LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Mondial 2022 : Le Cameroun offre à l’Afrique sa toute première victoire face au Brésil en coupe du monde

Publié le vendredi 2 décembre 2022 à 21h28min

PARTAGER :                          
Mondial 2022 : Le Cameroun offre à l’Afrique sa toute première victoire face au Brésil en coupe du monde

Les Lions indomptables du Cameroun ont battu le Brésil dans les arrêts de jeu sur le score de 1 but à 0. L’unique réalisation a été l’oeuvre du capitaine Vincent Aboubakar.

C’est la première fois qu’une nation africaine prenne le dessus sur le Brésil, cinq fois champion du monde.

Malheureusement cette victoire est insuffisante pour le Cameroun qui est éliminé de la compétition au profit de la Suisse, tombeur de la Serbie par 3 buts à 2.

L’Afrique a seulement deux représentants en huitièmes de finale à savoir le Sénégal et le Maroc.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2022 à 08:18, par Omar Dao En réponse à : Mondial 2022 : Le Cameroun offre à l’Afrique sa toute première victoire face au Brésil en coupe du monde

    Beaucoup de fierté pour cette victoire du Cameroun sur le Brésil même si cela ne leur apporte pas la qualification pour les huitièmes de finale.
    Globalement, l’Afrique a bien figuré dans cette coupe du monde avec chacun des 5 pays qui a gagné au moins un match. Cela doit être la première fois, de bonne augure pour les futures éditions.
    Courage aux Lions de la Teranga et de l’Atlas. Un pays africain doit gagner cette coupe dans les 5 prochaines éditions.

  • Le 3 décembre 2022 à 11:30, par Dedegueba Sanon En réponse à : Mondial 2022 : Le Cameroun offre à l’Afrique sa toute première victoire face au Brésil en coupe du monde

    Pour paraphraser Karl Max, je dirais que "le foot est devenu l’opium des peuples africains". Avec 4 équipes sur 6, qui sont renvoyées à la maison, si on devait nous donner une note, nous n’avons pas la moyenne. Donc pas de quoi pavoiser. Bon sans doute avons nous fait nôtre, la philosophie du Baron Pierre de Coubertin : "l’essentiel c’est de participer".
    Et la nature faisant bien les choses, l’Afrique "noire" aura les yeux tournés sur le Sénégal et la "blanche (arabe)" sur le Maroc, et si au tour suivant, il y a un des deux qui résiste toute l’Afrique sera derrière ce survivant... Et je me mets à rêver de ce qui pourrait se passer, si un jour la finale de cette coupe opposait deux équipes africaines ?
    C’est vraiment l’opium du peuple, ce foot, car seul le foot permet à un président félon comme Macky SALL, de risquer un bain de foule après une qualification du Sénégal, pendant que ses députés se croient au stade Demba DIOP où certains jouent aux Double Less ou Manga 2, et même les femmes ne sont pas épargnées de cette violence verbale devenue physique. Cet "opium sportif" fait que la victoire du Cameroun contre le Brésil, arrive à faire oublier que le Cameroun est renvoyé de la compétition. La coupe du monde des lions indomptables au Qatar se résumera donc, à une victoire dite "mémorique" contre le Brésil qu’aucune équipe africaine n’avait jamais battu auparavant. Et Vincent Aboubacar sera retenu par l’histoire comme le héros de cette victoire africaine (même plus camerounaise)
    Ça va passer, cette ferveur à suivre les athlètes courir derrière une boule en cuir, où le Qatar a montré au monde qu’on peut "acheter" sa place, pendant que les autres se livrent des duels fratricides pour y participer. Avec l’argent on peut vraiment tout. C’est toujours à cause de cet argent qu’il y a la guerre, la guerre en Ukraine, la guerre au Yemen, le terrorisme au Sahel, le monde qui se surchauffe parce que le Dollar américain est de plus en plus contesté, bref même l’argent est dans la crise sanitaire au Covid-19.
    Nos problèmes vont revenir après la coupe, et dans la douleur. Cette fois ils seront la une, des différents articles de Fasonet, qui le temps de cette coupe leur avait tourné presque le dos.
    Moi, mon problème reste que la vie est chère, et que faire la route Bobo-Dioulasso-Ouaga est devenu dangereux, tout comme beaucoup d’autres trajets ailleurs dans le pays où les HANI font la loi. C’est clair que ceux qui suivent cette coupe n’ont pas les mêmes soucis que les peuples infestés de HANI.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique