Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

Accueil > Actualités > Multimédia • Communiqué de presse • lundi 5 décembre 2022 à 22h15min
Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

Ceci est un communiqué de presse de Reporters sans Frontières (RSF) relatif à la suspension de Radio France Internationale (RFI) intervenue le samedi 3 décembre 2022. Pour cette ONG défenseure de la liberté de presse, "cette suspension porte atteinte à la liberté de l’information et au droit de millions de Burkinabè d’y accéder".

Le gouvernement burkinabé a suspendu jusqu’à nouvel ordre la diffusion des programmes de Radio France Internationale (RFI). Reporters sans Frontières (RSF) dénonce un coup porté au droit à l’information.

Des millions d’auditeurs sont privés de leur droit à l’information. Le 3 décembre 2022, le gouvernement du Burkina Faso a ordonné la suspension de la diffusion des programmes de RFI sur tout le territoire national.

“Cette suspension porte atteinte à la liberté de l’information et au droit de millions de Burkinabè d’y accéder. La crise sécuritaire que traverse le pays ne doit pas être un prétexte pour empêcher les journalistes de la couvrir en toute responsabilité et indépendance. Nous appelons les autorités à revenir sur leur décision au nom du droit du public à des informations plurielles.”

Le directeur du bureau Afrique de RSF, Sadibou Marong.

Dans un communiqué daté du 3 décembre 2022 et signé par son porte-parole, le gouvernement accuse RFI d’avoir relayé un “message d’intimidation des populations attribué à un chef terroriste”, et d’avoir repris, dans une revue de presse du 2 décembre, “une information mensongère”, selon laquelle le président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré, aurait assuré avoir été visé par une tentative de coup d’état.

La direction de RFI a déploré cette décision et s’est élevée contre les “accusations totalement infondées mettant en cause le professionnalisme de ses antennes”. La Société des journalistes du média rappelle que “les priorités de RFI sont, et ont toujours été, la pluralité des points de vue et des personnes à qui elle donne la parole, de même qu’un travail de terrain fidèle, scrupuleux, et un attachement sans faille à la liberté d’informer.”

Le CSC, seul régulateur des médias

Cette suspension est critiquée par plusieurs observateurs au Burkina Faso qui estiment qu’elle viole la loi. En effet, en tant que régulateur des médias, le Conseil supérieur de la communication (CSC) a, selon la loi, la “prérogative exclusive” de suspendre ou de sanctionner un média. La loi oblige d’abord le CSC à adresser une mise en demeure au média après une audition sur “la présomption de défaillance”, avant “toute sanction qui devient l’ultime décision”. Le gouvernement burkinabè n’a pas respecté cette procédure.

Le CSC est chargé d’assurer le respect de l’éthique journalistique, de promouvoir la liberté d’expression et de protéger l’accès des médias aux sources d’information. Mais aujourd’hui son fonctionnement est bloqué, car le chef de l’État n’a pas encore signé le décret confirmant son nouveau président dans ses fonctions. RSF appelle les autorités à remédier à cette situation en le signant sans délai.

Cette suspension de RFI s’inscrit dans un contexte d’augmentation des menaces contre les journalistes dans le pays. L’ancien rédacteur en chef du journal privé l’Événement, Newton Ahmed Barry, a d’ailleurs fait l’objet de nouvelles menaces de mort le week-end dernier, pour avoir dénoncé cette suspension. En juin dernier, le journaliste avait été menacé sur un enregistrement audio diffusé sur les réseaux sociaux, le traitant de "terroriste" qui "ne mérite pas de vivre".

Le Burkina Faso se situe à la 41e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2022

Vos commentaires

  • Le 6 décembre 2022 à 01:15, par Baoyam En réponse à : Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

    Dites moi Messieurs les specialistes des deux poids deux mesures, quelle loi a permis la suspensoin de Russia Today et Sputnik en France et en Europe ? Est-ce que Reporters Sans Frontières a condamné cela ? On n’a rien entendu en tout cas. Ce que RFI a fait est très grave et le fait même de ne pas faire le méa culpa temoigne du mepris que vous avez pour nous. RSF anciennement dirigé par Robert Menard, devenu êlu d’extrême droite ne va pas nous convaincre de leur amour pour les Africains.

    Chaque pays occidental a son RFI/CNN/BBC/VOA/DW, son ministère des affaires étrangères, ses organisations de défenses de droits de l’homme, de liberté d’expression qui poursuivent tous le même objectif de domination du monde par le mensonge, l’hypocrisie et la propagande. Heureusement, on a ouvert l’oeil maintenant. On s’en tape de vos jérémiades....

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2022 à 10:42, par max En réponse à : Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

    On ne veut plus de RFI, c’est difficile à comprendre ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2022 à 12:06, par kwiliga En réponse à : Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

    Mon pays va mal, mon pays va mal, mon pays va mal, mal, mal, mal...

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2022 à 18:10, par Panedyam0001 En réponse à : Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

    Tout burkinabè qui défend RFI aura tourné le dos au pays. Nous savons tous qui est RFI et que les amoureux de la France s’en plaindront. Cela n’est pas nouveau. Si putnik et Russia Today sont suspendues et que des hommes d’affaires russes sont contraint de quitter et ont vu les biens confisqués en Occident, région des droits de l’homme et de la liberté d’expression, vous n’aviez pas condamné ces actes. Nous applaudissons l’action du gouvernement en ce qu’il désire sans division ethnique ni raciale non plus libérer et pacifier le pays. De même, si nous n’avions pas hésité à incendier l’hémicycle en octobre 2014, pourquoi des gens se plaindraient-ils sur le sort des centres culturels français saccagés et incendiés à Bobo et à Ouaga. Que vous le voulez ou non, sachez que la France gagne son pain dans les conflits qu’elle crée chez nous. D’ailleurs, nous ne comptons même pas nous arrêter là, advienne que pourra.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2022 à 18:17, par Yovis En réponse à : Burkina Faso : Reporters sans Frontières dénonce la suspension de RFI

    Que dit le Centre de presse Norbert Zongo à propos de la suspension sans préavis de RFI ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Utilisation des réseaux sociaux : La responsabilité sociale et citoyenne des internautes au cœur d’une rencontre du SEPAFAR
Médias au Burkina : « Le travail du journaliste n’est pas de chanter les louanges de quelqu’un », rappelle le journaliste Boureima Ouédraogo
Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation en Afrique : Le comité CNP-NZ dénonce son usurpation par l’ONG M&D
Régulation de la communication au Burkina : Les Burkinabè invités à faire attention à ce qu’ils véhiculent comme information
Création de visuels et d’infographies : Polotno Studio, l’alternative gratuite à Canva
Protection des données à caractère personnel : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise les étudiants du Centre universitaire polyvalent du Burkina
Régulation des médias : Le CSC présente sa vision au Chef de l’Etat et sollicite son soutien
Sécurisation des musées au Sahel : ICOM international arme les professionnels maliens et burkinabè
Création de contenus : Cinq YouTubeurs africains à suivre de près
Société de télédiffusion : David GANOU prend les commandes de la SBT
Régulation des médias : Le Premier ministre invite le CSC à plus d’efforts
Rentrée médiatique 2023 des radio Ave Maria et TV Maria : Une 7e édition pour la gloire de Dieu
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés