LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina Faso : Les étudiants de l’ENAM invités à faire preuve de résilience pour une administration publique efficace et de qualité

Publié le lundi 19 décembre 2022 à 18h37min

PARTAGER :                          
Burkina Faso : Les étudiants de l’ENAM invités à faire preuve de résilience pour une administration publique efficace et de qualité

L’Ecole nationale d’administration et de la magistrature (ENAM) a organisé ce lundi 19 décembre 2022 un panel sur la résilience de l’administration publique dans un contexte de défis sécuritaires. Ce panel a été animé par d’éminentes personnalités de l’administration publique burkinabè et modéré par le ministre de la fonction publique Bassolma Bazié en personne.

Le Burkina Faso traverse une période difficile depuis quelques années marquée notamment par la crise sécuritaire. Et l’administration publique, le plus souvent ciblée doit s’adapter à cette nouvelle donne afin d’être plus efficace et au service des citoyens. D’où l’organisation de ce panel au profit des étudiants et élèves fonctionnaires de l’ENAM. 

« Résilience administrative et défis sécuritaires », c’est le thème central de ce panel. Il s’agit d’un cadre d’échanges et de partage d’expériences entre les devanciers dans l’administration publique et les futurs fonctionnaires.

Le présidium lors du panel

La résilience en cette période de crise sécuritaire et la modernisation de l’administration publique ont été les principaux sujets au cœur des échanges. Un panel animé entre autres par, Soungalo Apollinaire Ouattara, ancien ministre de la fonction publique et ancien président de l’Assemblée nationale, Dr Clarisse Merindol/ Ouoba, enseignante en droit à l’université Thomas Sankara et ancienne ministre déléguée chargée de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur et le Pr Alkassoum Maïga, ancien ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation.

Photo de famille des participants à ce panel

Soungalo Apollinaire Ouattara a notamment échangé avec les étudiants sur la vulgarisation des acquis de la modernisation de l’administration publique pour une meilleure appropriation et pérennisation. Les étudiants ont été outillés sur les mécanismes et outils de la modernisation, la gestion des carrières, des concours, la gestion prévisionnelle, etc. Tout en félicitant l’actuel ministre de la fonction publique pour les efforts consentis en vue d’une administration publique de qualité, Soungalo Apollinaire Ouattara rappelle, qu’il faut une administration honnête au service des citoyens, des entreprises et des collectivités territoriales.

Soungalo Apollinaire Ouattara, ancien président de l’Assemblée nationale et panéliste du jour

Dr Clarisse Merindol/ Ouoba, ancienne ministre déléguée chargée de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur s’est largement entretenue avec les étudiants sur la résilience. Pour elle, il s’agit pour les acteurs de l’administration publique, de s’adapter à des circonstances nouvelles et à une conjecture nouvelle. La résilience selon elle, c’est la capacité de l’humain, de l’administration, de la société à s’adapter à de nouveaux enjeux, à surmonter les épreuves et à rebondir en toutes circonstances.

« Aujourd’hui, nous vivons une crise sécuritaire sans précédent qui commande une réadaptation permanente. La résilience, c’est se battre en acceptant la situation dans nos comportements quotidiens. Pour être résilient, il faut se connaître soi-même, connaître ses limites et s’adapter afin d’être efficace. On ne peut pas être dans l’abandon, dans le pessimisme, il faut toujours être positif et optimiste. Nous devons faire preuve de résistance », soutient-elle. Elle rappelle que la résilience doit être à tous les niveaux, notamment administratif, économique, au niveau des nouvelles technologies de l’information et de la communication en responsabilisant le citoyen et l’agent public.

Dr Clarisse Merindol/ Ouoba, ancienne ministre déléguée chargée de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur et animatrice du panel

Le Pr Alkassoum Maïga est revenu notamment sur la bureaucratie et le fonctionnement de l’administration. En s’appuyant sur Max Weber, Alkassoum Maïga soutient que l’administration doit fonctionner par la domination légale et non par la domination charismatique et traditionnelle.

La rencontre a été modérée par le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale Bassolma Bazié. « Il s’agit de partager les expériences qu’ont vécues nos devanciers, afin de permettre à l’ensemble des étudiants et élèves de savoir à quoi s’en tenir, après la fin de leur formation pour servir l’Etat sur l’ensemble du territoire national. Nous voulons tous de l’exemplarité, de l’autorité de l’Etat, un pays très bien servi. Etant donné que la première ressource d’un Etat, ce sont les hommes, donc la qualité d’un Etat et de son autorité commencent par ceux qui vont aller le servir’’, explique-t-il.

Alkassoum Maïga, ancien ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation est l’un des panélistes du jour

« Voilà pourquoi, nous avons estimé qu’il était nécessaire de faire ce partage de repas intellectuel pour permettre aux uns et aux autres d’avoir un minimum de rudiments pour affronter la réalité sur le terrain », a ajouté Bassolma Bazié. Il a tenu à féliciter l’ensemble des agents de l’Etat qui sont déjà sur le terrain et qui y sont restés malgré toutes les difficultés que l’Etat connaît. « Le Burkina Faso traverse, certes des difficultés mais dans notre passé, dans notre histoire, nous avons les ressorts nécessaires qui doivent nous permettre de tenir et nous avons grand espoir que nous allons pouvoir tenir grâce à la qualité des hommes que l’Etat forme pour le servir » a-t-il déclaré.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/Nutrition : La campagne "Assez" officiellement lancée
Burkina /Jeux de hasard : Les Koudougoulais découvrent LONABET