Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Transition digitale et développement : Le PNUD aide le Burkina Faso à ménager sa monture vers la réalisation des ODD

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • jeudi 8 décembre 2022 à 18h04min
Transition digitale et développement : Le PNUD aide le Burkina Faso à ménager sa monture vers la réalisation des ODD

Le ministère de la Transition digitale, des postes et des communications électroniques (MTDPCE), en collaboration avec le Programme des nations-unies pour le développement (PNUD), organise les 8 et 9 décembre 2022 à Ouagadougou, un atelier d’examen du rapport diagnostic d’une étude. Cette dernière porte sur l’analyse approfondie des politiques et stratégies du numérique en vue de formuler une vision nationale prospective et inclusive de la transformation digitale. La cérémonie d’ouverture a été placée sous les auspices du secrétaire général du ministère, Kisito Traoré.

La transformation digitale est une dynamique mondiale à laquelle le Burkina ne peut se soustraire. Elle est présentée comme un moyen de lutte contre la corruption, les inégalités socio-économiques, ainsi qu’une opportunité de rapprocher les services publics des citoyens. Bref ! Il s’agit d’un vecteur d’accélération des processus de développement, quoique la contribution du numérique au PIB soit environ de 2.5%.

Les experts ont deux jours pour examiner le rapport diagnostic

Qui veut aller loin ménage sa monture, dit-on. C’est conscient de cela que le ministère en charge de la transition digitale a entrepris, depuis 2021, un processus de formulation d’une vision prospective de transformation digitale inclusive en vue d’accélérer les progrès vers la réalisation l’agenda 2063 de l’Union africaine et les Objectifs de développement durable. Ce processus a vu le jour grâce à l’accompagnement du PNUD à travers son projet « Offre 2.0 pour la transformation digitale inclusive ».

Yaya Traoré, secrétaire permanent en charge de l’innovation et de la veille sur les technologies émergentes du numérique (SPIVTEN)

Afin de bâtir cette vision prospective sur des bases solides, un état des lieux était nécessaire. Une étude approfondie des stratégies et politiques existantes en matière de digitalisation dans les différents secteurs a donc été réalisée par des consultants qui ont rédigé un rapport. « Ils ont fait une analyse approfondie et croisée pour voir la cohérence des stratégies en vue d’avoir une vision partagée, orientée et transversale dans l’écosystème du numérique au Burkina », a indiqué Yaya Traoré, secrétaire permanent en charge de l’innovation et de la veille sur les technologies émergentes du numérique (SPIVTEN), à l’ouverture de l’atelier d’examen du rapport diagnostic, ce jeudi 8 décembre.

Analyse objective et recherche de solutions

Selon le secrétaire général du MTDPCE, Kisito Traoré, il s’agira concrètement pour les participants d’analyser de façon objective les stratégies et politiques mises en œuvre ou en cours en lien avec la transformation digitale et prenant en compte tous les domaines prioritaires. Une analyse des gaps et insuffisances du degré d’inclusivité des politiques actuelles sera également faite afin d’identifier des solutions pour la bonne prise en compte des besoins et des priorités de l’ensemble des acteurs. Le cadre institutionnel et règlementaire, la capacité de mobilisation des ressources financières, le niveau des ressources en compétences passeront également à la loupe des experts.

Kisito Traoré, ministère de la Transition digitale, des postes et des communications électroniques

Ne laisser personne de côté

« Face aux mutations actuelles de nos sociétés avec les défis liés à l’environnement, à la santé, à l’éducation, à l’agriculture, aux finances, à la sécurité, bref, à tous les secteurs de développement, la formulation d’une vision nationale prospective et inclusive sera le creuset des interventions du gouvernement pour réussir à imprimer une nouvelle cadence aux progrès vers un développement durable harmonieux qui ne laisse personne de côté et pour l’atteinte des ODDs », a déclaré Dieudonné Kini, team leader Gouvernance au PNUD, représentant de la représentante-résidente du PNUD. Il a indiqué que l’appui du PNUD traduit les orientations de sa stratégie digitale 2022-2025 qui « vise à re-imaginer le développement à l’ère du numérique ».

Dieudonné Kini, Team leader Gouvernance au PNUD, représentant la Représentante-résidente du PNUD

« Nous sommes satisfaits de la dynamique »

Pour le PNUD, l’écosystème du numérique au Burkina est positif au regard des projets en cours et de la volonté des autorités de faire du digital un véritable pilier pour l’accélération du développement au Burkina.

Les participants ont posé pour la postérité avant le début des travaux

« La transformation digitale est inscrite en bonne place dans le Plan national de développement économique et social (PNDES 2), tout autant qu’elle s’inscrit dans le plan d’action de la transition notamment dans l’objectif de la modernisation de l’administration publique et autres grands chantiers annoncés dans la déclaration de politique générale du Premier ministre livrée à l’assemblée législative de transition, le 19 novembre dernier (...) Nous sommes satisfaits de cette dynamique et nous espérons qu’elle va être maintenue et se poursuivre en s’intensifiant », a souhaité le team leader Gouvernance au PNUD.

Fredo Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina cyberéconomie : "Il faut inciter les enfants et adolescents à s’intéresser très tôt aux métiers du numérique" Younoussa Sanfo
Burkina Faso : Le pays est sous influence médiatique pro-russe selon All Eyes On Wagner
Médias : La liberté de la presse n’est pas une liberté à géométrie variable
Editorial : Non, les médias burkinabè ne sont pas des « Radio mille collines »
Technologie au Burkina : PUBBIX TECH outille une dizaine de jeunes au ‟UX Design″
« Reporters du Faso » : Moumouni Simporé succède à Charles Tiendrébéogo à la tête de l’organisation
Médias au Burkina : « Le travail du journaliste n’est pas de chanter les louanges de quelqu’un », rappelle le journaliste Boureima Ouédraogo
Utilisation des réseaux sociaux : La responsabilité sociale et citoyenne des internautes au cœur d’une rencontre du SEPAFAR
Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation en Afrique : Le comité CNP-NZ dénonce son usurpation par l’ONG M&D
Régulation de la communication au Burkina : Les Burkinabè invités à faire attention à ce qu’ils véhiculent comme information
Création de visuels et d’infographies : Polotno Studio, l’alternative gratuite à Canva
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise les étudiants du Centre universitaire polyvalent du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés