LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

Publié le mercredi 9 novembre 2022 à 22h55min

PARTAGER :                          
Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

C’est en substance ce qu’a laissé entendre le secrétaire général du Conseil national de l’économie informelle du Centre (CNEI du Centre), Harouna Kaboré, au cours d’une conférence de presse dont l’objectif était de donner leur vision suite à la démission du ministre du commerce Donatien Nagalo. Le face-à-face avec les hommes de médias s’est tenu ce mercredi 9 novembre 2022 dans les locaux de la structure.

Au Burkina Faso, des voix se sont élevées contre la nomination de Donatien Nagalo au poste de ministre du commerce du fait de l’existence d’une crise entre ce dernier, à travers sa structure, le Syndicat national des commerçants du Burkina Faso (SYNACOMB) et des acteurs du secteur du commerce. Conséquence, dans une déclaration rendue publique le mardi 8 novembre 2022, le ministre du commerce affirmait : « J’ai jugé utile de renoncer à la fonction pour donner au gouvernement du Premier ministre, Joachim Kyelem De Tambela, toutes les chances de travailler dans un climat serein et apaisé ». Dans l’optique de donner la vision du Conseil national de l’économie informelle du Centre suite à cette renonciation, le secrétaire général du CNEI du Centre, Harouna Kaboré, a animé une conférence de presse ce mercredi 9 novembre 2022.

Le secrétaire général du CNEI du Centre, Harouna Kaboré

Prenant acte de cette démission, le bureau régional du Centre en appelle à l’union sacrée, dans la concertation, le patriotisme, la paix et l’écoute des petits comme grands, tous engagés pour un avenir radieux de notre économie dans sa quête de paix et de cohésion sociale. Harouna Kaboré et ses camarades ont saisi cette tribune pour saluer le sens élevé de responsabilité et la hauteur d’esprit du président du Conseil national du patronat burkinabè, Apollinaire Compaoré, qui, faut-il le souligner, a initié une médiation dans le but de concilier les différentes positions. Dans la foulée, ils l’ont invité à poursuivre cette médiation engagée avec la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, le CNEI-BF, l’Union nationale des commerçants des marchés et yaars du Burkina (UNCMYB) et le SYNACOMB. L’objectif recherché étant de trouver une solution définitive à cette crise. Aux autorités de la transition, le bureau régional du Centre a marqué sa disponibilité à les accompagner mais attend d’eux la nomination d’un homme qui sera accepté par tous à la tête du département en charge du commerce.

Des membres du CNEI du Centre

« Nous ne pouvons pas et nous n’avons pas le pouvoir d’imposer un ministre du commerce au chef du gouvernement. Nous avons contesté le ministre Donatien Nagalo avec des faits biens clairs. Aujourd’hui, nous voulons quelqu’un qui va rassembler tous les commerçants. Nous voulons également quelqu’un qui va amener des projets auxquels tous les commerçants vont adhérer. C’est avec cette union que nous allons pouvoir relever les défis de notre secteur », a lancé le SG, invitant par ailleurs le gouvernement de la transition à être à l’écoute du secteur informel afin d’éliminer les obstacles existants à la transition vers l’économie formelle.

Dans le cadre de la mobilisation populaire pour la défense du territoire national contre le terrorisme, M. Kaboré a invité les travailleurs de l’économie informelle de la région à s’enrôler massivement pour le recrutement en cours des volontaires pour la défense de la patrie au profit des communes.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 9 novembre 2022 à 16:05, par boris En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Attendez là, les commerçants pense qu’un ministre du commerce, c’est le chef des commerçants ??? Il ya plusieurs attribution pour ce departement (commerce, industrie, artisanat) pourqpui c’est les commerçants (d’ailleurs les petits commerçant de l’’informel ) qui font autant de bruit ? n’est ce pas parce que le Ministre démissionnaire est un de leur ? et comme le dit l’adage nul n’est prophète chez soi.
    Aussi, Je propose :
    - de changer l’appellation du département du genre " Ministère de l’industrialisation et du développement du secteur privé"
    - de nommer une personne qui n’est pas issu du milieu. J

  • Le 9 novembre 2022 à 17:09, par Kouda En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Ecoutez chers commerçants,vous commencez à emmerder les gens. Occupez vous de votre commerce et adressez-vous à la chambre de commerce pour défendre vos intérêts.
    Le ministre du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises défend les intérêts du Burkina Faso tout entier, pas celui des seuls commerçants. Retenez-le une bonne fois pour toutes.

  • Le 9 novembre 2022 à 17:19, par AMADOU En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Choisissez BILGO le champion du MPSR 1 ou LOOKMAN l’homme fort des analyses qui n’ont pas de sens. Avec BILGO le commerce monte en puissance comme notre armée nationale. Comme LOOKMAN a pu avoir l’un des premiers avocats du FASO tout est ok. Hummmmmm

  • Le 10 novembre 2022 à 07:51, par Yarbiga En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Il faut que les gens arrêtent de vouloir imposer leur point de vue au gouvernement. De quel consensus parle t-on ? On n’a besoin d’un ministre qui va promouvoir le secteur commercial. Depuis quand des commerçants ou toute autre organisation se mêlent du choix des membres du gouvernement. On peut apprécier un ministre comme on vient de le faire sur des dossiers sales mais on ne peut imposer à un gouvernement qui a pris le pouvoir par coup d’etat un gouvernement de consensus. Il faudra que chacun retourne dans don magasin et réfléchisse comment il va contribuer à l’effort de guerre, et surtout s’envoler pour les vdp en lieu et place des conférences à n’en pas finir.

  • Le 10 novembre 2022 à 10:42, par Youth En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Voici que de comportements de voayous et de mauvais contribuables. Les gens pensent qu’il suffit de se cacher derrière des osc bizarres pour intimider l’autorité. Autant consulter la forêt aussi pour s’accorder sur le choix du ministre en charge de l’environnement ou encore les élèves, écoliers et étudiants pour le choix de leur ministère.

  • Le 10 novembre 2022 à 11:38, par SSM-BF En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    KO un ministre à l’unanimité. Le ministre Harouna Kaboré plaisait à tout le monde ? c’est ce groupuscule qui est l’unanimité ? Peut-on plaire à tout le monde ? Un ministre a une mission bien précise et il doit être jugé en fonction de ces résultats. Vous le traitez d’escroc, mais vous attendiez quoi pour déposer une plainte contre lui ? Heureusement qu’il a été plus sage que vous en démissionnant pour l’intérêt supérieur du pays.

  • Le 10 novembre 2022 à 11:39, par Kanantoko En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Le Pays s’ auto-régule ! C’est encourageant ! le vrai débat contradictoire se mène ici. Quand tu crois être plus fort, plus intelligent ou le plus à même de te prononcer ou faire quelque chose, dans ce forum, tu trouveras toute sorte d’apports. Libre à toi maintenant d’aller dans un sens ou dans l’autre.

  • Le 10 novembre 2022 à 15:01, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    Franchement ,il est temps de mettre de l’ordre dans ce pays . Il ne reste plus qu’aux dolotières ,aux cireurs de chaussures ,aux mécaniciens ,aux jardiniers du barrage de Tanguin etc . d’exiger que le choix des ministres dont les attributions couvrent leurs activités se fassent par consensus .
    Voilà l’inconvénient d’envahir l’administration publique par des personnes issues du secteur privé .
    Par ailleurs ,depuis notamment le régime de RMCK ,les hautes fonctions de l’Etat ont été banalisées, et transformées en parts de gâteau à se partager entre parents ,amis , cousins ,cousines , maitresses ,neveux ,nièces ,belles familles etc .
    Allez au GHANA à côté ,vous verrez que pour être ministre ,il faut d’abord jouir d’un minimum d’expérience dans la gestion des affaires de l’Etat ,outre les critères de moralité et d’intégrité .
    Vraiment ,ce qui se passe au BURKINA FASO est tout simplement d’une débilité innommable. Il est temps d’arrêter cette chienlit généralisée ,car on ne peut pas continuer à tolérer ce genre de comportements dans un pays sérieux .

  • Le 13 novembre 2022 à 19:12, par Issa B Mahmoud DIONou En réponse à : Ministère du Commerce : Le Conseil national de l’économie informelle du Centre veut un ministre qui fait l’unanimité au sein des commerçants

    SEULE UNE NÉGOCIATIONS (POUR LE CAS DU MINISTRE DU COMMERCE )PAR TOUS LES MEMBRES DE CE GOUVERNEMENT TRANSITOIRE & LES AUTRES ACTEURS DE LA VIE SOCIALE ’’ POUVAIT DONNER PLUS D’ESPOIR DE LONGÉVITÉ À CET ÉQUIPE DE TRANSITION POUR AIDER LE PEUPLE À SORTIR DE CETTE CRISE ...
    EN PRINCIPES,QUAND 1(UN) SEUL MEMBRE DU GOUVERNEMENT DÉMISSIONNE C’EST LE 1er MINISTÈRE QUI DOIT RENDRE SA DÉMISSION AU CHEF DE l’État... MÊME S’IL PEUT ÊTRE RECONDUIT & CELA GÉNÉRALEMENT APRÈS CONSULTATION DES SAGES ET EXPERIMENTÉS SEXPERIMENTÉS, SUITE À UN TEMPS NÉCESSAIRE DE RÉFLEXION...
    MÊME S’IL FAUT UN GOUVERNEMENT DE PARTICULARITÉ ,IL Y’A DES RÈGLES QUI FINISSENT PAR RATTRAPER S’ELLES SONT NÉGLIGER....’’ UN État est UN État PARMI LES AUTRES États Mondial ’’ & il y’a DES PRINCIPES À NE PAS DEVIER....
    IL EST NÉCESSAIRE DE NE PAS AVOIR PEURS ET D’AIDER VOTRE CONFÈRE, FILS,PETIT FILS,AMIS & CAMARADE QUI EST VOTRE CHEF d’État EN LUI DISANT LES BONNES VÉRITÉS POUR SAUVER CE PEUPLE ,CAR SEULE L’UNION DONNE UNE FORCE...

    Issa B Mahamoud DIONou...

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique