LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Journée régionale des communautés : Les communautés de la Boucle du Mouhoun s’engagent à œuvrer pour la paix et la cohésion sociale

LEFASO.NET

Publié le lundi 28 mars 2022 à 12h43min

PARTAGER :                          
Journée régionale des communautés : Les  communautés de la Boucle du Mouhoun s’engagent à œuvrer pour la paix et la cohésion sociale

Le consortium SOLIDAR Suisse-SOS Sahel international Burkina Faso a organisé la première édition de la journée régionale des communautés de la Boucle du Mouhoun le samedi 26 mars 2022 à Dédougou. Une quinzaine de groupes socio-ethniques ont pris part à ladite journée. L’organisation de cette journée entre dans le cadre du projet : « Renforcement de la résilience communautaire des ménages agro-sylvo-pastoraux dans les régions de la Boucle du Mouhoun et du Nord (RESICOM) ».

« Défis sécuritaire et humanitaires au Burkina Faso : quelles stratégies pour le renforcement de la cohésion entre les groupes socio-ethniques ? ». C’est sous ce thème que s’est tenue la première édition de la journée régionale des communautés de la Boucle du Mouhoun organisée par le consortium SOLIDAR Suisse-SOS Sahel international Burkina Faso et son partenaire OCADES Caritas Dédougou le samedi 26 mars 2022.

L’objectif de ladite journée est de contribuer à la création d’interactions positives entre les différents groupes sociaux et à la consolidation de la coexistence pacifique et de la cohésion sociale dans la Boucle du Mouhoun. Il s’agit non seulement de contribuer à la promotion de l’inter-culturalité pour lutter contre la stigmatisation dans la région mais aussi d’accroître la confiance des populations en l’administration et aux autorités locales.

Le représentant pays de Solidar Suisse Burkina, chef de file du consortium, Dieudonné ZONGO

Trois activités majeures ont marqués cette première édition. Il s’agit d’une foire culturelle, d’un thé-débat et d’un repas fraternel pluriculturel.

Selon le représentant pays de SOLIDAR Suisse Burkina, chef de file du consortium, Dieudonné Zongo, cette journée, qui met en orbite une dizaine de communautés hôtes et de déplacées internes originaires du Burkina Faso et de quatre autres pays voisins de la sous-région ouest africaine, vise à stimuler en elles l’envie de s’ouvrir et d’apprendre à connaître l’autre, son mode de vie, ses alliances, ou parenté à plaisanterie, ses mets, sa façon de se divertir et de s’habiller. « Elle permet surtout de mieux identifier la manière dont les différents groupes ethniques régulent leurs tensions, préviennent et gèrent leurs conflits », a-t-il ajouté.

La communauté du Sud-ouest

A l’en croire, en organisant cette journée, facteur de rapprochement entre les communautés et d’intégration des personnes déplacées internes dans les communautés d’accueil à travers les actions d’inter-culturalité, de parenté à plaisanterie, le consortium entend apporter sa contribution à la recherche de solutions efficaces à la crise sécuritaire et humanitaire que traverse le Burkina Faso.

Au cours de la cérémonie, ce sont 15 communautés dont 4 étrangères à savoir celles de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali et du Togo qui ont partagé leur mode de vie, leurs alliances ou parentés à plaisanterie, leurs mets et leur façon de se divertir et de s’habiller. Les différentes communautés ont signé une charte collective qu’elles ont remise au gouverneur de la région. Il s’agit non seulement d’un appel à tous les communautés qui vivent dans la région de s’associer et parler le même langage afin de résoudre les conflits qui peuvent naître entre eux mais aussi un engagement fort à travailler pour la paix et la cohésion sociale dans la région.

Le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Babo Pierre Bassinga

Pour le gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, Babo Pierre Bassinga, dans ce contexte de crise sécuritaire, magnifier la volonté des communautés de coexister pacifiquement, à travers l’organisation d’une telle journée, permet à la fois de renforcer les liens socio-ethniques par le cordon culturel contre le délitement de la cohésion sociale. « Cette journée est l’occasion de faire passer des messages pour préserver et renforcer cette coexistence pacifique et la cohésion sociale et de créer des interactions positives, facteurs d’épanouissement individuel et collectif entre les groupes sociaux de la région de la Boucle du Mouhoun », a affirmé le premier responsable de la région.

Prestation de la communauté togolaise

De ce fait, il a exprimé sa gratitude au consortium SOLIDAR Suisse-SOS Sahel international Burkina Faso et à OCADES Caritas Dédougou pour les efforts consentis pour l’organisation de cette journée régionale des communautés de la Boucle du Mouhoun. « Au regard de l’importance de cette journée et de ses objectif, je ne doute point que cette activité mérite d’être reconduite afin de raffermir les liens séculaires de coexistence harmonieuse qui ont toujours prévalus au sein de nos communautés », a-t-il souhaité.

Financé par l’ambassade royale du Danemark au Burkina Faso, le projet RESICOM couvre vingt communes des deux régions à savoir la Boucle du Mouhoun et le Nord.

Yipénè NEBIE
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Royaume Gulma : D’où viennent les Moyenga ?