LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Journalisme sensible aux conflits : Les journalistes burkinabè s’illustrent à la 6e édition du prix Pax Sahel

Publié le samedi 26 novembre 2022 à 09h00min

PARTAGER :                          
Journalisme sensible aux conflits : Les journalistes burkinabè s’illustrent à la 6e édition du prix Pax Sahel

Le Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ) a organisé la cérémonie de récompenses de la 6e édition du prix Pax Sahel. C’était le vendredi 25 novembre 2022 à Ouagadougou. Cette soirée a également marqué la célébration en différé du 20e anniversaire du RIJ.

$Le prix Pax Sahel est un concours d’excellence des œuvres journalistiques sensibles aux conflits. Les postulants sont des professionnels des médias du Burkina Faso, du Niger et du Mali. Au départ de cette 6e édition, le comité d’organisation a reçu 28 œuvres. Sur la base du règlement intérieur et des critères, ce sont finalement 17 productions journalistiques qui ont été sélectionnées.

Le jury était composé de quatre membres

Après délibération, c’est Kamélé Fayama des Editions Sidwaya, avec son article « Conflit foncier à Kankounadeni : un feuilleton ensanglanté », qui remporte le premier prix dans la catégorie presse écrite et en ligne. Dans la catégorie radio, c’est Liradan Philippe Ada de radio Oméga qui arrive en tête avec son œuvre « Conditions des élèves déplacés internes à Tougan : le calvaire des suppliciés du terrorisme ». Le premier prix dans la catégorie télévision et Mobile journalism est revenu à Maxime Bambara de la télévision 3TV avec sa production « Les personnes déplacées internes de Ouahigouya : immersion dans des sites de personnes déplacées internes de Youba 2 ».

Maxime Bambara a expliqué avoir réalisé cette production pour interpellé les autorités sur le sort de ces déplacés internes qui manquent de tout

« C’est un appel à redoubler d’efforts, je suis très content de l’avoir reçu. Je n’y croyais pas ; c’est pratiquement à la dernière minute que j’ai postulé grâce aux encouragements d’une collègue », a confié Maxime Bambara avec émotion. En plus des prix suscités, il y a aussi eu des prix spéciaux.

Romaine Raïssa Zidouemba, coordinatrice du RIJ

Encourager les journalistes

Selon la coordonnatrice du RIJ, Romaine Raïssa Zidouemba, les prix qui ont été décernés visent à encourager les journalistes pour qu’ils soient plus professionnels dans le traitement de l’information générale et plus particulièrement celle liée aux conflits. « Cette année, nous avons voulu mettre en valeur l’une de nos activités phares qui est la formation en MOJO [Mobile journalism]. C’est pour cette raison que nous avons décerné deux prix spéciaux en MOJO », a-t-elle ajouté.

« Il faut que les journalistes puissent servir de rempart face à la prolifération des fake news qui polluent les réseaux sociaux et qui biaisent l’appréciation de l’opinion » Emmanuel Ouédraogo

Le ministre de la Communication, Emmanuel Ouédraogo, était présent à cette cérémonie. Il a salué le travail abattu par le RIJ. « Pendant 20 ans, il a contribué à la professionnalisation des hommes de médias à travers des formations. Maintenant, plus que jamais, le Burkina Faso a besoin d’hommes de médias bien formés qui puissent être au diapason des enjeux du moment. Le pays traverse des moments difficiles. On a besoin d’informations saines et apaisantes. Je pense que c’est aujourd’hui le rôle qu’on attend des journalistes », a-t-il interpelé. En rappel, le RIJ est spécialisé dans la formation professionnelle des journalistes.

SB
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Réseaux sociaux : La journée sans Facebook vue de Ouagadougou