Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

Accueil > Actualités > Société • • lundi 28 novembre 2022 à 21h30min
Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

Cinq maquis situés dans les arrondissements 3 et 4 de la ville de Ouagadougou ont été fermés par la police municipale pour nuisance sonore et atteinte aux bonnes mœurs. A cela s’ajoute le fait que ces maquis ne disposaient pas, à l’ouverture, de documents adéquats conformément à la réglementation en vigueur.

Selon la police municipale, ces fermetures font suite aux plaintes des riverains qui subissaient ces nuisances et aux mises en garde demeurées sans suite.

Tout en saluant les populations pour leur collaboration, la police municipale invite les promoteurs de débits de boissons
au respect strict de la loi n°97-031/MATDS/PKA/CO prescrivant la lutte contre les bruits.

Lefaso.net
Source : page Facebook de la police municipale





Vos commentaires

  • Le 28 novembre 2022 à 14:25, par Brasco En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    L’initiative est bonne. Je ne connais pas toute la chronologie des chose mais vous perdez raison dès que vous commencez à emporter le matériel. Vous auriez dû simplement poser un celer accompagné d’un huissier de justice.
    C’est mon point de vue

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 15:23, par YAAM SOBA En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Pourquoi réquisitionner le matériel des débits de boisson ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 17:42, par Dibi En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Oui, à emporter le matériel, c’est-à-dire des biens privés non ordonnés pour saisie, sont des preuves d’incompétence administrative et judiciaire des officiers de police !
    C’est la porte ouverte à la corruption, condition souterraine de récupération de ces biens ! toutes choses qui disqualifient un Etat et ses institutions les plus indispensables !
    Il temps d’être professionnel dans ce pays gangrené par la corruption et la culture du vol !
    Il est urgent de remettre tout le pays à un niveau de pollution sonore qui respecte la santé et le repos du Burkinabè en ville comme au village !
    Il faudrait également sensibiliser les Imams des mosquées qui crachent, par hauts-parleurs, leurs appels rituels à la prière, à des niveaux de décibels insupportables et peu soucieux du voisinage, dans un contexte où tout le monde a "l’heure au bras ou en poche sur son portable" !
    Nos villes de toutes diversités, ne sont pas exclusivement des villes arabes où les Bédouins nomades vivants sous tentes, dans les dunes environnantes, n’ont rien à objecter de l’Émir et de son Imam !
    J’en suis personnellement à penser déménager de ma cour ! Mais où aller dans une ville où n’importe quel quidam, de retour de son tourisme de quelques semaines à la Mecque, est autorisé à construire sa petite mosquée dans sa cour ! Une mosquée dont les hauts-parleurs des minarets vous transforment vos heures de sommeil et de repos en moments d’enfer, en tant que voisins !
    Mais l’abrutissement et l’obscurantisme ordinaire des gens, conjugués avec l’inaptitude de l’Etat et ses élites à penser le lien entre Politique-Pollution-Environnement-Santé, font que tout le monde trouve ces nuisances sonores (moteurs, minarets, enceintes des bars débridés, non règlementés en créneaux horaires...) normales, bien qu’elles concourent à la débilitation de masse !
    Le respect des temps de repos des gens, et les temps de silence choisis et règlementés, sont bénéfiques à la santé, à la réflexion, à la lecture, à l’écoute de la bonne musique !
    Mais cela demande un Etat culturel précautionneux et plein d’attentes pour la bonne santé et l’épanouissement de la population !
    Un Etat gendarme et philosophe en somme !
    Na an lara, an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 17:58, par warzat En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Hummm !!! Du reste, au regard de la situation sécuritaire du pays, certaines choses doivent cesser ponctuellement pour reprendre en des périodes plus clémentes.
    Il faut aussi que dès maintenant la municipalité rappelle aux commerçants que les pétards sont interdits. Quand on connait les réalités du pays, quand on a un minimum de conscience on devrait pas avoir le cœur à la fête.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 18:56, par Bebeto En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    C’est une très bonne chose d’amener des hors la loi à respecter la législation en utilisant la force publique. Que cela serve de leçon à toutes les personnes qui s’entêtent à ignorer la loi
    Si nous voulons que notre pays le Burkina marché, nous devons tous respecter la loi
    Souvent c’est même une question de bon sens. Comment on peut ignorer sur une longue période que les bruits que nous émettons provoquent des nuisances au voisinage proche ? Se faire du fric en ignorant royalement les nuisances que nous faisons subir zux autres. C’est le même bordel que font subir certaines personnes en déversant leurs eaux usées domestiques à la devanture de leurs voisins Et tu n’as pas le droit de parler, sinon c’est la bagarre. Il faut vraiment sévir. Nous devons mettre de l’ordre dans tout çà.
    Mes encouragements à la police municipale et bravo à eux

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 19:29, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Effectivement, l’initiative est très bonne car il est temps de mettre un peu de discipline et d’ordre dans la ville de OUAGADOUGOU qui bat maintenant le record des villes comme KINSHASHA ou BRAZZAVILLE en termes de nombre de bars, maquis et autres lieux de breuvage et de dévergondage au M2.
    Pour autant , fallait -il embarquer le matériel ? Des scellés auraient suffi et celui qui les viole sera tout sanctionné sévèrement au regard de l’affront fait à l’Etat et de la loi. Cela me parait être plus simple et apprend aux citoyens à respecter l’autorité de l’Etat à travers la municipalité .

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 19:39, par Maryse En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    C’est bien mais c’est pas arrivé ! Cela fait des années que l’on attire l’attention des autorités sur les méfaits de ces maquis, dans la ville de Ouaga en particulier. Il n’y a plus un seul six-mètres de la ville qui n’a pas son maquis. Jusque dans les quartiers d’habitation !!! Dans toute ville qui se respecte, il y a des endroits pour chaque activité. Vous nous parlez de Lois. Encore faut-il qu’elles aient un sens. Il ne s’agit pas d’une question d’autorisation ou pas. Normalement, on ne devrait même pas permettre qu’un maquis ouvre en plein quartier d’habitation. Allez y voir à Koulba, Dapoya, Ouidi etc. C’est la catastrophe ! Et les Régimes passent et se ressemblent. Aucune autorité ! On ferme les yeux et les oreilles. Il faudrait, ENFIN, que l’autorité s’assume. Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 19:54, par RV En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Le pays vit une grave crise sécuritaire, économique et sociale. Pensez-y car en fermant ces endroits vous détruisez des emplois. Il faut plus de la sensibilisation que de répression. Vous auriez pu sceller les sonorisations et gardez les marquis ouverts. Nous avons d’autres priorités et la première c’est une lutte vigoureuse contre la corruption.

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 22:05, par Levieux En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Que devient la mesure DAMIBA sur les heures de réjouissances en semaine et en week end par solidarité aux victimes du terrorisme cette même police laisse faire non ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre 2022 à 22:56, par Teng’mbiiga En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Sous le Capitaine Thomas Sankara, personne n’aurait, même en rêve, imaginer toute cette merde à Ouaga. Personne ! Depuis, tous les Régimes qui se sont succédé ferment les yeux, parce-que soit des parents, soit des amis, soit des connaissances sont dans ce sale business. C’est grave ! Et avec ça on compte sur une "jeunesse saine" pour assurer la relève. Et le plus écœurant, c’est de voir ces lieux de débauche bondés, alors que nos soldats tombent au front. Même après l’annonce du massacre de nos FDS à Inata, ces maquis ont tourné à plein décibels, ici à Ouaga. Il faut quelqu’un de courageux (un HOMME comme on le dit dans le langage populaire) pour régler sérieusement ces histoires de maquis qui pourrissent la vie de paisibles citoyens. Il est vraiment temps.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 07:45, par Wendmi En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Vous étiez où quand la construction du maquis ce faisait ? Simplement une façon d’amener le détenteur à payer des amendes pour les caisses de la police municipale et après c’est la réouverture. Le jeu favori de la police municipale à l’approche des fêtes de fin d’année.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 08:38, par Nuisance sonore du maquis Tik Tok En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    La police municipale à oublié un autre maquis dans l’arrondissement N4 sur la voie du marché à bétail de tanghin route de l’ hôtel Ricardo le maquis Tik Tok nuisances sonores jusqu à 3h du matin et pleins de prostituées. Il y a n en marre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 09:46, par Tomitozi En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Le bruit avec des hauts parleurs et des boomers très puissants qui s’attendent à plus d’un km à la ronde et encore plus dans la direction du vent. Ceci de 19 h à plus de 3 h et tous les jours du lundi au dimanche. Pourtant, il a des arrêtés municipaux pour règlementer tout ça. Les riverains de ces maquis se plaignent mais personne ne s’en émeut. Merci à la police municipal d’avoir commencer, mais il faut qu’elle sache que dans la ville de Ouagadougou et ailleurs, ces lieux de dévergondage sont légion. Désormais, nous dénoncerons avec courage dans l’espoir d’être cette fois ci écouté. Ce ne sera pas une vaine délation puisque la police peut vérifier. Une fois de plus, merci à la police municipale. Et surtout, ne vous laissez pas influence par ceux qui se prennent pour des défenseurs sans frontière car sans le savoir, ils invitent ce qui en ont mare à avoir envie de passer à l’action lorsque leur santé et leur sécurité sont mises en cause. A bas le terrorisme sonore.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 10:05, par Tomitozi En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Le bruit avec des hauts parleurs et des boomers très puissants qui s’attendent à plus d’un km à la ronde et encore plus dans la direction du vent. Ceci de 19 h à plus de 3 h et tous les jours du lundi au dimanche. Pourtant, il a des arrêtés municipaux pour règlementer tout ça. Les riverains de ces maquis se plaignent mais personne ne s’en émeut. Merci à la police municipal d’avoir commencer, mais il faut qu’elle sache que dans la ville de Ouagadougou et ailleurs, ces lieux de dévergondage sont légion. Désormais, nous dénoncerons avec courage dans l’espoir d’être cette fois ci écouté. Ce ne sera pas une vaine délation puisque la police peut vérifier. Une fois de plus, merci à la police municipale. Et surtout, ne vous laissez pas influence par ceux qui se prennent pour des défenseurs sans frontière car sans le savoir, ils invitent ce qui en ont mare à avoir envie de passer à l’action lorsque leur santé et leur sécurité sont mises en cause. A bas le terrorisme sonore.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 11:38, par Le Lynx En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    De grâce, arrêtons de traiter ce phénomène des maquis, sous forme d’opérations coup de poing périodiques. Il faudrait le traiter globalement et définitivement, avant que ça ne détruise complétement notre tissu social. La question fondamentale à se poser est la suivante : est-il normal, raisonnable d’admettre que des maquis ouvrent en plein quartier, au milieu de maison d’habitation ? Quelles sont ces lois qui permettent à ces autorités d’accorder de telles autorisations ? S’il y a lieu de relire les lois (et je pense qu’il y lieu en la matière), il faudrait le faire, DÈS MAINTENANT. Et puis il faut des autorités responsables et surtout courageuses, qui veulent VRAIMENT du bien de ce pays. Ça fait longtemps qu’on parle de ces nuisances de maquis installés au hasard dans les quartiers et qui font n’importe quoi, et ça ne change pas. Merci d’agir, ENFIN !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 12:21, par Popol En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Il faut traiter ce problème de nuisance sonore globalement.
    Il faut une approche scientifique et une loi claire qui ne cible pas uniquement les maquis.et prévoir une PENALITE pour les recalcitrants ( ça va permettre de renflouer les caisses de l’état et supporter l’effort de guerre)
    1°) Définir clairement ce qu’est la pollution Sonore.A partir de 85 dB ( Décibels) le son est NOCIF pour les oreilles. c’est une question de santé,c’est pas un débat.
    2°) pour toute activité génératrice de sonorités supérieure à 85 dB , il faut une insonorisation des maquis. comme pour les boites de nuit , ça doit être une endroit fermé. c’est tout.
    3°) pour les muezzins c’est pareil , pas de production sonore > 85db. la majorité des gens ont des megas. il faut une sensibilisation à l’endroit des musulmans pour utiliser les applications gratuites qui rappellent à chacun l’heure de la prière. A Dubai par exemple , c’est comme ça et tout le monde va à la prière quand leurs téléphones sonne. Pas d’appels de muezzin
    4°) pour les autres réligions pareil . pas de production sonore > 85 db.Utiiliser des applications sur téléphones .

    Avant d’appliquer une loi , il faut sensibiliser pendant une période et après on applique.
    Il ne faut surtout pas cherche à priviliégier certains sans quoi la loi n’aura aucune force.

    Au delà de tout ce qui précède , le vrai challenge dans un pays comme le burkina d’aujourd’hui c’est :
    1°) la fuite/l’évitement des sujets qui fachent surtout quand ça va toucher la religion
    2°) le manque d’objectivité et de realisme pour traiter les sujets : le problème est connu , mais on se dit "on va voir cela après"
    3°) l’Incivisme et la fierté d’être incivique

    Courage à IB , il faut obtenir des résultats probants et des victoires sur le Terrorisme avant de s’attaquer à d’autres sujets. A partir de là , tout que IB demandera à la population sera suivie et les politiciens à l’affut ne pourront pas saboter ces initiatives de redressement de la société burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2022 à 15:07, par Ollo En réponse à : Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de boissons

    Le problème des nuisances est beaucoup plus vaste. Il découle d’une irresponsabilité des autorités en matière de délivrance des autorisations d’exploiter. C’est un problème de détournement des parcelles à usage d’habitation soit pour du commerce ou de lieux de cultes. Il y a les soudures électriques, les garages pour motos et autos, les gares de sociétés de transports, etc. Pour avoir la paix, il ne faut pas demander à un Chef d’Etat de faire le champion alors que la population elle-même structurée en OSC, ayant le CES et l’Assemblée nationale refuse de s’assumer. Les cadres de concertation inter-religieux devraient avoir le courage de mettre un jour sur la table la question des nuisances sonores liées aux lieux de culte. Pour les débits de boisson, il faut impérativement règlementer les heures d’ouverture, de 10 heures à 21 heures par exemple, surtout que le contexte sécuritaire le justifie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Un cyber-escroc mis aux arrêts et la somme de deux millions six cent mille francs FCFA saisie
Foncier au Burkina : Un groupe d’étudiants s’offusque contre l’avant-projet de loi portant promotion immobilière
Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques, première maladie professionnelle au monde
Fonds de soutien patriotique au Burkina : Voici les nouveaux prix sur la consommation de certains produits
Burkina/Religion : Une cohorte de serviteurs pour écouter et accompagner spirituellement les fidèles chrétiens
Education : Les anciens élèves de l’école primaire A de Koudougou honorent leur institutrice des années 70
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de la reproduction : L’ISSP pose la réflexion à travers une conférence publique
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement pour avoir agressé son débiteur à la machette
Dédougou : 50 responsables de producteurs de coton formés à la prévention contre le travail des enfants
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de Guilongou souffle ses 75 bougies
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de Goundi, un tremplin pour les jeunes de la localité
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de la tenue scolaire en Faso danfani pour tous les élèves au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés