LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Burkina, région du Sahel : Les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

Publié le jeudi 13 octobre 2022 à 07h04min

PARTAGER :                          
 Burkina, région du Sahel : Les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

Les élèves de la ville de Djibo étaient dans la rue le 11 octobre 2022. Par cette sortie dans les artères de la ville de Djibo, les élèves voulaient manifester leur mécontentement quant à leur avenir. Depuis la rentrée des classes le 3 octobre dernier, les portes des salles de classes sont restées closes et pas d’enseignants dans la ville de Djibo, disent-ils. Alors, munis de pancartes sur lesquelles l’on peut lire : « Nous sommes aussi des Burkinabè » ; « Les uns sont en classe et les autres observent », les manifestants se sont rendus au haut-commissariat du Soum pour remettre leurs doléances à l’autorité.

Pour Sadou Ganaba, le délégué général des élèves, « Nous sommes sortis aujourd’hui pour montrer à la nation toute entière que nos salles de classe sont toujours fermées et jusque-là, nous n’avons pas d’enseignants. Nous sommes venus remettre à l’autorité notre plateforme revendicative : la réouverture de nos salles de classe ; le retour de nos enseignants ; le rétablissement du réseau de téléphonie mobile ; la sécurisation de l’axe Djibo-Kongoussi ».

Pour certains parents d’élèves, la manifestation des élèves est noble. « Nous sommes des Burkinabè. On ne peut pas comprendre pourquoi jusqu’à présent nos enfants n’ont pas commencé les cours comme tous les élèves du Burkina », affirme Moussa Tamboura un des parents d’élèves. Il ajoute qu’on ne peut pas aussi tenir rigueur aux enseignants qui ne sont pas à leur poste. Selon lui, Djibo est coupé du reste du pays. Un fonctionnaire à Djibo ne peut pas toucher son salaire, il ne peut pas joindre ses proches par manque de réseau, il ne peut non plus voyager pour rendre visite à ses proches à cause de la dégradation de la situation sécuritaire. « Nous demandons aux nouvelles autorités de vraiment se pencher sur la situation de Djibo. Qu’allons-nous faire de l’éducation de nos enfants ? », s’interroge Moussa Tamboura.

Marou Ilboudo, préfet du département de Djibo

Marou Ilboudo, préfet du département de Djibo représentant le haut-commissaire qui a reçu les doléances des élèves, promet de les transmettre aux plus hautes autorités du pays.

Quant à Sadou Ganaba et ses camarades, ils veulent dans les jours à venir la réouverture des écoles à Djibo.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 13 octobre 2022 à 08:49, par Mafoi En réponse à : Région du Sahel : les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

    À y analyser de près,ce désordre ambiant arrange certaines personnes qui profitent fuir leurs obligations à la moindre escarmouche alors que pendant ce temps,ils touchent à la fin du mois leur salaire sans rien foutre.Ainsi va le Faso nouveau

  • Le 13 octobre 2022 à 09:28, par salou En réponse à : Région du Sahel : les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

    Du courage à cette jeunesse qui doit aussi participer à la sécurisation. Vivement que l’armée puiss controler totalemenrt cette ville de Djibo.

  • Le 13 octobre 2022 à 10:33, par porto En réponse à : Région du Sahel : les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

    Le probleme est que dans cette situation très confuse aucun militaire n’ira se battre sur le theatre des operations.tout le monde attend patiement que les nouvelles autorités.Tout est a recommencer a zero.qui est fou !!!!!

  • Le 13 octobre 2022 à 10:41, par Kouda En réponse à : Région du Sahel : les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

    Les enfants, vous avez raison. L’accès à l’éducation/scolarisation est un droit garanti par la constitution du Burkina Faso. C’est à l’Etat burkinabè de se donner les moyens d’assurer ce droit à l’éducation.
    En mettant la pression sur l’Etat pour que leur droit à l’éducation soit respecté, vous lui mettez du même coup la pression pour qu’il règle le problème de sécurité des personnes et des biens à Djibo.
    Courage à vous et que Dieu nous vienne en aide.

  • Le 13 octobre 2022 à 11:56, par Citoyen ordinaire En réponse à : Région du Sahel : les élèves dans la rue pour réclamer la réouverture de leurs classes

    Dommage que tant d’enfants innocents paient le prix de la compromission des adultes. Djibo, rien qu’à evoquer le nom de cette ville fait fremir certains. C’est dans cette ville que Malam Dicko a commencé ses preches radicaux et les "gens bien" ont laissé faire ! Cest là-bas qu’on a assassiné plusieurs personnalités dont le Maire, des enseignants et rien n’a été dit ou fait par les "gens bien" ! Même au niveau national on a trouvé des politiciens qui ont proné l’enseignement de l’arabe ( Tahirou Barry si ma memoire est bonne ! ) ! On s’étonne aujourd’hui que les classses soient fermées a Djibo et on instrumentalise des enfants pour raconter des inepties ! Si les enfants ne savent pas les adultes savent et c’est malhonnête de ne pa dire aux enfants la vérité ! Je propose que la Mairie de Djibo moblise les enseignants qui n’ont pas encore quitté la.ville soit parce quils sont des ressorissants residant de façon permanente dans cette ville, qu’on ouvre les classe et que la sécurité des classes et des domiciles soit assurée par les VDP locaux. En dehors de cette alternative, je ne vois pas comment l’Etat peut obliger les enseignants à rejoindre leurs postes et ouvrir les salles de classes. Tout le reste n’est que mensonge er méchanceté des adultes et nous devont proteger les enfants de ce mensonge ambiant ! Bon courage !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique