Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • LEFASO.NET • mercredi 19 janvier 2022 à 23h10min
Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

Depuis plus d’une semaine, l’accès à Facebook connaît une restriction (impossible d’y accéder à partir des données mobiles). Interpellé sur le sujet, au sortir du Conseil des ministres de ce mercredi 19 janvier 2022, le porte-parole du gouvernement, Pr Alkassoum Maïga, a réagi.

« Je suis dans la même situation que vous ; depuis ce temps, je n’ai pas accès à Facebook. On avait informé tout le monde que pour des raisons de sécurité, et d’autres préoccupations d’intérêt national, le gouvernement est en droit d’opérer des régulations », a rappelé le ministre Alkassoum Maïga.

Il précise que c’est dans l’intérêt supérieur de la nation et qu’il ne faut pas « forcément s’attendre à ce que le gouvernement soit obligé de se justifier ou de s’expliquer ».

« Nous constatons tous la situation que nous vivons actuellement dans notre pays. Je pense que si on a le choix entre laisser l’insécurité se propager et prendre des mesures qui permettent de maintenir le minimum de contrôle par rapport à la situation, vous et moi, le choix me paraît clair ; l’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers », a soutenu le porte-parole du gouvernement, Pr Alkassoum Maïga, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 janvier à 15:04, par Pierre En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Oui mais quand "Au nom de l’intérêt national" Vous usez sans rendre compte a qui de droit (Assemblée Nationale) éventuellement cela peut apparaitre comme de l’abus ou utile a d’autre fins et dessins inavouable. Comme on dit : "l’enfer est pavé de bonnes intentions"

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:23, par Passakziri En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    le Burkina doit apprendre des autres pays.
    Dans tous les pays quand vous laissez champ libre à Facebook, Zuckerberg s#en fiche pas mal de la morale. Donc au gouvernant et gardiens de la loi de s#adapter à la situation par des mésures appropriées. Donc la meilleure facon à mon avis c’est de mettre facebook devant ses responsabilités de réguler ses réseaux ou de subir la rigueur de la loi . Seulement 22 millions d’âmes ne comptent pas pour Facebook qui peut s’en passer, contraigant alors les décideurs à devoir se replier sur l’utilisateur afin d’atteindre le même résultat, peinalisant ceux qui en font un usage citoyen pour s’épanouir. Neanmoins, les usagers peuvent et devraient solliciter la justice pour trancher sur ces actions du gouvernement.
    Mais force est de reconnaître que nous burkinabé sommes avons fait une mauvaise interpretation de la liberté d’expression , ce qui est bien dommage.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:31, par Pacino En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Si c’est pour l’intérêt national,continuez dans cette dynamique. Aucun intérêt particulier ne saurait primer sur la survie de la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:53, par Un Burkinabê En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Il faudrait peut-être dédommager les citoyens qui mangent grâce à Facebook. Je veux dire les E-commerçants.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:53, par VISA En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Il est possible de traduire en justice ceux qui font des choses répréhensibles.Il est possible de bloquer leurs pages.Mais il n’est pas normal de priver tout le monde de cet outil d’information et de promotion publicitaire d’affaires.La première personne à dénoncer publiquement les réseaux sociaux après le drame d’Inata et la première suspension de facebbook , est le fameux directeur de cabinet du président.Il a une part lourde de responsabilité dans cette coupure de la connexion mobile internet et facebook.Ce sieur nuit à la gouvernance sous le régime Kaboré qui semble avoir peur de lui par mysticisme et le laisse commettre trop de gaffes.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 15:53, par Tengbiiga En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Si c’est pour des raisons de sécurité, alors je suis d’accord avec vous. Mais présentez nous des résultats.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:18, par Swartskoff En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Au risque de frustrer ou d’attirer le courroux de certains, risquons de dire que beaucoup de Burkinabè sont devenus des burkinabètes. Après Jupiter, c’est eux. Ils ont le droit d’insulter, le calomnier, d’imposer leur vérité à eux. Et pourtant, la régulation, la censure ne signifient pas absence de démocratie. C’est un ensemble de forces visibles et invisibles qui garantissent une certaine stabilité ou harmonie de notre monde. Briser ces forces assimilables à des contraintes ou règles, qu’adviendra-t-Il ?

    "Là où il y a du pus il faut inciser"

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:22, par kiemad En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Je ne sais pas si au Mali on a coupé face book mais il ya des RESULTATS AU MALI. Ces explications du MINISTRE PORTE PAROLE DU GOUVERNEMENT NE TIENNENT PAS car aujourd’hui les reseaux WI FI et CABLE fonctionnent bien avec face Book. Or la majorité n’a pas accès à ces reseaux WI FI et CABLE. Mais les personnes nanties ont toujours la possibilité d’utiliser face book si elles ont le WI FI ou des ordinnateurs cablés. Mais les autres c’est à dire le bas peuple qui est la majorité ne peut pas. Donc aujourd’hui il y a ceux qui naviguent aisement avec face book car ayant les moyens et les autres qui ne peuvent plus car privés de moyens. Pour une raison d’équité on devrait tout couper même le WI FI si c’est pour des raisons
    de sécurité car les personnes mal intensinnées peuvent les utiliser également

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:24, par Bodo En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Je me dis que l’intérêt de la nation prime, sur l’utilisation des réseaux pour se faire voir.

    Maintenant, concernant les Commerçants, c’est vrai, c’est dur pour eux en ce moment : mais si cette action porte des fruits, eux-même vont en sortir avec encore plus de prospérité dans leurs commerces, plutôt que de maintenir Facebook et laisser des gens l’utiliser pour leur travail satanique.

    Cette action sera encore l’occasion de savoir, jusqu’à quel point le Noir peut se sacrifier pour son pays... Pensons-nous aux drames des familles ? Ou bien courrons-nous à des intérêts personnels immédiats ?

    Car on peut résumer la situation ainsi : 1. Les Noirs achètent des armes chez lui pour tuer leurs frères ! 2. Ils font la publicité de leurs massacres sur les outils digitaux créées par le Blanc pour s’amuser... 3. Nous, on prend cela et on partage...

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:43, par Lumière En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Désolé ! Le Faso n’est ni une dictature, ni autocratie ! Ni la Constitution burkinabè, ni aucune Loi votée à l’Assemblée Nationale n’autorise cette gouvernance à la mouta-mouta !

    Le Gouvernement n’est pas au-dessus des Loi du Faso ! Il a le devoir de justification (en amont) et de redevabilité (en aval) de toute les initiatives qu’il prend au profits ou au dépens des honnêtes citoyens !

    Punir les coupables d’intox oui ! Museler les honnêtes citoyens non !

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 17:08, par Aol En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Objectivement en quoi la coupure de Facebook a quoi à avoir avec la sécurité nationale du burkina ? Notre gros problème commun c’est le terrorisme et jusqu’à preuve du contraire j’ai pas encore vue ces bandits utilisés les réseaux sociaux pour recruter au burkina. La coupure d’internet en suite Facebook est seulement pour protéger un pouvoir à la dérive. Qu’il sache qu’en 1966 il y’avait pas encore internet mais Maurice est tombé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 17:41, par Alexio En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    J etais contre le regime defunt de la trahison de Blaise Compaore contre le CNR. Dont lui-mem nummer 2.

    Jusqua l evenenement de son CDP. ou l actuel regime est isssu. Meme si ton ennemi est la gazelle, il faudrait reconnaitre sa galanterie de ses bonds et ses performances en courses de fonds.

    Au temps de Blaise, il n a jamais tenter de fermer l internet pour faire plaire a l Elysee. Pas moin que le Facebook.

    Le rendez- vous des peuples d Afrique le 22 Janvier pour supporter le Mali contre ses les valets locaux de l imperialisme francais sous nos toits commencent a trembler.

    RMCK, un ancien pseudo-communiste vit aujourdhui dans la galaxie d ADO de la Francafrique. Il a gater sa reputation chez les panafricains de toute l Afrique des libertes en se solidarisant pour les sanctions contre le Mali.

    Si c est a cause de cette marche ont veut saboter par les injonctions venues de l Elysee pour saboter cette demarche. Alors le dernier mandat de RMCK commence a puer de l influence de Macron qui lui ait humilier lors de son premier voyage en Afrique.

    Bien sur que les raisons d Etat sont prioritaires, si ces raisons sont legitimes.

    Le contraire serait le mensonge d Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 19:09, par Vérité Indiscutable En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Notre faiblesse est mentale d’abord.
    Allez vous renseigner auprès des spécialistes.
    - Tout d’abord, les terroristes peuvent avoir Internet sans passer par les opérateurs téléphoniques. Sachez-le très bien. Certains citoyens également ont Internet sans passer par les opérateurs téléphoniques.
    - Ensuite, il y a bien des moyens pour contourner les ristrictions et continuer à avoir accès à Facebook. Ceux qui sont mal intentionnés savent tout ça.
    - Conclusion, le gouvernement ne fait de mal qu’aux citoyens lamda. Point final. Ca ne résoudra aucun problème. Il ne faut pas vous leurrer.
    Renseignez-vous et venez me défier.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 19:39, par HUG En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Ces gens la prennent le burkina comme leur proorieté.Ils ont raison car ils ont le soutien des coutumiers et certains religieux. Allons seulement.Couper l internet car vous avez la force pour le moment.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 20:21, par Sacksida En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Oui mais Mr le Ministre ne prenez pas les Burkinabe pour des idiots car depuis que vous etes au pouvoir en Janvier 2016, combien de fois l’interet General National a ete bafoue au profits des interets personnels de vos amis politiques. Citons quelques uns : L’octroi de Marches Publics en milliards de CFCA aux amis du President du Faso et de surcroit mal executes, Cas des Helicopters defecteux, vos nominations de complaisances, vos laxismes et vos insouciances face a la detresse de nos populations tues et terrorisees, Vos vols et Vos detournements de nos deniers publics, des batiments publics qui s’ecroulent due a la corruption endemique dans les marches que vous octroyez a vos amis en Conseils de Ministres, Vos Directeur de Cabinets corrompus et poursuivis par la Justice que vous refusez des sanctions conservatoires, Vos departements Miniteriels qui sont devenus des Bureaux d’Affaires au detriment de l’Etat, vos Dossiers de crimes economiques et financiers et les Biens Mal Acquis dont vous refusez des sanctions administratives et conservatoires, des Comptes Bancaires de l’argent vole et des Investissements a l’Etranger dont vous refusez des poursuites judiciaires consequentes etc. La liste des Dossiers criminels de votre regime incompetent dans la protection securitaire des Citoyens, est tres longue. Mais ne vous en faite pas, vos blocages ne peuvent pas etre eternels car tot ou tard vous repondrez des crimes devant les Tribunaux Populaires Burkinabe. Dieu Sublime est Grand. Salut

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 04:25, par Nabiiga En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

      @ Sacksida

      C’est tout la maladie incurable de notre patrie. Tu nous étales un chapelet de doléances et des méfaits de ce gouvernement. D’accord, on a entendu mais on te prie de bien vouloir aller au-delà de ces accusations fortuites pour ne nous en donner qu’un seul dont tu peux affirmer. Tu te rendes compte aisément de toi-même combien tu incommodes les internautes avec ces affabulations dont t’es surement pas capable d’affirmer. Où sont tes preuves qui accablent le gouvernement dans tes âneries. T’es Burkinabè comme nous tous et on le prend pour acquis que tu te soucis de notre patrie autant que nous. Ayant de tels méfaits de la part du gouvernement, je peine à comprendre pourquoi tu n’as saisi aucune instance judiciaire de notre pays de ce dont tu accuses le gouvernement. Vas-y, on viendra t’appuyer car la corruption nous indigne aussi et on ne te laissera seul dans ton combat. Voilà

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 22:09, par Wednoore En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Humm, combien de burkinabè sont sur Facebook ?
    Ceux qui sont y sont ne sont pas tous des followers des activistes. Cette restriction dénote d’une certaine fébrilité dans la communication au niveau du gouvernement par rapport aux événements qui se passent au pays. Ce n’est pas en restreignant la liberté dans le digital qu’on contrôle la communication.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 01:42, par bonté En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Notre socios est entrain de se griller. Publiquement. Même OUARO a compris cela, avant SENI.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 02:22, par Adautres En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Il ne faut pas confondre L’intérêt national et celui du MPP ou du gouvernement.
    Qui oserait couper l’internet au USA ? N’ont-ils pas d ’intérêt national les Americian ?
    A d’autres. Arretez vos conneries. Malheur a ceux qui baillonnent leurs peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 03:59, par Jonassan En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Les Burkinabé ont beaucoup perdu de leur dignité et de leur intégrité : Le gouvernement qui s’autorise à cacher ses intentions, les marcheurs qui mentent sur leurs intentions pourtant annoncées dans leurs groupes et qui avancent d’autres raisons de victimisation. Et même dans nos commentaires le mensonge et le louvoiement s’invitent. LE FAUX EST DEVENU BURKINABÉ, allons donc, on se rencontrera au pied du mur.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 05:25, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    INDISCUTABLEMENT, C’EST À PARTIR DES DÉRIVES RÉPÉTÉES QUE NAISSENT LES DICTATURES : Qui l’eut cru que LE BURKINA FASO allait tomber aussi bas sous LE RÉGIME KABORÉ après avoir chassé LE RÉGIME COMPAORÉ pour surtout la raison fondamentale de LA MAL GOUVERNANCE CHRONIQUE. Aujourd’hui, chacun de nos dirigeants politiques qui a une parcelle de pouvoir se croit fort, puissant et parle au hasard sans se sourciller. Et ce dernier oublie au passage que demain, il ne sera rien du tout et il va rendre compte. Avec « L’INSTABILITÉ DE L’INTERNET MOBILE » que nous vivons ces derniers jours, LE RÉGIME KABORÉ ne communique pas et préfère se taire. Ce qui est très frustrant, ce sont les sorties « malencontreuses » de quelques ministres sur la question de manière lapidaire : JE N’AI RIEN À DIRE………ET LE GOUVERNEMENT N’EST PAS OBLIGÉ DE SE JUSTIFIER OU DE S’EXPLIQUER. Pourtant, c’est LE DROIT DU PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ de jouir de ses libertés et il a donc le droit de savoir les raisons de certaines décisions contraignantes !

    Tout de même, LE BURKINA FASO n’est pas UNE JUNGLE où c’est LA LOI DU PLUS FORT qui fait foi. Et LE RÉGIME KABORÉ doit savoir qu’il est obligé d’informer LE PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ sur la marche du pays tout en utilisant « LES TEXTES ET LOIS » mis à sa disposition. Je répète une fois de plus nous ne sommes pas dans UN ÉTAT VOYOU et on doit apprendre à se respecter. Kiakiaaaaaaaaaaaaa !

    PARCE QU’ON SE CROIT FORT, ON IMPOSE TOUT AU PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ AVEC MÉPRIS ET ARROGANCE !

    LES DICTATURES PRENNENT TOUJOURS FIN BRUTALEMENT !

    TÔT OU TARD, LE PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ VA RÉCUPÉRER « SA DIGNITÉ » BAFOUÉE PAR LE RÉGIME KABORÉ ET QU’IMPORTENT LES MANIÈRES !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO !…………….L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 05:51, par Baoyam En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Si on prernait les Burkinabe pour des etres intelligents, on allait savoir que ces explications sont totalement insensées. Elles ne convainquent personne. Qu’est ce que la coupure de facebook a avoir avec l’intérêt natonal ? Rien.
    Si on prenait les Burkinabè pour des citoyens, on allait savoir qu’en démocratie, le pouvoir s’exerce au nom du peuple et que par conséquent les mesures qui affectent la vie des citoyens nécessitent explications pour que le peuple jugent de leur pertinence.
    Cette coupure de facebook a simplement pour objectif de taire les critiques sur l’action du gouvernement, demobiliser les citoyens dans leur élan de contrôle de l’action gouvernementale, interdire aux Burkinabè de se rassembler virtuellement après les avoir interdit de s’assembler physiquement... Bref, il s’agit de mesures autoritaires pour sauver les "fesses" du pouvoir.
    C’est au nom de la démocratie que les coups d’Etats sont illegitimes. La democratie suppose un espace public d’expression et de rassemblement des citoyens. Si vous mettez fin à la démocratie pour ôter aux citoyens les moyens démocratiques d’influence sur les actions du pouvoir, vous ne laisser plus le choix que d’autres moyens pour le peuple de se "sauver" d’un pouvoir inefficace et sans résultats.
    Le peuple burkinabe est patient mais il n’est pas un peuple mouton contrairement aux apparences.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 05:55, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    HAN BON ??!! On aura tout entendu et vu de la part DES MINISTRES DU RÉGIME KABORÉ qui se bombent la poitrine, parlent au hasard avec mépris et arrogance au PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ et se croit FORT ET PUISSANT et narguent les gens « JE N’AI RIEN À DIRE………ET LE GOUVERNEMENT N’EST PAS OBLIGÉ DE SE JUSTIFIER OU DE S’EXPLIQUER. Malheureusement et c’est un fait gravissime, LE RÉGIME KABORÉ ne tire pas leçon des déboires du RÉGIME COMPAORÉ qui broie actuellement du noir et qui était en apparence plus FORT ET ORGANISÉ que lui car c’était UN RÉGIME MILITARO-CIVIL dans le fond. Pas de doute que LA COUPURE DE L’INTERNET MOBILE EST UN ABUS que nous dénonçons avec la dernière énergie et que nous l’assimilerons sans détour à « DES DÉRIVES RÉPÉTÉES » qui vont virer naturellement à LA DICTATURE si on y prend garde. Et les conséquences fâcheuses suivront tôt ou tard car LE PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ acculé jusque dans ses derniers retranchements, finira par prendre toutes ses responsabilités historiques pour mettre fin au RÈGNE BARBARE DU RÉGIME KABORÉ et qu’importent les manières !

    Sur INTERNET, la possibilité est offerte de traduire en JUSTICE tous ceux qui violent LA LOI et aussi de LES BLOQUER. Entre nous, LE RÉGIME KABORÉ a-t-il conscience du tort causé à tous ceux qui utilisent L’INTERNET MOBILE pour gagner leur vie et ils sont très nombreux de nos jours ??!! En principe, DES MESURES D’ACCOMPAGNEMENT devraient suivre afin de combler le manque à gagner en dédommageant les concernés. C’est pour dire haut et fort que LE RÉGIME KABORÉ est en train de creuser sa propre tombe et PERSONNE NE VA LE PLEURER QUAND IL CONNAITRA UN SORT PIRE que celui du RÉGIME COMPAORÉ. Bien au contraire, ça sera UNE DÉLIVRANCE que nous applaudirons tous à nous rompre les doigts !

    PARCE QU’ON SE CROIT FORT, ON IMPOSE TOUT AU PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ AVEC MÉPRIS ET ARROGANCE !

    LES DICTATURES PRENNENT TOUJOURS FIN BRUTALEMENT !

    TÔT OU TARD, LE PEUPLE INTÈGRE BURKINABÈ VA RÉCUPÉRER « SA DIGNITÉ » BAFOUÉE PAR LE RÉGIME KABORÉ ET QU’IMPORTENT LES MANIÈRES !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO !…………….L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 06:37, par Sonni ALIBER En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Le pouvoir de RMCK est terminé ☑️ terminé,,c’est devenu un porte chars de Macron et d’ADO ,j’avais de l’estime pour cet homme , et j’ai défendu ses causes plusieurs fois devant ces détracteurs,mais hélas hélas j’ai foncièrement eu tort,,c’est un incapable un roublard qui vent le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 08:00, par LE CELEBRE En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Si l’intérêt national doit vraiment primer l’intérêt individuel pourquoi tout ce pillage des deniers publics au sommet de l’État ??????

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 08:35, par OUATTARA Dramane En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Vous défendez la démocratie ailleurs, vous condamnez les autres pays pour cela. Mais chez vous, dans votre pays vous êtes des potentats. Honte à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 09:41, par Panafricanistes En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    iL ya beaucoup de panafricanistes qui écument les réseaux sociaux pour parler d’éveil des consciences , de la libération de l’Afrique et il ya aussi des mouvement des jeunes .Le constat que je fais c’est qu’on entend les panafricanistes que lorsqu’on parle du franc CFA , de la France , du Mali...........

    Ils ne sont jamais concernés par le sujet tel le changement climatique , la nécessité pour les africains de développer aussi des plateformes comme Face book à l’échelle africaine etc

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 09:50, par ancien En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Moi j’adhère à la souveraineté et à l’autorité de l’état pourvu que tout soit fait dans sens du bien être des honnêtes citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 09:59, par Desperado En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Personnellement, j’ai toujours plaider pour une restriction momentanée des accès aux réseaux sociaux pas comme ça. D’abord, cette façon de faire initialise le peuple, il faut communiquer avant la coupure. Ensuite, la coupure peut se faire uniquement pendant les heures de service afin de contraindre certains à mieux se focaliser sur leurs occupations professionnelles. Tertio, votre communication est insultante. Nous ne sommes pas vos sujets. On dirait que vous avez oublié de quoi est capable ce peuple. J’ai toujours défendu ce régime jusqu’à cette troisième coupure sauvage sans communication. Les téléphonies mobiles aussi ont leur part de responsabilité, qu’est-ce qui les empêche de d’envoyer des sms comme elles le font souvent pour n’importe quoi : "Chers clients, sur réquisition du du gouvernement burkinabè, nous allons devoir limiter l’accès à ..." J’attend le mot d’ordre du balai citoyen seulement qui a menacé de descendre la rue pour exiger le rétablissement des accès aux réseaux sociaux.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 11:00, par Lexys En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Il est clair pour tous que certains internautes abusent des réseaux sociaux dans leurs invectives contre le pouvoir, c’est regretable. Cela est-il suffisant pour justifier les mesures de restrictition de l’accès à ces réseaux par le gouvernement applicables à toute la population ? Qu’en est-il de l’efficacité même de ces mesures puisque beaucoup d’internautes arrivent à les contourner ? Je croyais aussi le gouvernement capable de poursuivre les auteurs d’actes injurieux ou dînformations mensongères sur les réseaux. Si tel est bien le cas, pourquoi il ne le fait pas ?
    Ces réseaux sociaux ont pourtant une grande importance dans la promotion des activités de survie de nombre de citoyens. Nul ne peut nier leur apport dans la recherche de la pitance quotidienne de nombreux burkinabé. Ils participent aussi à donner l’information et même la vraie aux populations. Dans ce dernier cas, il est, pour beaucoup, un rempart contre la gouvernance par le mensonge prisée par certains pseudo-démocrates. Combien de dénonciations faites ont conduit à la prise de mesures salvatrices pour nos FDS ? Imaginons, un peu que pour les cas comme Yirgou, Solhan, Inata et Titao, on en était resté aux informations officielles (mensongères) ! Aucune mesure ou décision d’ajustement bienheureuse n’aurait été prise et on en serait resté à compter quotidiennement nos dizaines de morts, qui pour beacoup auraient résulté de l’incurie de certains de nos hauts gradés.
    Le Gouvernement doit reconnaître que son manque de transparence et sa propension exagérée à mentir et à masquer la réalité des résultats de ses actions contre le terrorisme et la mauvaise gouvernance ont révolté beaucoup de burkinabé et contribué à les braquer contre lui. La vérité chasse le mensonge, a-t-on coutume d’entendre. Si le gouvernement veut que les choses changent véritablement, il faut qu’il revoie sa copie en matière de transparence et redevabilité dans la lutte contre le terrorisme et plus généralement dans son approche en matière de gouvernance économique et déàmocratique. Sinon, les mesures impopulaires et punitives de restrictions des résequx sociaux n’y pourront rien et au contraire vont contribuer à creuser davantage le fossé entre les citoyens et les dirigeants en matière de confiance.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 11:08, par La Sagesse Africaine En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    ...Consommons ce que nous produisons. Quelle est la part de notre production nationale en matière de réseaux sociaux. J’invite les Star Up à y réfléchir. Dans d’autres domaines comme la dématérialisation des paiements (transferts d’argent, etc.) on voit que les lignes bougent.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 11:49, par burkintinga En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    AH OUI .c’est ça le Burkina de l’après Blaise.
    a lire certains internautes on comprend aisément que la démocratie n’est pas faite pour certains pays. President ROCK YaKO. vous etes appelé a redoublé d’effort. soyez en sur qu’ il est aujourd’hui plus facile de gouverner les Etats UNIS que de gouverner le Burkina faso. Pays ou les gens aspire a une liberté sauvage et se disent tantôt des intelectuels tantôt des hommes eclairés....alors je dit merde.sur quel terre avez vous vue des gens faire souffrir ses gourvernats comme le Burkina Faso sous pretesque qu’on est en démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 13:22, par LeMossi En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Burkintinga, gouverner un pays est un choix, pas une obligation. Si les administrés font souffrir, les gouvernants peuvent se decharger du fardeau en rendant simplement leur demission. On aspire à la democratie, mais on ne veut pas suivre les regles de la democratie qui garantissent la liberté d’expression. Mais si quelqu’un se rend coupable d’abus de ce droit, on peut lui ester en justice et le sanctionner. Les gouvernés ont le droit de critiquer les actions des gouvernants quand les resultats de leurs actions ne sont pas à la hauteur des attentes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 14:13, par Alexio En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Quqnd on a fait le deal avec le diable, on se fait son jeux diaboliques. Est-ce qu on a besoin d un politicard pour le comprendre.

    Museler son peuple est un crime contre sa majeste. Le peuple legitime et proprietaire de son destin. Quand un regime est au contre courant de son emancipation, ce regime creuse sa propre tombe.

    Le reveil des peuples contre la France est evident.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 17:15, par Paul En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    plusieurs graves erreurs récurrentes de ce gouvernement :
    mauvaise communication pour s’expliquer et justifier des décisions. Plus grave, vous confondez l’intérêt national à vos propres intérêts particuliers pour préserver votre pouvoir. A continuer ainsi de passer en force, l’état de grâce du gouvernement de Zerbo est déjà en train de s’achever. On peut déjà dire et affirmer que les lendemains du président Rock seront très difficile jusqu’à la fin de son mandat : rien de nouveau sur le front sécuritaire, rien de nouveau sur le front de la lutte contre la corruption, gabégie, mal gouvernance.... Triste !

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 17:49, par Sacksida En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    A NABIGA et Autres qui defendent l’indefendable et la mediocrite, sachez que si le Burkina Faso et l’Afrique peinent a decoller sur le plan securitaire, sociales economiques et culturel, c’est a cause de la mauvaise gouvernance conduite par des esprits mediocres et deplorables et des hommes malhonnetes qui se plaisent dans des betises. C’est tres important le Leadetship revolutionnaire consequente dans l’evolution positive d’un pays Africain, quand le Leadetship est mauvais, la Gouvernance et les Affaires Publiques suivent la meme route ou trajectoire. Et si le Leadetship revolutionnaire est excellent la bonne gestion ou gouvernance operationnelle des ressources Nationales concretes suivent egalement et contribuent a l’avancee extraordinaire du pays et du Peuple Burkinabe. Il faut donc un vrai changement de mentalites positives des Dirigeants politiques afin d’eviter le manque de bonne moralite, la corruption, les vols, les detournements des deniers publics, les gabegies etc. Si l’on place des mediocres et des hommes Insouciants a la tete du Pays, c’est clair ce Pays et ce Peuple Burkinabe n’iront nullement nul part ; car ce n’est pas une question des Diplomes seulement, mais d’integrite, d’engagement et de bonnes moralites affirmees dans la conduite des affaires publiques de l’Etat. Car tous ceux qui accumulent des richesses en politique sont des mediocres et des voleurs, des detourneurs car l’on fait la politique nationale pour servir sa communaute et le President Thomas Sankara a montre la voie a suivre pour le Burkina Faso et pour l’Afrique. L’Afrique et le Burkina Faso trainent et souffre dans le sous developpement a cause des mauvais Gouvernants allies a des forces exterieurs internationales, imperialistes et neocolonialiste. C’est cela la Verite incontournable. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 18:10, par Julien En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Suivez bien ce porte parole. il n’est pas à sa première arrogance. Souvenez vous sa guéguerre avec le CAMES.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 19:14, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    Hum... Balle à terre, s’il vous plait. Beaucoup de plaintes que je lis concernent l’aspect politique de cette histoire de coupure de Facebook. On parle de faire taire les critiques, d’injures et invectives envers les responsables politiques, etc.

    Je crois que c’est une vision très étriquée du problème qui est plus vaste.

    1°) Le gouvernement du Burkina Faso NE PEUT PAS suspendre le compte Facebook d’un utilisateur même fautif. Cette prérogative appartient uniquement à Facebook et à sa maison mère Méta. Le gouvernement qui souhaite le faire doit leur adresser une demande motivée, et eux seuls décident en fonction de leurs règles internes et de leur appréciation de la situation.
    Localement ici, on coupe pour tout le monde ou pour personne. Quand on ne peut plus distinguer l’attiéké du sable, il est mieux de s’abstenir de manger.

    Et puis, vous pensez vraiment que le même gouvernement qui ne veut pas dire à sa population les raisons réelles de cette coupure va aller le dire à Facebook, de plus sans garantie de confidentialité ?

    2°) Le vrai problème est moins la méchanceté des gens mal intentionnés que l’inconscience des gens ordinaires. Quelques exemples :

    a) Malgré les mises en garde, un militaire garde son téléphone connecté et publie des photos ou signale sa situation sur facebook sans penser aux conséquences possibles. Même quand il s’abstient, son addiction à la connexion permet de le tracer et de connaitre les positions de nos forces.
    Certaines rumeurs disent que dans le cas de Inata, c’est ainsi par des publications que les terroristes ont su dans quelle situation difficile se trouvaient nos FDS. On connait la suite...

    b) Un passant qui voit passer nos troupes prend une photo et publie sur Facebook, pour être celui qui donne l’information "up to date". Il ne sait pas que ce qu’il fait est dangereux.

    c) Un fonctionnaire ou militaire dans un bureau voit passer un courrier ou une information, il prend en photo et publie sur Facebook. Même insouciance et ignorance.

    d) La grande masse des utilisateurs, qui reprennent, rediffusent, partagent de façon exponentielle ces informations, y compris les fake news et la propagande djihadiste pour dire qu’ils "ont des armes terribles que nous n’avons pas" finissent de faire le travail et d’informer nos ennemis de tout !

    A défaut de pouvoir éduquer chaque burkinabè d’une part sur une utilisation plus rationnelle de ces réseaux sociaux et d’autre part sur les règles de prudence en période de guerre, nous devons comprendre que certaines fois, la privation de ces libertés dont nous abusons devient inévitable.

    3°) Au contraire, les burkinabè doivent être reconnaissants que cette fois, la coupure ne soit pas générale mais concerne seulement Facebook. Ce réseau est en effet celui qui a le plus d’instantanéité et d’ouverture. Quelqu’un que vous ne connaissez pas peut devenir votre "follower" sans que vous vous méfiiez, et ainsi se renseigner à travers vous. Par exemple, WhatsApp par contre n’a pas ce défaut, sauf dans le cas des grands groupes.

    Avoir donc maintenu l’internet mobile et les autres réseaux comme Instagram, WhatsApp, Twitter, Tik Tok, etc est donc un effort des autorités, pour ne pas impacter trop la population.

    Et puis franchement, soyons sérieux : Quel pourcentage de Burkinabè utilisent Facebook ? Car ce réseau, contrairement à WhatsApp par exemple, nécessite un minimum d’alphabétisation, qui n’est pas la chose la mieux partagée au Faso.
    Quand aux commerçants, la bonne communication suppose qu’outre Facebook, ils utilisent aussi les autres réseaux. S’adapter pour quelques temps en diversifiant sa communication commerciale n’est pas la mer à boire. Sauf bien sûr si on s’assoit en attendant le retour de Facebook.

    Certains parlent de légèreté et de désinvolture du porte parole du gouvernement. Peut être qu’il a manqué de fermeté, c’est tout. Car par la bouche du précédant porte parole, le gouvernement a bel et bien prévenu qu’il fallait s’attendre à d’autres coupures en cas de nécessité, qui serait toujours dicteé par la sécurité nationale.
    Faut-il alors encore convoquer une conférence de presse à chaque fois, surtout si c’est pour répondre "secret-défense" aux questions des journalistes ?

    Soyons patriotes, soyons résilients, et faisons confiance à ceux à qui nous avons confié la responsabilité de la lutte contre le terrorisme. Même si on ne les aime pas, pour le moment c’est eux qui sont là.

    D’ailleurs, la chose positive qui va découler de cet épisode, c’est que certains vont réduire leur dépendance à Facebook et s’organiser pour fonctionner sans. Car sachez-le, aujourd’hui c’est le gouvernement, mais demain c’est Facebook lui-même qui peut décider d’arrêter ses opérations au Faso comme il l’a fait ailleurs. Vous irez vous plaindre où ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 19:56, par Ka En réponse à : Restriction de l’accès à Facebook au Burkina : « L’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers » (gouvernement)

    ’’’’’’’’’’’’’’’Je pense que si on a le choix entre laisser l’insécurité se propager et prendre des mesures qui permettent de maintenir le minimum de contrôle par rapport à la situation, vous et moi, le choix me paraît clair ; l’intérêt national doit être au-dessus de nos intérêts particuliers », a soutenu le porte-parole du gouvernement, Pr Alkassoum Maïga, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.’’’’’’’’’’’’’’

    Merci Mr. le ministre : Faisant parti des clients de FACEBOOK depuis sa création, et voyant quelques comportements des internautes malsains, je me suis permis très souvent dans ce forum de dire que ’’’’’le web est un immense défouloir : Entre les fausses nouvelles et les insultes, en passant par la propagande la plus nauséabonde, on trouve de tout. Mais que les internautes récalcitrants sachent que l’anonymat (tout à fait relatif) dont ils pensent jouir sur le Web ne les protège absolument pas, et ne les autorise pas à toute forme de dérive.

    Si ici je soutiens sans réserve les arguments du ministre, c’est que souvent ce n’est pas productif de laisser les internautes d’écrire impunément N’IMPORTE QUOI surtout que les terroristes déguisés sont aguets pour les utilisés ?

    Que ces internautes imprudents sachent qu’il y a une déontologie, si elle n’est pas assortie de mesures réellement contraignantes et appliquées comme le gouvernement Burkinabé a fait, où va-t-on ? C’est la même chose en matière de diffamation : est-il préférable de faire un procès aux internautes comme MyMy allias……. qui se permettent de dire sur ce forum que le premier Burkinabé est une m…….. Souvent, un démenti ou un "droit de réponse" passe inaperçu ou, pire encore, ne fait que renforcer la suspicion auprès du public, des écris comme cet haineux au régime ne passe pas inaperçu au bonheur de ceux qui déstabiliser les institutions.

    Encore une fois, le gouvernement a eu raison : Car, le désordre et l´anarchie ouvrent la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune. Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice.

    Et ceux qui sont contre le rôle joué par le gouvernement pour protéger la sécurisation les serets de l’état, on voit à quel point le comportement de ces gens-là manque de lisibilité, si fait que dans bien des cas, ils sont assimilables à des crapules qui méritent d’être traitées comme telles.

    Et je confirme, qu’au risque de voir s’effondrer les fondamentaux de notre société fondée sur la paix, la tolérance, l’amour du prochain et le respect de l’autre dans sa différence, que le peuple Burkinabé s’unissent comme un seul homme pour que soient sauvegardées ces valeurs. Car, comme le dit l’adage, « face à un troupeau uni, le loup n’est pas à craindre ». Il y va même de la survie des pays du Sahel dont la plupart ont des économies sous perfusion. C’est le cas du Burkina Faso et du Mali qui, tel un bébé qui s’essaie à la marche, sont constamment mis à genou du fait des attaques terroristes répétées grâce aux fuites des informations soit sur FACEBOOK ou autres..

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Rémunération des ministres au Burkina : « Aucun ministre n’a négocié son salaire », clarifie Lionel Bilgo
Houndé Gold : Une enquête judiciaire ouverte pour situer les responsabilités
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 18 mai 2022
Prix du carburant au Burkina : Le gouvernement autorise une augmentation de 100 francs CFA sur le litre
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 11 mai 2022
Mine de Perkoa : « Nous espérons avoir de bonnes nouvelles dans les jours qui viennent ou les heures qui suivent » (Lionel Bilgo)
Compte rendu du Conseil des Ministres du vendredi 06 mai 2022
Burkina Faso : Le conseil des ministres éjecte le directeur général de Air Burkina de son fauteuil
Burkina : Le capitaine Sidsoré Abdoul Kader Ouédraogo refait surface à la présidence du Faso
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 27 avril 2022
Rumeur sur une pénurie d’essence au Burkina : « Nous avons la malchance d’être dans une situation où nos concitoyens ne croient pas beaucoup aux paroles de leurs dirigeants », déplore le ministre du commerce
Burkina/ détournement des camions citernes : " Des enquêtes sont en cours ", Lionel Bilgo, porte-parole du gouvernement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés