Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 18 septembre 2022 à 21h58min
Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

Les femmes de la province du Yagha ont battu le pavé, le 17 septembre 2022, pour demander une réaction des autorités face à leur situation. Devant les locaux de la gendarmerie de Sebba, elles ont appelé à une réaction rapide face au manque de nourriture et de sécurité.

Sebba, chef-lieu de la province du Yagha, est situé à environ 100 km de Dori, la capitale de la région du Sahel. Dans cette localité, les habitants, par manque de vivres, se nourrissent de feuilles d’arbres.

Lasses d’attendre le ravitaillement, les femmes ont donné de la voix dans la matinée du 17 septembre 2022. Accompagnées de nombreux enfants, elles ont arpenté les rues de la ville avant de se retrouver devant la gendarmerie pour crier leur ras-le-bol. « Nous sommes venues ce matin vous dire que nous mourons de faim. Nous n’avons pas de quoi manger. Il n’y a pas d’eau. Si le ravitaillement de Sebba excède 48 heures, nous allons mourir de faim. Nous allons sortir et marcher jusqu’à Dori, peu importe ce qui nous arrivera », ont laissé entendre les femmes.

Par manque d’autorités administratives, c’est la gendarmerie de Sebba qui a reçu les doléances des femmes

Comme preuve de la misère qu’elles vivent, les manifestantes se sont présentées devant les locaux de la gendarmerie avec des feuilles d’arbres dans des paniers et des bassines. A noter qu’elles se sont rendues à la gendarmerie, parce qu’il n’y a plus d’autorités administratives à qui elles peuvent s’adresser dans la ville.

Déjà confrontées à la famine, les femmes de Sebba s’inquiètent pour l’avenir. « Ces derniers jours, il pleut toujours et nous recueillons cette eau et l’eau des mares pour nos besoins. Si la pluie cesse, nous ne savons pas où nous allons avoir de l’eau. En plus de cela, nous assistons impuissamment à la mort de nos enfants par manque de nourriture », explique une manifestante.

Les femmes du Yagha souhaitent donc que leur message parvienne aux plus hautes autorités du pays, pour que leurs familles soient sauvées le plus vite possible.

Daoula Bagnon
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Handicap au Burkina : « Fermer la porte d’une école à un enfant parce qu’il est handicapé, c’est fermer la porte de toutes les opportunités à cet enfant », selon Abdoulaye Traoré président de la CORAH/HBS
Pèlerinage national au sanctuaire marial de Yagma : « Cette année, un hymne chanté, sera dédié à Marie », précise Abbé Jules Pascal Zagré
Ouagadougou : L’aménagement annoncé de la voie de Marcoussis, un ouf de soulagement pour les riverains
Santé et hygiène des menstrues : Des journalistes et des OSC sensibilisés sur la problématique
Secteur privé : Les patrons d’Afrique se rencontrent à Ouagadougou les 13 et 14 juillet 2023
Programme de certification au métier de consultant et de conseiller d’entreprise : 38 auditeurs mis sur le marché
Humeur : M. le directeur général du Trésor public, il y a beaucoup d’argent à prendre dans la circulation !
Journée mondiale des maladies tropicales négligées : « Le Burkina a enregistré 238 nouveaux cas de lèpre en 2022 dont huit enfants », Dr Ilboudo, dermatologue-vénérologue
Incendie à « Sankar-Yaaré » de Ouagadougou : Environ 70% des boutiques sont parties en fumée, selon le ministre du commerce Serge Poda
Arrondissement 6 de Ouagadougou : Des riverains révoltés suite à l’attribution d’une réserve administrative à un particulier
Incendie à Sankar-Yaaré de Ouagadougou : Le syndicat national des commerçants soutient les sinistrés et les encourage à se ressaisir
Femmes et pratique des arts martiaux : Philippe Sawadogo explique des raisons des réticences
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés