LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Campagne « Billi now now » : La 2e édition se penche sur l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive des jeunes

Publié le dimanche 11 décembre 2022 à 16h37min

PARTAGER :                          
Campagne « Billi now now » : La 2e édition se penche sur l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive des jeunes

La 2e édition du festival « Billi now now » a ouvert ses portes le samedi 10 décembre 2022 à Ouagadougou. Le thème de cette édition est « Leadership et contribution à l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes au Burkina Faso ». Animations, prestations d’artistes, prestations de santé avec des cliniques mobiles et des expositions-ventes, sont au programme de cette deuxième édition de « Billi now now », qui s’étale sur deux jours.

« Billi now now » provient de « One billion : un milliard » « Now now : le changement c’est maintenant ». C’est une campagne de sensibilisation de jeunes burkinabè dont l’âge est compris entre 13 et 34 ans, sur la santé sexuelle et reproductive en vue de les amener à prendre en charge leur corps, leur santé et leur destin. Elle est lancée en Afrique par les jeunes et pour les jeunes. Le programme est présent au Burkina Faso depuis 2018.

Pour le coordinateur national de ce projet, Désiré Tassembédo, ce festival est un espace de rencontres, d’expression. La première édition s’est tenue à Bobo-Dioulasso ; elle a été organisée par les jeunes, pour des jeunes. « Donc, je pense qu’il contribue à créer un brassage entre les jeunes de Ouagadougou. C’est une approche, une stratégie pour que les jeunes puissent se parler à travers la musique et surtout sensibiliser la jeunesse », a-t-il décrit.

La campagne est dédiée aux jeunes adolescents dont l’âge est compris entre 13 et 34 ans.

A l’écouter, la situation de l’accès des adolescents et des jeunes à la santé sexuelle et reproductive n’est pas reluisante. Parce que, a-t-il fait remarquer, les grossesses précoces et non-désirés continuent en milieu scolaire comme en milieu informel. « Les jeunes n’ont toujours pas de services adaptés en matière de sexualité. Beaucoup d’efforts sont faits, les services sont disponibles, mais pas pour tout le monde. Nous avons donc voulu de ce programme pour que les jeunes puissent avoir les services en tout temps et à tout moment », a-t-il situé.

Appliquer les programmes et politiques de santé sexuelle des jeunes

La contribution de Billi now now dans ce domaine est louable et son impact est positif, à en croire M. Tassembédo. En effet, en deux ans et demi, la campagne a pu référer 38 000 jeunes vers les centres de santé, et 31 146 ont pris des services pour améliorer leur état de santé et pour empêcher d’être infectés par une IST, y compris le VIH. « Donc l’impact est positif. Le premier volet du programme finit ce 31 décembre. Mais nous avons bon espoir parce que nous sommes en discussion avec nos partenaires pour que Billi now now soit étendue dans les autres régions du Burkina Faso », a-t-il annoncé.

Le coordinateur national, Désiré Tassembédo, est satisfait de la contribution de « Billi now now » dans l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive.

La marraine de la 2e édition de Billi now now, Mariama Siri/Mahamadou, a apprécié cette opportunité. Pour elle, c’est une aubaine toute trouvée pour pouvoir rencontrer ces acteurs du monde du développement que sont ces jeunes Billi. Cette activité, a-t-elle rappelé, permet d’accroître l’offre de services de santé adaptés aux besoins des adolescents et des jeunes. Car, a-t-elle souligné, l’avenir repose sur les compétences, les connaissances et le talent des jeunes qui, collectivement, ont besoin de services de santé.

La marraine, Mariama Siri/Mahamadou, a salué cette initiative.

Elle a regretté cependant la non-application des politiques et programmes en lien avec la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes. Cela limite les accès aux soins de santé et aussi l’autonomisation des jeunes. « Le corolaire est la perte du dividende démographique, c’est-à-dire la croissance potentielle liée à l’évolution de la pyramide des âges. C’est pourquoi je salue la mise en œuvre de tels projets pour les adolescents et les jeunes. Aux participants, j’exhorte d’avoir une sexualité responsable ; et pour cela, n’hésitez pas à vous informer et à demander les services sur les droits en santé sexuelle et reproductive », a-t-elle souhaité.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique