Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • Communiqué de presse • samedi 12 novembre 2022 à 09h26min
Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un

Le Premier ministre, Me Appolinaire Kyelem de Tambela, a reçu en audience ce vendredi 11 novembre 2022 en fin de soirée, le Commissaire Affaires politiques, Paix et Sécurité de la CEDEAO, Abdel-Fatau Musah. Ce dernier a dit être venu dans notre pays, pour s’accorder avec les autorités, sur un mécanisme de suivi et de soutien à la Transition.

A sa sortie d’audience avec le chef du Gouvernement de la Transition, le Commissaire en charge des Affaires politiques, de la Paix et de la Sécurité de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Abdel-Fatau Musah, a soutenu qu’on ne peut parler de retour à l’ordre constitutionnel dans un pays, lorsque celui-ci est sous contrôle des terroristes et connaît des problèmes humanitaires. C’est donc pour aider notre pays à en finir avec les crises sécuritaire et humanitaire, que la délêgation de la CEDEAO y séjourne.

De l’avis de Abdel-Fatau Musah, l’Organisation sous-régionale a perdu ces dernières années, l’esprit de solidarité qui l’a toujours caractérisé. "Aujourd’hui, a-t-il indiqué, il y a une nouvelle administration à la tête de la CEDEAO. Nous sommes en train d’entamer une réflexion sur le rôle même de cette Organisation, afin de lui permettre de venir en aide à ses pays membres, sur des questions comme le terrorisme et l’humanitaire".

Le Commissaire Affaires politiques, Paix et sécurité de la CEDEAO, a par ailleurs révélé que les chefs d’Etat et de Gouvernement vont se pencher lors du prochain sommet de l’institution, sur la question de l’opérationnalisation d’un cadre de lutte contre le terrorisme dans notre sous-région. Il s’agira concrètement pour la CEDEAO, de voir comment elle peut mobiliser une force pour venir en aide au Burkina Faso. "Avec l’Union africaine et l’ONU, nous allons mobiliser les partenaires pour aider notre pays frère. Nous allons démontrer que ce qui se passe ici est un problème régional et non du Burkina Faso seulement", a conclu Abdel-Fatau Musah.

DCRP/Primature

Vos commentaires

  • Le 12 novembre à 10:15, par Papa En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Si l’intention de la nouvelle CEDEAO est sincère-le peuple Burkinabe vous. remercie d’avance car une bonne et sincère intention vaut l’acte.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 12:07, par Guimbi Ouattara En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    …Il s’agira concrètement pour la CEDEAO, de voir comment elle peut mobiliser une force pour venir en aide au Burkina Faso. "Avec l’Union africaine et l’ONU, nous allons mobiliser les partenaires pour aider notre pays frère…
    Il ne faut pas être dupe. Ces démarches correspondent au timing de la fin de l’opération Barkhane annoncée. Barkhane va se métamorphoser (notre présence sera discrète en Afrique selon Macron) et infester ces forces de la CEDEAO. On aura le scenario des forces d’occupation. Le résultat sera ce qu’on connait : les bandits armés vont se proliférer (et atteindre les pays côtiers), créer le désordre, accroitre la misère des peuples du Sahel et bloquer le développement économique malgré la richesse minière. Les pays attaqués par les bandits armés ont besoin d’équipement et de renseignement fiables pour éliminer ces rats nuisibles à l’humanité. Chaque pays membre de la CEDEAO peut approcher les pays frères attaqués et proposer une aide financière pour l’équipement des forces nationales. Les pays du Sahel attaqués doivent être libre d’acheter leur équipement là où il le désire. Il ne faut pas imposer du matériel français.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 12:13, par Le patriote "Le vrai" En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Ça c’est vraiment nouveau de la part de la CEDEAO. Ce sont ces paroles de la CEDEAO des peuples qu’on aimerait entendre. Pourvu que ce ne soit pas une stratégie pour nous apprivoiser. Il est évident que EMBALO CISSOCO est un laquais de Macron et autres ADO et AKUFO. Pour la CEDEAO c’est clair, on a besoin de son financement pour payer les armes russes. Que ça soit clair au départ. Nous sommes des sankaristes et tout le monde connait la voie sankariste de développement : compter sur ses propres forces. Les tulurpins politiques petits apprentis néocolonialistes genres SONKO du Sénégal ne nous apprend rien de bon. D’ailleurs, je n’ai jamais cru en un antiimpérialisme du sénégalais. Certains mêmes sont plus français que les français même dans leurs boubous brodés, Nous n’avons jamais nulle part dit qu’on quitte la France pour aller vers la Russie. Nous disons non aux impérialistes français et non à un éventuel embrigadement russe. Nous voulons les vivres russes pour nourrir nos populations. Nous voulons que la Russie qui a une maitrise parfaite de production d’énergie nous aide avec sa technologie pour qu’on soit indépendant énergiquement pour mieux nous développer. Je pense que c’est clair. Je ne veux plus entendre quelqu’un tordre le cou à la volonté du peuple burkinabé. Nous n’allons vers aucune autre puissance impérialiste.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 13:00, par NEBIE En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Nous ne voulons pas d’armée onusienne ici. Nous attendons qu’on dénonce les vrais terroristes comme le Mali essaye en vain de le faire au conseil de sécurité de l’ONU. QUE la CEDEAO prenne ce dossier en main et le gère bout en bout. Là nous saurons qu’elle est avec les peuples et qu’elle est une organisation qui défend les intérêts de ses populations. L’heure des beaux discours est révolue.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 13:37, par Patarbtalle En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Voilà enfin qui relooké l’image de cette organisation. Alors que ce sont nos maigres ressources qui l’alimentent, nous ne pouvons comprendre qu’elle ne soit pas en avant garde des défis sécuritaires que connaissent bon nombre de ses pays. Ce dommage que c’est aujourd’hui seulement que cette réflexion commence à prendre pieds. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. On voit croit.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 13:47, par Barou En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    SI VOUS REFLECHISSEZ AUTORITES BURKINABES VOUS FEREZ DE REFUSER CE SOIT DISANT SOUTIENT CONCRET.
    OU ETAIT LA CEDEAO DEPUIS LE DEBUT ????
    C EST LA MEME CEDEAO QUI AVAIT SANCTIONNER LE MALI ???
    SI ELLE VEUT SOUTENIR POUR LE BURKINA PAS LE MALI NI LE NIGER ?
    VOUS ACCEPTEZ CELA VOUS ALLEZ RENDRE COMPTE AU PEUPLE DEMAIN.
    ABAS LA CEDEAO !
    ABAS LES INSTITUTIONS AFRICAINES VENDUES !
    VIVE LE BURKINA UNIT !
    VIVE LE BURKINA INDEPENDENT !
    VIVE LE BURKINA DETRRMINE !
    LA PATRIE OU LA MORT
    NOUS VAINCRONS !!

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 14:11, par Vérité indiscutable En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Attention !
    Attention !
    Attention !

    Une troupe en soutien au Burkina Faso pour lutter contre le terrorisme, est-ce notre proposition à nous ?
    Les burkinabè ont uniquement besoin de matériel et de soutien financier. Un mélange de nos troupes avec des troupes étrangères, quelles qu’elles soient, spécialement aujourd’hui où on ne sait jamais qui est qui, un mélange dans ce contexte est problématique.
    C’est mieux que le Burkina Faso n’accepte pas du tout l’arrivée d’autres troupes sur notre sol. Si nous en avons besoin, et que c’est nécessaire, ces troupes devraient être strictement à l’obéissance de nos troupes à nous. Si ce n’est pas ainsi, c’est mieux de refuser toute arrivée de militaires étrangers chez nous.
    Nous connaissons maintenant et très bien les tentacules du vieux colon ; ne nous laissons pas prendre au piège. Notre souveraineté doit prendre racine chez nous-mêmes. Pas ailleurs.
    La Patrie ou la Mort, nous Vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 17:02, par boss En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Enfin une CEDEAO des peuples et non des dirrigeants ? Esperons que oui. Mais de grace, pas de ONU ici svp. Surtout si C’est comme celui du Mali ou du Congo...

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 22:17, par jeunedame seret En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    Huuummm...! Bel opportunisme ! Maintenant que Mali et Burkina forcent les pédales avec l’assistance des peuples, dans leurs enthousiasme et espoir, la même CEDEAO profite proposer balai et mouchoir pour nettoyage et transpiration dans le but de se faire admirer aussi le jour de la victoire. « De l’avis de Abdel-Fatau Musah, l’Organisation sous-régionale a perdu ces dernières années, l’esprit de solidarité qui l’a toujours caractérisé. "Aujourd’hui, a-t-il indiqué, il y a une nouvelle administration à la tête de la CEDEAO. Nous sommes en train d’entamer une réflexion sur le rôle même de cette Organisation, afin de lui permettre de venir en aide à ses pays membres, sur des questions comme le terrorisme et l’humanitaire" » Nouvelle administration, nouveau rôle avec la même appellation ?
    Le tact est bien choisi à travers cette confession et promesse de résurrection au mieux de ses intérêts ! Que ALLAH fasse que cet événement soit vrai dans le temps et dans l’espace

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre à 13:59, par Zongo Mahamadi En réponse à : Gestion des crises sécuritaire et humanitaire : La CEDEAO veut apporter un "soutien concret" au Burkina Faso

    C’est bien initié mais je pense que c’est le burkina faso qui devrait choisir qui peut l’aider dans cette situation et tissé leur amitié et fraternité à l’avenir, pa un aide temporaire initié par des organisations qui pourtant devrait parler globalement que le burkina faso seul puis que ça n’a pas commencé au burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération sino-burkinabè : « Nous respectons la volonté et le choix du peuple burkinabè », dixit l’ambassadeur de Chine, Lu Shan
Sahel : Patrouille et vol de rassurance au cœur des opérations de la Force française au Niger et au Tchad
Burkina : Les Etats-Unis se réjouissent des échanges fructueux avec le Premier Ministre
UEMOA : Le Nigerien Mohamed Bazoum porté à la tête de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement
La diplomatie américaine en audience à la Primature : « Les occidentaux doivent comprendre que l’occident est la cible ultime de l’hydre terroriste », prévient le Premier ministre burkinabè
Terrorisme au Burkina : La CEDEAO appelle à un soutien international pour faire face aux défis sécuritaires
Coopération : Le PNUD et le gouvernement burkinabè mutualisent leurs efforts pour le développement et la paix
Union africaine : Un sommet des Chefs d’Etat et de gouvernements africains à Washington pour parler coopération
Coopération culturelle : L’ambassadrice du Brésil au Burkina reçoit la chorale Vox Christi
Semaine de la diplomatie climatique : La contribution de l’Union européenne au Burkina débattue au cours d’un panel
Coopération Japon-Burkina : Le comité consultatif évalue l’efficacité de la distribution du riz KR
Coopération franco-burkinabè : « On a intérêt à ce que le Burkina reste débout », affirme l’ambassadeur Luc Hallade
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés