LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

Publié le dimanche 18 septembre 2022 à 21h58min

PARTAGER :                          
Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

Les femmes de la province du Yagha ont battu le pavé, le 17 septembre 2022, pour demander une réaction des autorités face à leur situation. Devant les locaux de la gendarmerie de Sebba, elles ont appelé à une réaction rapide face au manque de nourriture et de sécurité.

Sebba, chef-lieu de la province du Yagha, est situé à environ 100 km de Dori, la capitale de la région du Sahel. Dans cette localité, les habitants, par manque de vivres, se nourrissent de feuilles d’arbres.

Lasses d’attendre le ravitaillement, les femmes ont donné de la voix dans la matinée du 17 septembre 2022. Accompagnées de nombreux enfants, elles ont arpenté les rues de la ville avant de se retrouver devant la gendarmerie pour crier leur ras-le-bol. « Nous sommes venues ce matin vous dire que nous mourons de faim. Nous n’avons pas de quoi manger. Il n’y a pas d’eau. Si le ravitaillement de Sebba excède 48 heures, nous allons mourir de faim. Nous allons sortir et marcher jusqu’à Dori, peu importe ce qui nous arrivera », ont laissé entendre les femmes.

Par manque d’autorités administratives, c’est la gendarmerie de Sebba qui a reçu les doléances des femmes

Comme preuve de la misère qu’elles vivent, les manifestantes se sont présentées devant les locaux de la gendarmerie avec des feuilles d’arbres dans des paniers et des bassines. A noter qu’elles se sont rendues à la gendarmerie, parce qu’il n’y a plus d’autorités administratives à qui elles peuvent s’adresser dans la ville.

Déjà confrontées à la famine, les femmes de Sebba s’inquiètent pour l’avenir. « Ces derniers jours, il pleut toujours et nous recueillons cette eau et l’eau des mares pour nos besoins. Si la pluie cesse, nous ne savons pas où nous allons avoir de l’eau. En plus de cela, nous assistons impuissamment à la mort de nos enfants par manque de nourriture », explique une manifestante.

Les femmes du Yagha souhaitent donc que leur message parvienne aux plus hautes autorités du pays, pour que leurs familles soient sauvées le plus vite possible.

Daoula Bagnon
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 18 septembre 2022 à 16:12, par Bigbale En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Oui, c’est triste de voir des êtres fragiles comme les enfants souffrir ou nourrir de faim et de maladie sans aucune assistance ! Je ne savais pas que Sebba n’avait plus d’autorité administrative et pourtant l’Armée monte en puissance ! Un jour, tout ça va finir et si les hommes ne font rien pour dire la vérité à leurs enfants djihadistes, les femmes le feront à leur place ! Si les Imams font désormais des prêches violentes et Sectaires, les femmes sauront les recadrer avant que le pire n’arrive ! En attendant, on a pas faim à cause de la sécheresse, on a faim à cause de nos propres enfants djihadistes !

  • Le 18 septembre 2022 à 19:05, par Danga En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Les hommes forts du moments n’ont pas pitié de Dieu. Augmenter les salaires du gouvermenent pendant que des freres et soeurs croupissent la misere. Bon appetit à tous ceux qui ont augmenter leur salaire. Buvez vos vins peandant que le peuple croule dans la famine
    Le Grand Dieu vous le rendra au centtuple.

  • Le 18 septembre 2022 à 19:54, par Alexio En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Daouda Bagnon. sujet a rectification.

    Nous sommes venues ce matin vous dire que nous mourrons de fin. (Faim)

  • Le 18 septembre 2022 à 20:10, par HUG En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Oubsont passé les autorités ?Quand on nomme les gens ils ne voient que les avantages.Courage aux gendarmes de sebba,que Dieu vous protege.Moi,je n encourage pas les fds qui ne connaissent pas le pays profond mais engloutissent nos maigres ressources..Suivez mon regard.Courage aux femmes car vous ne meritez pas cela.Mpsr ravitaillez sebba.

  • Le 19 septembre 2022 à 05:13, par #soyonsvigilant En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Acte 1 : Augmentation du salaire des ministres et hautes personnalités
    Acte 2 : Partage de 65 milliards aux victimes de l’insurrection (CDP et amis) pour la doit disante réconciliation nationale
    Acte 3 : Acquisition de Matériels miliaire et montée en puissance
    Acte 4 : Fuite des autorités et installation des terroristes
    Acte 5 : Les populations sont victimes des mines
    Acte 6 : Les populations de Sebba, Djibo, Papa, etc.. meurent de faim.
    Acte 7 : Nomination sur nomination, leitmotiv changez tous les acteurs par les anciens nouveaux ou leur proche
    Acte 8 : Museler le peuple, réduire les libertés
    ,Acte 9 : Profitez du naam
    Acte 10 : Merci de compléter
    Acte 11 :
    Acte 12 :

  • Le 19 septembre 2022 à 08:29, par Vérité indiscutable En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Triste situation d’un Burkina qui a perdu tout son Honneur depuis la nuit du 15 octobre 1987.
    Pendant ce temps, votre apprenti-président DAMIBA va négocier libération de 49 mercénaires au Mali. Pendant que des millions de ses compatriotes meurent de faim due à l’insécurité.
    C’est pitoyable !

  • Le 19 septembre 2022 à 10:10, par Dedegueba Sanon En réponse à : Sebba (région du Sahel) : Confrontées à la famine, les femmes marchent pour exprimer leur ras-le-bol

    Avec la disparition de Salif Diallo, le pays a perdu sa capacité principale de mobilisation et de réaction. Ce pouvoir a de beaux jours devant lui, et sombres pour nous.. Parce qu’il a les armes et les finances du pays et est d’essence militaire.
    Maître Farama a raison sur toute la ligne.. Nous verrons pire qu’avec Roch et même qu’avec Blaise.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier Somgandé