LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Lycée provincial de Koudougou : Les élèves manifestent pour réclamer des ralentisseurs

LEFASO.NET

Publié le samedi 10 décembre 2022 à 14h00min

PARTAGER :                          
Lycée provincial de Koudougou : Les élèves manifestent pour réclamer des ralentisseurs

Après un énième accident de la circulation devant le lycée provincial de Koudougou, les élèves dudit établissement ont manifesté sur la route nationale N°14, le vendredi 9 décembre 2022, pour interpeler les autorités sur les nombreux accidents dont ils sont victimes. Ils exigent donc que soient érigés des ralentisseurs ou des feux tricolores devant l’entrée principale du lycée.

Tout est parti d’un accident dont a été victime une élève du lycée provincial de Koudougou. La jeune fille a été violemment percutée devant l’établissement, dans la matinée du jeudi 8 décembre. Gravement blessée, elle a été conduite d’urgence à l’hôpital pour être prise en charge. Cet énième accident a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Selon les dires des élèves, des cas similaires ont été enregistrés avant cette date. Ils pointent du doigt la vitesse et le manque de ralentisseurs.

Les élèves devant leur établissement, barricadant la RN14 pour exiger des ralentisseurs.

Sortis nombreux, les élèves ont érigé des barricades devant l’établissement, rendant la circulation pratiquement impossible sur la Route nationale 14. À en croire les manifestants, ce mouvement d’humeur intervient après plusieurs tentatives d’interpellation des autorités face à la recrudescence des accidents devant l’entrée principale du lycée. « Il y a trop d’accidents devant le lycée, et les victimes sont nos camarades. Donc nous sommes sortis ce matin pour manifester notre mécontentement et réclamer des autorités la construction de ralentisseurs ou de feux tricolores », a déclaré Donatien Kaboré, secrétaire général chargé à l’organisation de la section provinciale de l’Association des scolaires de Koudougou (ASK). Sa camarade Ida Yaméogo, elle, est convaincue qu’avec les ralentisseurs ou les feux tricolores, « les usagers feront moins de vitesse et il y aura moins d’accidents ».

Donatien Kaboré, secrétaire général chargé à l’organisation de la section provinciale de l’ASK.

Selon Karim Sankara, élève en classe de Terminale et président de la section de l’ASK du lycée provincial de Koudougou, le manque de ralentisseurs et la vitesse des usagers sont les causes des accidents devant l’établissement. « L’accident d’hier est le troisième auquel nous avons assisté, et nous ne voulons pas d’un quatrième accident », fait-il savoir. Pour ce qui est des interpellations, il explique que les autorités administratives ont été informées, chaque fois qu’un accident s’est produit.

Ida Yaméogo, élève du lycée provincial de Koudougou.

« Lors du premier accident, nous avons interpellé l’administration. Le directeur nous a fait savoir qu’il a saisi la hiérarchie et que la situation allait se régler. Quand le deuxième accident s’est produit, nous sommes encore répartis vers lui pour qu’il puisse gérer cette situation le plus rapidement possible. Donc avec ce troisième accident, il fallait qu’on sorte montrer notre mécontentement vis-à-vis de cette situation », relate l’élève en classe de Terminale.

Karim Sankara, président de la section de l’ASK du lycée provincial.

Une rencontre d’urgence a été initiée par les autorités de la commune avec les élèves, afin de parvenir à une trêve. Karim Sankara dit avoir été satisfait de l’échange avec le président de la délégation spéciale. Il rassure que les autorités ont promis de placer des Volontaires adjoints de sécurité (VADS) devant l’établissement, afin de réguler la circulation en permanence, en attendant d’ériger des ralentisseurs.

Prince Omar
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Le seul et réel problème au Burkina Faso c’est que nous avons jamais appris à anticiper...en effet au Burkina on ne prévient pas mais seulement on se contente de soigner...

  • A tous les niveaux, le goulot d’étranglement reste l’incivisme : les usagers de la route ont beaucoup tord de rouler trop vite en ville, les élèves aussi ont à apprendre les bonnes manières pour traverser une route (sans regarder, occupant égoïstement les chaussées, ou empruntant la voie en mode côte-à-côte...). Un ralentisseur fera encore d’autres victimes, un feu n’empêchera pas les "brûleurs de feu" de causer des victimes. Toutefois je souhaite un prompt rétablissement à la victime !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sofitex Dédougou : Les producteurs de coton passent à la caisse