Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une mineure à Souri

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 11 janvier 2022 à 21h00min
Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une mineure à Souri

Le jeudi 6 janvier 2022, la brigade de gendarmerie de Dédougou a interrompu le mariage d’une élève de 16 ans dans le village de Souri, à cinq kilomètres de Dédougou. L’intervention a été possible grâce à une dénonciation d’une association militant pour les droits des femmes.

Tout est parti d’un signalement par une association à la direction provinciale de l’action sociale du Mouhoun d’un mariage en préparation le jeudi 6 janvier 2022, à Souri. Celle-ci, à travers le réseau de protection des enfants, a saisi les autorités compétentes qui sont intervenues au bon moment. Instruit par le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Dédougou, la gendarmerie sauve la jeune fille du mariage au moment de la célébration. Elle est intervenue avant que les liens ne soient scellés.

Alors que les deux familles étaient en pleines festivités, la gendarmerie débarque pour stopper le mariage. Elle a amené la mariée au poste de gendarmerie pour des vérifications d’usages. Après vérification, il est ressorti que l’élève, en classe de 4ème, n’a pas atteint l’âge légal de mariage autorisé par la loi au Burkina Faso. D’après les nos informations, la fille qui militait dans une association de défenses des droits de la femme était consentante. Quant au jeune marié, il a atteint l’âge autorisé par la loi.

Selon une source bien introduite, après les constatations, les deux familles ont été conduites à l’action sociale pour une sensibilisation à cet effet. « Nous les avons sensibilisé sur les conséquences de leurs actes. Nous leur avons dit que nous ne sommes pas contre leur union mais que c’est la loi qui l’interdit », a expliqué la directrice provinciale de l’action sociale du Mouhoun, Odette K. Bationo Méda. A l’en croire, après la sensibilisation, les deux familles ont compris et ont décidé d’abandonner le mariage. La fille, de son côté, a été placée dans un centre d’accueil pour la sensibiliser afin qu’elle reprenne les cours. « Nous l’avons convaincue d’attendre l’âge légal qui est toujours de 17 ans au Burkina Faso », a-t-elle dit.

Au moment où nous écrivions ces lignes, l’enfant a repris le chemin des classes. Les services de l’action sociale nous ont rassuré qu’il est prévu un suivi à l’école et à domicile.

Selon nos informations, c’est l’oncle de la fille qui avait décidé de la donner en mariage.

Cette situation vient une fois de plus nous interpeler sur le phénomène du mariage précoce dans la région de la Boucle du Mouhoun en particulier et au Burkina Faso en général.

Yipénè NEBIE
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 janvier à 19:09, par Ayirikem En réponse à : Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une mineure à Souri

    Ce monsieur doit etre envoye’ au front pour combattre les terroristes.Au front il trouvera mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 08:01, par kwiliga En réponse à : Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une mineure à Souri

    "D’après les nos informations, la fille qui militait dans une association de défenses des droits de la femme était consentante. Quant au jeune marié, il a atteint l’âge autorisé par la loi."
    Ben, des fois, on se dit qu’a vouloir copier les blancs à tous prix, on en fait un peu trop.
    Et encore, je dis ça, mais il me semble qu’en France, le majorité sexuelle est à 15 ans.
    Non, autant je suis pour l’émancipation de la jeune fille, autant, dans ce cas, du moins de la manière dont s’est relaté ici, on va trop loin.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 08:56, par mahamadou En réponse à : Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une mineure à Souri

    Je suis contre cette loi qui vient priver les filles ayant atteint l’age de la puberté de se marier avec consentement, tout en favorisant la dépravation des moeurs. Aujourd’hui nous avons des filles dans les ecoles qui sont engrossées par des enseignants les statistiques sont alarmantes sur le sujet, des filles de 12 ans en allant. Au lieu de voter les lois pour arreter ces actes d’irresponsabilités vous interdisez au jeune fille d’entrer dans des relations officielles entre les deux familles , ce n’est pas juste. Pourquoi alors leur interdit le mariage quand elle sont consentente ? Cette loi est à bannir car elle sera source de conflits dans un pays deja en proie aux violences terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 11:12, par Emmanuel SAWADOGO En réponse à : Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une mineure à Souri

    Les mariages précoces dans la region de la boucle du Mouhoun et meme chez nous au burkina faso est devenu une habitude. Au lieu de sensibiliser les parent et les oncles sur cette situation, on passe tout notre temp a parler des grèves, de la politique, qui nous amènes a nul part. sa commence par la hierarchi et apres vient les autres. La balle est dans le camp de tout un chacun de jouer pleinement son role pour eviter ces genres d’actes au faso. @Emmanuel SAWADOGO DEDOUGOU@ Sect 6 Lomé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le couvre-feu met à mal les activités de la soirée
Départ officieux, retour officiel : L’armée accueillie en liesse par la population de Kaya
Froid et climatisation en Afrique : « Un secteur méconnu mais pourtant porteur d’espoirs », selon Madi Sakandé
Journée internationale de l’Education 2022 : Ensemble pour tenir nos promesses vis-à-vis des enfants
Coup d’État au Burkina : Les cours suspendus dans les universités et instituts supérieurs jusqu’au 29 janvier 2022
Grippe aviaire au Burkina : « Si l’on n’arrive pas à contrôler cette maladie, c’est un véritable drame qui s’apprête à frapper les éleveurs », Anatole Zabre
Coup d’Etat au Burkina Faso : La suspension des cours dans les établissements scolaires prolongée jusqu’au 29 janvier 2022
Thèse de doctorat unique en sciences de la population : Pengdewendé Maurice Sawadogo interpelle le public sur le problème de la malnutrition chronique
Conversion de Saint Paul : Le petit séminaire de Tionkuy célèbre son saint patron
Archidiocèse de Ouagadougou : Dédicace du sanctuaire marial notre Dame des pauvres de Saponé
Coton et textile : En mode hybride, la 3e édition du SICOT va réunir plus d’un millier de participants
Protection civile au Burkina : La France offre du matériel aux sapeurs-pompiers
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés