LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Coopération Nations unies/Burkina : Le Plan cadre pour le développement durable 2023- 2026 officiellement lancé

Publié le jeudi 20 janvier 2022 à 17h39min

PARTAGER :                          
Coopération Nations unies/Burkina : Le Plan cadre pour le développement durable 2023- 2026 officiellement lancé

La cérémonie de lancement des consultations stratégiques sur le plan cadre de coopération des nations unies pour le développement durable au Burkina Faso pour la période 2023-2026 s’est tenue, ce jeudi 20 janvier 2022 à Ouagadougou. Elle a été présidée par Rosine Sori / Coulibaly, ministre des affaires étrangères.

Le plan cadre de coopération des nations unies pour le développement durable au Burkina Faso est un document de référence permettant de planifier et de mener des actions d’appui à la mise en œuvre de l’agenda 2030. Ce document sera fondé principalement sur les priorités du Plan national de développement économique et social (PNDED-2) a indiqué la coordonnatrice résidente du système des nations unies au Burkina, Barbara Manzi.

Toujours selon ses propos, ce cadre de coopération est également une aubaine pour les partenaires de définir de façon consultative et inclusive les grands axes d’intervention.

De la g. à d, Lassina Kaboré, ministre de l’économie, des finances et du plan ; Rosine Sori/Coulibaly, ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur (milieu) et Barbara Manzi, coordonnatrice résidente du système des nations unies et coordonnatrice humanitaire

Les grands axes du plan cadre

Déclinant les grandes lignes stratégiques de cette coopération bilatérale, Mme Manzi dira que : « Les priorités stratégiques du cadre de coopération devront se baser sur les priorités nationales telles que reflétées dans le PNDES-2 afin de consolider les jalons du développement durable, y compris dans les zones affectées par la crise sécuritaire. Compte tenu du contexte sous-régional fragile en Afrique de l’Ouest et dans le Sahel, le système des nations unies au Burkina Faso va continuer d’œuvrer avec les équipes pays des nations unies dans les pays voisins ainsi qu’avec les partenaires pour échanger régulièrement des informations et analyses ; mettre en œuvre des projets transfrontaliers et des programmes conjoints dans les secteurs sociaux, économiques, sécuritaires et humanitaires. »

L’assistance

Alléger le fardeau du gouvernement

La présidente de la cérémonie, la ministre Rosine Sori / Coulibaly en charge de la coopération, a rappelé les critères des vrais partenariats. « Les partenariats, dit-elle, supposent une vision partagée, une participation des acteurs au même titre et des responsabilités partagées ».

Pour finir, elle a invité les partenaires à travailler de manière à alléger le fardeau du gouvernement. « Nous sommes un gouvernement dans un contexte difficile et le rôle des partenaires et du partenariat c’est de diminuer le poids, d’éviter les pressions sur le gouvernement et de s’assurer que le leadership du gouvernement s’exerce effectivement », a-t-elle déclaré.

Pour mémoire, la vision des nations unies pour le Burkina Faso à l’horizon 2030 est celle d’une nation dans laquelle les populations vivent et s’épanouissent dans une société inclusive, réconciliée, résiliente, prospère et équitable dans le plein respect des droits humains et de l’environnement durable.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 21 janvier 2022 à 15:47, par Soundiata Keïta En réponse à : Coopération Nations unies/Burkina : Le Plan cadre pour le développement durable 2023- 2026 officiellement lancé

    Je crois que nous devons cesser de parler de développement durable dans un pays sous la domination coloniale française. Théophile Obenga vous a déjà tiré l’attention sur cette fameuse question de développement durable. Et je tire votre attention qu’il n’appartient pas à l’ONU qui déstabilise la sécurité mondiale d’un développement quelconque. Soyons des Africains dignes d’un XXIè siècle.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique