Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de cancer : Réfléchir sur la redynamisation du registre du cancer

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 8 décembre 2022 à 21h37min
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de cancer : Réfléchir sur la redynamisation du registre du cancer

La Société burkinabé de pathologie (SOBUPATH) en collaboration avec Research and action against cancer (RAAC) a organisé conjointement la troisième journée de la pathologie et IVe journée du registre du cancer, le jeudi 8 décembre 2022 à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou. L’objet est de se pencher sur les problématiques du registre, de la pathologie pédiatrique et de la reproduction.

« Réfléchir sur la procréation médicalement assistée, sur la médecine de famille et sur la prévention du cancer » est la problématique de la IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de cancer. Organisées conjointement par La Société burkinabé de pathologie (SOBUPATH), ces journées ont rassemblé plus d’une centaine de participants venus de plusieurs pays. La cérémonie d’ouverture est intervenue, le jeudi 08 décembre 2022 à Ouagadougou sous la présidence du représentant du ministre en charge de la santé, Dr Esaïe Meda.

Le représentant du ministre en charge de la santé, Dr Esaïe Meda a réitéré la disponibilité de son département pour améliorer la santé publique

D’entrée de jeu, celui-ci s’est réjoui de la tenue de cette manifestation qui est d’une importance capitale. Car, selon lui, elle est un tremplin de renforcement des capacités des différents acteurs qui sont impliqués dans la prise en charge des maladies. Dr Meda a plutôt salué la réflexion sur les thèmes retenus à savoir « le registre du cancer », « la pathologie pédiatrique » et « la pathologie de la reproduction ». Toutes choses, a-t-il mentionné, qui vont permettre de mutualiser connaissances et pratiques diagnostiques. Afin de, a évoqué Dr Meda, favoriser une meilleure prise en charge de ces pathologies.

Pr Olga Mélanie Lompo a soutenu que l’intérêt de ces journées est de redynamiser le registre du cancer au Burkina Faso

« Le registre du cancer est, certes, fonctionnel mais il rencontre des difficultés de fonctionnement. Il faudra aussi réfléchir au passage à l’échelle », a confié le conseiller. Tout en réitérant la disponibilité de son département dans l’accompagnement d’une telle démarche, le représentant du ministre a félicité les autorités sanitaires pour les efforts fournis pour améliorer la santé des populations. Sur ce, Dr Meda a formulé le souhait que, à la fin de ces journées, tous les acteurs repartent avec des acquis pour améliorer leur pratique médicale.

Le parrain de la cérémonie, Pr Robert Soudré a indiqué que si les techniques médicales ont beaucoup changé, la pratique demeure la même

De son côté, le parrain de la cérémonie, Pr Robert Soudré a indiqué que de nos jours, les techniques médicales ont beaucoup changé. Mais, a-t-il relevé, la pratique garde toujours le même visage qui est humain. En rappelant aux participants que l’homme n’est pas que matière, il a encouragé à faire preuve d’humilité dans l’exercice médical. Et ce, a-t-il avancé, en tenant compte de la définition de l’homme comme étant " esprit et dignité". Et de convenir que c’est une lame que l’on examine. « Un médecin, grand savant soit-il, qui travaille seul dans son coin, est un piètre médecin », a conseillé Pr Soudré. Du reste, pour le parrain de la cérémonie, l’exercice de la médecine se fait dans une collaboration non seulement entre les acteurs mais aussi avec d’autres disciplines. A ce sujet, il a conseillé : « Aucune discipline n’est plus importante que les autres ». C’est pourquoi, il a appelé à s’inscrire dans la dynamique d’un fructueux échange.

Les participants ont été exhortés à des échanges fructueux

Pour sa part, la présidente du comité d’organisation, Pr Olga Mélanie Lompo a remercié les partenaires et les autorités sanitaires pour l’amélioration de la santé des populations. Elle a soutenu que ces journées conjointes visent à apporter une contribution dans la lutte contre le cancer. Pour elle, c’est pour un renforcement des capacités en matière des maladies pathologiques en général. Pr Lompo a informé que les travaux de ces journées se feront sous forme de communications scientifiques, de conférences et d’une table ronde sur le registre du cancer. Comme attentes de cette rencontre, a laissé entendre Pr Lompo, c’est d’émettre des recommandations à l’endroit du ministère de la Santé. Il s’agit, a-t-elle énuméré, d’avoir un registre du cancer fonctionnel et dans d’autres villes telles que Bobo Dioulasso, Ouahigouya et Fada N’Gourma. D’autant plus que l’intérêt principal est de travailler à redynamiser le registre du cancer de la capitale et mettre en place celui des autres localités ci-dessus citées.

Achille ZIGANI

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Quatre nouveaux officiers des forces armées nationales nommés à des postes de responsabilité
Burkina Faso : Une conférence publique pour discuter des enjeux et défis de l’enregistrement des décès
Amicale des femmes de la Sitarail : Une journée pour faire découvrir le métier de cheminot aux enfants des travailleurs
Administration du travail : Le Burkina accueille la 44e session du Centre régional africain d’administration du travail
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché burkinabè
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés