Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Opinion • mardi 24 janvier 2023 à 22h00min
Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

Dans cette tribune, l’Ambassadeur François Oubida, diplomate, ancien directeur général de la coopération bilatérale, donne sa lecture de l’accord relatif au statut des éléments des forces armées françaises intervenant au Burkina Faso, dénoncé par le gouvernement burkinabè.

Par note verbale sous références n°2023-025/MACRBE/CAB confidentielle datée du 18 janvier 2023, le Gouvernement burkinabè a notifié au gouvernement français son intention de dénoncer l’accord relatif au Statut des éléments des Forces Armées Françaises intervenant au Burkina Faso pour la sécurité au Sahel, signé le 17 décembre 2018.

Selon la note, cette intention trouve son fondement sur l’article 16, point 3 dudit accord qui stipule comme suit : Chaque partie peut dénoncer le présent accord par le biais d’une notification écrite. Cette dénonciation prend effet un mois après réception de la notification écrite à l’autre partie.
La note verbale en question a suscité, à juste titre, des réactions éparses tant du côté burkinabè que du côté français.

Du coté burkinabè, il y a une espèce de soulagement d’ensemble, qui pourrait s’expliquer par le fait que la rue, depuis plusieurs mois, s’est constamment exprimée, parfois de manière violente, contre les mécanismes de coopération avec la France et particulièrement la coopération militaire. Du reste, les dernières manifestations ont directement visé la présence du détachement concerné par l’accord du 17 décembre 2018.

Du côté français, certains milieux se réjouissent de cette situation qu’ils considèrent comme un nouveau revers de la politique française en Afrique. Quant au gouvernement, il dit vouloir mieux comprendre les motivations profondes de l’initiative burkinabè.
Aussi bien pour le Burkina Faso que pour la République française, les observations suivantes, alimentées par l’expérience du Directeur de la Coopération Bilatérale et celle du Directeur Général de la Coopération Bilatérale que j’ai été, me semblent nécessaires :

Pour le Burkina Faso, il convient de noter que dans les cas de dénonciation, il y a deux actes qui doivent la matérialiser : celle de la partie qui prend l’initiative de la dénonciation et la réponse de l’autre partie. En somme, la dénonciation ne sera actée que par une réponse écrite de l’autre partie. Dès lors, la date à partir de laquelle courra le délai de trente jours sera celle portée sur la note envoyée par l’autre partie en réponse. Dans le cas présent, ce sera la date indiquée sur la note verbale par laquelle le Gouvernement français accusera réception de la note verbale de son homologue burkinabè.

Pour la République Française, la déclaration du Président Emmanuel MACRON, dans laquelle il dit attendre ‘’que le président de la transition TRAORE puisse s’exprimer’’ est un non évènement : la partie qui dénonce n’est nullement tenue de motiver l’acte de dénonciation. Rien, dans l’accord, n’autorise l’autre partie à en exiger non plus.
Que peut-on tirer comme conclusion de ce qui précède ?

1. Contrairement à ce que la majorité de la presse souligne dans leurs dernières éditions, le délai de trente jours impartis à la France pour retirer ses militaires concernés par l’accord ne court pas encore. Les trente jours doivent être lus comme délais de grâce et non ceux dans lesquels cette force française doit quitter le pays.

2. Le gouvernement français doit accuser réception en bonne et due forme. La formule à l’usage voudrait qu’il mentionne que c’est un accusé de réception à la note du gouvernement burkinabè marquant sa volonté de dénoncer l’accord relatif aux éléments des Forces Armées Françaises intervenant au Burkina Faso pour la sécurité au Sahel, signé le 17 décembre 2018 ; souligner qu’il en a pris bonne note ; et dire que par conséquent la date portée sur sa note sera celle à partir de laquelle la période de trente jours devrait se matérialiser.

3. L’article concernant la dénonciation et sur laquelle s’appuie le Burkina Faso a été très mal libellé et est porteur d’équivoques. L’on se rend compte que tout en mentionnant que la dénonciation prend effet un mois après réception de la notification écrite à l’autre partie, l’accord commet en retour deux erreurs fondamentales dans son esprit : Il ne dit pas expressément que l’autre partie doit accuser réception par écrit, à la note de dénonciation. Il reste tout aussi muet sur ce qui devrait servir de repère aux parties en la matière.

Le libellé ne permet pas non plus une bonne interprétation des raisons pour lesquelles les trente jours sont prévus.
Concrètement, l’accord aurait dû stipuler tout simplement, entre autres, comme suit : Chaque partie peut dénoncer le présent accord par le biais d’une notification écrite. Cette dénonciation prend effet un mois à compter de la date portée par la note réponse de l’autre partie. En l’absence de réaction dans des délais raisonnables, (la partie qui prend l’initiative de la dénonciation n’est plus tenue par les engagements pris dans le cadre de l’accord concerné) ou (vaut accord de l’autre partie).

Pour tous les accords à venir, il convient d’être très précis dans la rédaction afin d’éviter toute équivoque et/ou conflits résultant des actions d’application. En cela, les services juridiques du Ministère des Affaires Etrangères sont les mieux appropriés pour apporter leur concours. Le secret militaire et autres privilèges ou motifs derrière lesquels les structures concernées se cachent pour signer ‘’leurs’’ accords pourraient constituer une épée de Damoclès pour notre pays.

Ambassadeur François Oubida
oubida@msn.com

Vos commentaires

  • Le 24 janvier à 21:10, par Le Goupil33 En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Je ne comprends pas la forme.

    Monsieur l’Ambassadeur rapporte que "Chaque partie peut dénoncer le présent accord par le biais d’une notification écrite."

    Jusqu’à présent la demande burkinabé est une note ORALE, pourtant référencée.

    DOnc la demade faite par l’état burkianbé n’est pas écrite. Elle n’est donc pas en phase avec l’accord ???

    AU delà du fond, il y a donc un problème de forme qui sur le plan diplomatique a une importance ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 21:14, par RV En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Merci au doyen pour son éclairage. Des ressources à consulter pour les intérêts de notre pays le Burkina Faso. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 21:41, par Adakalan En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    on est plus a ce niveau de réflexion. l’armée française doit partir et un point c’est tout. ya quoi même , elle ne veut pas quitter ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 22:29, par Que quoi ??? En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Bravo M. Oubida pour cette brillante explication. Même si on est pressé de voir la France disparaître de nos radars, il faut mettre la forme. Car les relations internationales sont régies par des normes. Et le mépris servi à la France aujourd’hui créera la méfiance d’autres pays à l’egard du Burkina. A l’avenir, tout pays qui voudra signer un accord avec nous tiendra compte de ce précédent et de la manière dont le Burkina dénonce les accords. Chassons la France, mais restons respectables et intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 23:35, par Dedegueba Sanon En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Moi je comprends que lorsqu’on se "cache pour signer en catimini" des accords qui font la part belle à l’ex colonisateur (et toujours colonisateurs) , ça donne ce genre d’imprécision. Feu Maurice Yameogo décide qu’il ne veut pas d’armée française sur son sol, et des "vendus" viennent prendre son contre pied et donner une autorisation à des soldats pour stationner à Ouaga, d’où ils décollent pour des opérations suspectes au Sahel. Les maliens disent même détenir des preuves que ce sont des opérations terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 01:11, par Dibi En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    **Dans cette tribune, l’Ambassadeur François Oubida, diplomate, ancien directeur général de la coopération bilatérale, donne sa lecture de l’accord relatif au statut des éléments des forces armées françaises intervenant au Burkina Faso, dénoncé par le gouvernement burkinabè. **
    Que passe-t-il au Burkina-Faso ?
    La décision, demandant à la Base Française Sabre à Kamboinsè, de plier bagages, a-t-elle été prise sur un coin de table ? Où et Comment par qui ?
    Sommes nous toujours réduits à des improvisations diplomatiques, conduites par des incompétents inaptes à rédiger une Note verbale ou écrite, relative à la Rupture-Dénonciation d’un Accord diplomatique entre Etats souverains ?
    Sommes-nous servis dans les Ministères - ici les Affaires Étrangères- par des médiocres qui ne lisent plus, ne connaissent plus les textes, ne savent plus écrire un texte diplomatico-administratif ? Des gens qui passent leurs journées sur leur portable à papoter, à regarder du porno ou à baver devant des promotions marchandes inaccessibles ?
    D’où l’arrogance coloniale jupitérienne de l’équilibriste joueur de pipeau à l’Élysée ; avec sa demande de "Clarifications" à Ibrahim Traoré !
    Des "clarifications" que le Sujet doit au Monarque, que l’élève doit au maître ! Avec de telle raclure arrogante, il faut être sérieux et professionnel dans le travail ! La bonne tenue de l’Etat l’exige !
    Ce méprisant personnage nous rejoue ici, le coup de l’humiliation faite au médiocre R.M.C. Kaboré, suintant la sueur, et sorti dit-il, avec son air de gamin égocentré et dénué de tout surmoi, à un auditoire hilare et débile, pour réparer la climatisation à l’Université J. Ki-Zerbo à Ouagadougou ! La Honte et l’Humiliation restées sans réponse ; mise à part le silence d’une queue entre les jambes !
    Exactement, la même insulte a été faite à l’Afrique, par la Raclure Sarkozy, à l’Université Cheikh-Anta Diop à Dakar ; cette autre raclure gauloise à plumes et ergots limés, abusée par son médiocre Nègre-à-plume - Henri Guaino, quand il a proclamé, par inculture historique, que l’Afrique n’est pas entrée dans l’Histoire !
    Une médiocrité qui devient la nouvelle marque de fabrique des oligarques néocoloniaux des USA-UE-OTAN qui sont aux affaires à Paris !
    L’arrogance, et le mépris de ces ordures au racisme colonial éculé, de ces Albinos stabilisés de nous-mêmes, ont cristallisé chez eux, par effet de loupe colonialiste et impérialiste prédateur-violeur, un mépris raciste de notre commune espèce partagée ! Et ils oublient bien souvent que l’histoire ne fait pas de nous, des êtres à part !
    Quand bien même la conquête-restauration historique de notre dignité reste toujours à réaliser, impérativement et radicalement !
    Et jamais, aucun être humain n’est condamné à rester éternellement couché sous domination et exploitation !
    Il est donc urgent pour nous, de jeter dans les poubelles de l’histoire, les ordures, les vendus, les féodaux, les compradores réactionnaires, les drogués à l’obscurantisme criminel, et tous les incompétents professionnels et politiques qui pullulent chez nous ! Et la base française à Kamboinsè doit fermer !
    C’est une question de souveraineté et de dignité !
    Na an lara, an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 06:00, par Sacksida En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Merci au Doyen Francois Oubida, c’est pourquoi nous avons toujours pense que pour des accords d’une telle importantance dans nos Ministeres, il faudrait mettre alors en place des Task Force speciale composee des competences Intellectuelles et techniques pour souvent revoir certains engagements de l’Etat Burkinabe et avec des Partenaires Etrangers. Les Jeunes Cadres Superieurs doivent avoir l’humilite de faire recours aux anciens Cadres Superieurs pour bien savoir faire. Dans les rapports internationaux ce n’est pas une question de Muscles, mais une question d’Expertises averees..Salut

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 08:03, par Le Pacha En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Etes-vous certains que lorsque la France disparaîtra de vos radars tout sera réglé ? Les boucs émissaires constituent rarement une solution durable aux problemes reels.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 08:31, par Marc Labor En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Je suis navré pour le Burkina, pays que je connais et que j’aime. Je vois que l’on prend des décisions graves à la suite de manoeuvres sur l’opinion publique et de réactions d’orgueil. Je crains que ce ne soit la population qui en souffre, comme en Syrie, en Ukraine, au Mali et en République Centrafricaine. Et qui vous aidera alors ? Sûrement pas la Russie, qui a déjà massacré plusieurs pays pour le plaisir d’y ouvrir des bases militaires et cherchera en plus à se faire payer par un prélèvement sur les ressources locales.

    Répondre à ce message

    • Le 25 janvier à 12:11, par Omar Dao En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

      M. Labor et tous ceux qui arguent que la population va souffrir, vous connaissez certainement la maxime qui dit que "la nécessité crée l’invention", cette souffrance va être un investissement pour trouver des solutions endogènes à nos problèmes. Je pense que cette stratégie est quand même plus intéressante et plus intelligente que celle de l’éternel assisté... Vous aimerez certainement plus un Burkina libre et responsable de ses choix.

      Répondre à ce message

    • Le 25 janvier à 13:03, par Dedegueba Sanon En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

      Merci pour les mots gentils... Mais cette base qui stationnait à Kamboinsin avait quelle utilité ? Elle a quoi à son actif à faire prévaloir comme action positive contre le terrorisme ? Pire le Grl Minougou avait menacé de faire abattre les appareils qui survolaient les théâtres des opérations sans s’annoncer, et il y a fort à parier que ces engins provenaient de cette base.
      Je comprends la russophobie de l’occident, mais je suis au regret de vous opposer, que nous n’avons pas ici en Afrique, "expérimenté" la méchanceté et la cruauté des russes. Par contre nous avons souffert et continuons de souffrir de l’occident qui va jusqu’à nous refuser le droit de choisir nos partenaires. Si même la présidente de l’UE s’étonne à l’ONU que l’africain puisse réfléchir par lui-même, cela démontre tout le degré de mépris que l’occident a envers nous.
      Et lorsque l’occident se mobilise comme un seul homme, pour soutenir l’effort de guerre de l’Ukraine, alors que le sahel brûle depuis plus de 10 ans, et cela dans son indifférence, alors que c’est l’OTAN qui y a mis le feu, il est tout à fait logique que nous nous retournions vers d’autres partenaires que les pyromanes. C’est juste une question de bons sens, même si pour Ursula Von Der Leyen nous n’avons pas de cerveaux.
      Russes, chinois, turcs, iraniens, ou apaches et irokois, tant que c’est pour nous aider franchement et loyalement contre les HANI , pourquoi pas ?

      Répondre à ce message

      • Le 26 janvier à 08:18, par kwiliga En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

        Bonjour Dedegueba Sanon,
        Vous écrivez : "nous n’avons pas ici en Afrique, "expérimenté" la méchanceté et la cruauté des russes.", voudriez-vous dire que vous ne considérez, ni la Lybie, ni la république Centrafricaine, comme étant des pays africains ?
        Pour le moins curieux.
        Et quand bien même, ce que font les russes ailleurs, en Syrie, par exemple, pourquoi ne le reproduirait-ils pas en Afrique ? Parce qu’ils aiment les noirs ? Hum, posez donc la question aux étudiants qui ont eu l’occasion d’aller en Russie, depuis la chute du mur.
        Attention, je ne prétends pas que les occidentaux soient plus gentils, je ne préfères pas Blackwater à Wagner, mais s’allier n’importe comment avec n’importe qui, c’est plutôt un signal de désespoir qu’une démarche souverainiste.

        Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 09:29, par numero1 En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Espérons que les prochains accords bilatéraux et multilatéraux seront présentés et validés par l’assemblée.
    Le problème dans nos pays africains, est qu’une fois au pouvoir, seul le Président décide et tout est secret.
    Au peuple d’être vigilent et d’exiger à voir le contenu des accords dans le futur.
    Nous sommes dans le "dur" et la situation actuelle est grave mais il faut tout de même être prudent dans les termes des accords futurs car les "partenaires" voudraient bien profiter de notre situation de "faiblesse".
    Cohésion et dialogue pour la Paix au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 10:46, par L Goupil 33 En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Merci pour cette précision. Cette note verbale est donc écrite.

    "Par note verbale sous références n°2023-025/MACRBE/CAB confidentielle datée du 18 janvier 2023, le Gouvernement burkinabè a notifié au gouvernement français son intention de dénoncer l’accord relatif au Statut des éléments des Forces Armées Françaises intervenant au Burkina Faso pour la sécurité au Sahel, signé le 17 décembre 2018"

    En langage diplomatique comme en bon français "A l’intention de demander" ne signifie pas "demander". Est ce qu’une autre note verbale Demande. Si l’issue de cette affaire est connue, Sabre va quitter le BF, les termes ont quand même de l’importance.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 10:57, par porto En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Pourquoi pas suspendre ces telenovelas a la tele ?elles font plus de mal a nos chere maman et sœur donc a toute la societe burkinabe que les informations diffusees par rfi.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 13:34, par momine En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    le francais a toujours fait l’objet d’interpretation. le mouton ou la mouton egale a mouton.y a t-il un probleme ?voila pourquoi il faut suspendre l’enseignement francais et le remplacer par l’anglais.il faut bruler cet accord tout simplement. c’est parce que existe qu’il y a un probleme.il faut le bruler

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 15:11, par Alexio En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Quittons tous les accords leonins que la France par le chantage nous a affliger pout nous soumettre ases desiratas geostrategique. economomique et politique.

    Au lieu de prendre le role de nos armee en Afrique, elle fera mieux aller aider ses freres Ukrainiens. Dailleiurs cett France malintentionee utlilise les fonds qu elel nous detourner par magouille du peage monetaire que sont les mecanismes du CFA pour aider l ukraine.

    Elle ne fabrique pas l Euro, mais le Franc-CFA a Chamallieres. Une manne eternelle pour ses previsions budjetaires.

    C est ce Cash-Flow l apporte plus de 500milliard d Euro par an par les 15 pays sous tutelle monetaire.

    Maintenant on raconte des bobards que les comptes aux tresor francais n esxistent pour nous escroques en catimini.

    Ou sont gardes nos decises etrangeres. devises etrangeres ?

    Bref ! En ce qui concerne la Force Sabre, elle etait installe en catimini par le despote Blaise Compaore.

    Voila pourquoi ils l ont exfiltre vers la Cote D Ivoire le jour de sa decheance du pouvoir par le Faux sosialiste Francois Hollande. Bourgeois de son Etat.

    Ii asouiller la memoire de notre premier president. Maurice Yameogo.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 15:32, par pagnagdé En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Article 16 dit quoi ?
    C’est en vertu de cet article que la demande a été effectuée
    Laissez nous avec votre français car c’est lui notre problème
    au moins la france sait qu’elle doit partir et elle a entendu et veut comprendre ce qui n’existe pas

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 15:34, par Bob En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    @ Labor plus près de nous SARKOZY a détruit la Lybie et la France a participé au dépeçage de la Syrie, la Yougoslavie, le Yémen et j’en passe. Assassins RUSSES ou FRANÇAIS se valent. Pour nous burkinabé lambdas qui ignorent le rôle et l’utilité de SABRE dans le pays, qui n’avons jamais été consultés sur son installation, le départ de ces troupes d’occupation est une clarification. Si vous connaissez et aimez le Burkina souhaitez nous le meilleur. Nous ne savons pas ce qui vient, mais nous constatons que malgré la présence de SABRE et Barkhane, DJIBO est encerclé, TOUGAN souffle. Espérons que le départ des troupes françaises permettra un sursaut d’orgueil du pays. On voudra prouver que vous avez tort.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 15:35, par As En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Bonjour
    Merci au doyen pour la précision qu’il donne ici concernant cet accord militaire et la question concernant la dénonciation dudit accord.
    Je voudrais très humblement demander à ceux qui veulent faire un autre procès, de comprendre qu’ici il y a des choses simples à préciser :

    1. Le Burkina Faso en tant qu’Etat souverain (comme tout autre Etat d’ailleurs) a le droit de dénoncer l’accord qui est sujet ici (l’accord même lui donne ce droit).
    2. Le Burkina Faso a le droit (et même l’obligation) de coopérer avec qui il veut, fut-il la Russie pour régler les problèmes qu’il est conscient que seul, et dans le contexte actuel, il ne peut pas.
    3. Ceux qui demandent une coopération avec la Russie ont un droit légitime de le faire, et cela, parce qu’ils ont vu dans d’autres contrées ce que cette coopération a pu apporter.
    4. Ceux qui pensent qu’il ne faut pas coopérer avec la Russie ont aussi un droit légitime de le faire, parce qu’ils n’ont pas vu dans d’autres pays ce que les premiers ont vu dans la coopération avec la Russie.
    En tout état de cause, IL FAUT QUE LES GENS ARRETENT DE DIRE QUE SI LA FRANCE PART IL Y AURA DES PROBLEMES OU QUE SI LA RUSSIE VIENT IL Y AURA DES PROBLEMES car c’est parce qu’il y a déjà des problèmes que ces décisions sont prises. De plus cela n’est pas du tout constructif.
    Il est évident, à moins de considérer les dirigeants du pays comme des "anti-patriotes" ou des vendus, que toutes les décisions qui sont prises aujourd’hui, le sont dans le sens de REGLER LES PROBLEMES DU BURKINA FASO dans le concert des Nations.
    Ce qui se passe en Russie, en France ou en Ukraine, n’a rien à voir avec ce que les Burkinabè décident pour leur pays en toute souveraineté. D’ailleurs, s’il fallait évoquer la situation en Ukraine, il faudrait alors saluer la démarche des autorités Burkinabè puisqu’il est question de prendre en main notre destin en tant que nation.

    Donc de grâce, ceux qui veulent faire de la propagande en évoquant d’autres situations ou en dénonçant les manières de faire de nos autorités devraient d’abord se poser les questions simples suivantes : Est-ce que nos autorités ont droit de faire ce qu’elles font ? Est-ce que les procédures en la matière ont été respectées ? (Sinon, faire des propositions pour corriger ces procédures). Enfin, est-ce que les actes posés par nos autorités ont des objectifs légitimes qui répondent aux valeurs de la nation et à mes propres valeurs en tant que citoyen ? (Sinon, utiliser les moyens qu’offrent nos institutions - assemblé nationale entre autres - pour dénoncer les actes non conformes aux valeurs de la nation).

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier à 08:25, par kwiliga En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

    Bonjour As,
    Vous écrivez : "3. Ceux qui demandent une coopération avec la Russie ont un droit légitime de le faire, et cela, parce qu’ils ont vu dans d’autres contrées ce que cette coopération a pu apporter."
    Seriez-vous assez aimable de nous indiquer ce que la coopération de la Russie a pu apporter dans d’autres contrées.
    Des éléments factuels assortis de sources vérifiables seraient les bienvenus.
    Merci.

    Répondre à ce message

    • Le 29 janvier à 19:31, par Gwandba En réponse à : Diplomatie : L’esprit de l’accord dénoncé par le gouvernement burkinabè vis-à-vis du gouvernement français

      kwiliga

      Je me permets de vous répondre car, à force de reprendre les dires des autres sans esprit critique amène à rependre du mensonge en se prenant très au sérieux comme vous faites.

