de Korsimoro avec des infrastructures scolaires et sanitaires

Le Centre-nord, fortement touché par l’insécurité, enregistre un fort flux de personnes déplacées internes, concentrées entre les rares communes de ladite région. Ce qui crée d’énormes besoins, également en infrastructures sociales de base. C’est dans ce contexte que la commune rurale de Korsimoro, une des bourgades qui accueillent ces personnes en détresse, se voit soulagée par l’inauguration, le jeudi, 26 janvier 2023, de trois salles de classe et d’une maternité. Ces infrastructures ont été réalisées dans le cadre du projet « Initiatives visant à renforcer la satisfaction communautaire au Niger et au Burkina Faso », mis en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), avec l’appui financier de l’Union européenne.

Ces offres s’inscrivent dans le cadre du projet « Initiatives visant à renforcer la stabilisation communautaire au Niger et au Burkina Faso ». Un projet qui se déploie dans un contexte marqué par une détérioration du contexte sécuritaire, avec son corolaire de déplacés internes massifs de populations et d’accès difficile aux services sociaux de base. Il vise à aider les autorités locales et les communautés du Burkina Faso (et du Niger) à rétablir la stabilité et la sécurité, prévenir de nouvelles migrations forcées, restaurer la confiance entre les membres de la communauté, les populations vulnérables et les autorités locales et jeter les bases d’une solution en faveur d’une paix et d’un développement durables.

Remise symbolique de matériel informatique à la délégation spéciale de Korsimoro.

Pour une meilleure appropriation, le projet est mis en œuvre à travers une démarche participative, qui implique les parties-prenantes (au niveau technique, les communautés bénéficiaires, les institutions et collectivités). A cette fin, l’OIM a mené une étude de base, qui a permis de collecter des données sur les besoins des communautés des zones cibles en matière de services sociaux de base, d’infrastructures socio-économiques ainsi que d’initiatives de promotion de la cohésion sociale. Les membres des communautés ont donc été mobilisés pour définir et proposer collectivement des domaines d’intervention prioritaires en faveur d’une meilleure gouvernance locale et inclusive, de la cohésion sociale et de la relance économique.

Le coût total des infrastructures s’élève à 53 millions FCFA, auquel s’ajoute le matériel informatique de plus de deux millions de FCFA

L’inauguration de la maternité et des trois salles de classe à Korsimoro a mobilisé de nombreuses populations bénéficiaires qui ont, par leurs porte-paroles, expliqué que ces infrastructures vont permettre d’améliorer l’accès aux services de santé et d’éducation, et par la même occasion, renforcer leur capacité de résilience face à la crise.

Selon les autorités locales, ces infrastructures sont un « véritable ouf de soulagement » dans un contexte où la commune accueille de nombreux déplacés, parmi lesquels également, un nombre important d’enfants ayant besoin d’une vie scolaire. « Ces infrastructures vont améliorer le cadre de vie des populations à travers la santé et l’éducation et renforcer la cohésion sociale », rassure Abdoulaye Ilboudo, préfet et président de la délégation spéciale de Korsimoro, localité située à environ 70 kilomètres à la sortie nord-est de Ouagadougou, sur la route nationale N°3.

Le président de la délégation spéciale, Abdoulaye Ilboudo, avec en arrière-plan, les salles de classe.

C’est pourquoi, le haut-commissaire de la province du Sanmatenga, d’où relève la commune de Korismoro, Abraham Yiyé Somdo, représentant le gouverneur de la région, président de la cérémonie, a témoigné sa reconnaissance à l’OIM, pour avoir également formé 400 personnes en activités génératrices de revenus dans les cinq communes d’intervention (pour le Centre-nord) du projet « Initiatives visant à renforcer la stabilisation communautaire au Niger et au Burkina Faso », dont en majorité des femmes organisées en coopératives. La formation a été accompagnée de dotations en équipements de production, dans le cadre du même projet. De même, 200 jeunes ont acquis des compétences professionnelles dans des métiers porteurs et ont reçu des kits individuels pour leur installation.

Le haut -commissaire du Sanmatenga plaide pour un équipement rapide des salles de classe.

« Il est indéniable que le développement de toute localité passe nécessairement par l’amélioration de l’offre en soins de santé et une éducation de qualité. Ce qui demande un investissement conséquent dans les infrastructures sanitaires et éducatives. L’important événement qui nous réunit aujourd’hui consacre alors la mise en service officielle d’une maternité, et de trois salles de classe, nouvellement réalisées au profit de la population de Korsimoro, dans le cadre du projet ’’Initiatives visant à renforcer la stabilisation communautaire au Niger et au Burkina Faso’’ mis en œuvre par l’Organisation internationale pour les migrations et financé par l’Union européenne. (…). Au Burkina Faso, deux communes de la région du Sahel et cinq du Centre-nord en sont les bénéficiaires. Pour renforcer les capacités des autorités locales à améliorer la réponse aux besoins des populations et à un meilleur accès aux services sociaux de base, des infrastructures communautaires ont été réhabilitées et construites, ainsi que de l’équipement et du matériel nécessaires fournis aux services gouvernementaux concernés. Au nombre de ces acquis, on peut citer la construction/réhabilitation d’un total de 20 installations d’approvisionnement en eau potable, la construction et l’équipement en matériels médico-techniques de quatre maternités ici à Korsimoro, à Fatin dans la commune de Boussouma, à Yabo, commune de Mané et à Dahisma, commune de Kaya, ainsi que de neuf salles de classes. En outre, le projet prévoit fournir aux autorités locales, du matériel de bureau, notamment des équipements informatiques, tels que des ordinateurs et des imprimantes, afin d’accroître leurs capacités opérationnelles », a soutenu le chef de mission de l’OIM au Burkina Faso, Aïssatou Guissé Kaspar.

Le chef de mission de l’OIM au Burkina Faso, Aïssatou Guissé Kaspar, a souhaité que les différents efforts de l’organisation aux côtés du gouvernement contribuent au bien-être des populations.

L’OIM s’est engagée, depuis sa présence au Burkina, comme un partenaire du gouvernement, pour faire face à certains défis majeurs du moment, tels que l’assistance au retour volontaire et à la réintégration socio-économique de migrants burkinabè en difficulté hors de leur pays, la prise en charge des déplacés internes à travers des programmes d’urgence, la gestion des frontières, etc.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nutrition : Le miel, un allié pour la santé de toute la famille