      Ce qui peut être très dangereux parce que je pense sincèrement que vous êtes capable de réfléchir. Mais ce qui cloche vous concernant, c’est cette envie de plaire qui vous conditionne et vous condamne à répéter tel qu’un perroquet tout ce est dit en occident sans discernement.

      Connaissez la Centrafrique et la Syrie ??
      Voyageant depuis 2009 en Centrafrique vous tombez très mal. Il y a eu un moment ou Bangui (la capitale) était un champ de désolation et embastillée comme un furoncle renfermant de la pue dans laquelle se battent Seleka, anti Balaka et l’armée centrafricaine.

      Depuis 2012 jusqu’à l’arrivé de Toudéra au pouvoir qui du reste, a mis de côté son enseignement dans une université (française) pour se consacrer à son pays.

      Constatant la moindre motivation de certains d’aider au retour de la paix, avec son gouvernement, ils ont simplement décidés de faire appel à d’autres partenaires.

      Depuis, je suis reparti 3 fois à Bangui où les corps sans vies ne sont plus sur les bords de routes comme ça l’était avant. ça ne veut pas dire que tout est parfait mais la Centrafrique un équilibre aujourd’hui, un gouvernement de femmes et d’hommes d’honneur ayant pour point de mir l’intérêt suprême du pays et ses habitants.

      Voyez vous, à lire toutes vos interventions sur ce forum, ça dégouline et laisse voire que vous orientez pour arguments pour plaire à certains. C’est dommage. Lorsqu’en face, vous avez quelqu’un qui met en lumière vos compaoroses, vous fuyez. Remarquez, vous avez été à la bonne école. Compaoré à fuit la queue entre les jambes ou du moins ce qu’il en restait. Le complexé de naissance voulant vaille que vaille plaire et prendre le fouet à la place de son maître pour lui prouver son amour.

      "Des éléments factuels assortis de sources vérifiables seraient les bienvenus."

      Le trajet le plus long que vous avez effectuer est visiblement de votre position à la chaise du bar stade de France. Il est difficile que fassiez des échelles de comparaisons de l’amélioration de la situation centrafricaine. Ce n’est surtout pas RFI ou le vieux retraité dont vous faites la danse du ventre en espérant qu’il remarque enfin le maquillage que vous avez appliquer pour lui.

      Très cordialement de ma position. ;-)

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
USA-Burkina : « Nous sommes le plus grand donateur en matière d’aide humanitaire » (sous-secrétaire d’État adjoint américain pour l’Afrique de l’ouest)
Transition au Burkina : Le président de la commission de l’Union africaine à Ouagadougou pour soutenir les efforts du pays
Lutte contre le terrorisme : L’Union africaine exprime sa solidarité avec le Burkina Faso.
Coopération sous-régionale : 20 jours et 800 kilomètres à vélo pour renforcer les liens entre le Mali et le Burkina
Coopération Etats-Unis-Burkina Faso : Le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Afrique de l’Ouest échange avec le Chef de l’Etat
Sécurité au Burkina Faso : Le Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires ouest africaines prend langue avec le Gouvernement burkinabè
Visite du Premier ministre à Bamako (Mali) : « Pendant longtemps, nous avons passé le temps à regarder ailleurs, alors que les solutions sont juste à côté de nous », dixit Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela
Frédéric Lejeal, journaliste africaniste : « La France doit changer radicalement de logiciel en Afrique si elle veut encore avoir du crédit »
Formation des Forces de sécurité intérieure en Egypte : Le rapport 2021-2022 remis au Colonel Boukaré ZOUNGRANA
Coopération sécuritaire : L’Ambassadeur du Japon échange avec le Ministre Boukaré ZOUNGRANA
Coopération : Le Premier ministre Apollinaire Kyelem attendu à Bamako ce mardi 31 janvier 2023
Coopération : Après la Centrafrique, le Mali, … les nouvelles de Wagner en RDC inquiètent des Occidentaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés