LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina Faso : Le Mouvement des peuples citoyens, pour le jugement des terroristes par une cour martiale

Publié le mercredi 17 novembre 2021 à 22h30min

PARTAGER :                          
Burkina Faso : Le Mouvement des peuples citoyens, pour le jugement des terroristes par une cour martiale

Le Mouvement des peuples citoyens (MPC) milite pour la création d’une cour martiale au Burkina Faso. Ceci, pour juger les terroristes et leurs supplétifs locaux. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 17 novembre 2021 à Ouagadougou. La cour martiale, selon le mouvement, devrait juger les citoyens du Burkina qui pactisent avec le "diable" dans cette lutte contre le terrorisme.

Le Burkina Faso est en guerre contre le terrorisme, contre des Hommes armés non identifiés (HANI). Mais pour le MPC, ces individus sont bien connus. Il en veut pour preuve le fait que le ministre de la défense Barthelemy Simporé ait dit que la majorité de ceux qui attaquent le pays sont des nationaux. Ils ont donc fait le choix, selon le ministre, de rallier la cause des groupes armées terroristes. Le coordonnateur du mouvement, Idrissa Nogo, a révélé que des Burkinabè donnent les positions des forces de défense et de sécurité. Ceci, par un canal du « renseignement infiltré ».

Idrissa Nogo, coordonnateur du MPC

Idrissa Nogo, pour étayer sa thèse que ceux qui attaquent le Burkina sont des Burkinabè, cite le commandant Hervé Yé, responsable de la communication de la gendarmerie nationale. Celui-ci aurait dit, selon lui, que ce sont les enfants du pays qui posent les engins explosifs improvisés sur les routes, dans les champs et les villages. Au regard de tout cela, le MPC propose la création d’une cour martiale exclusivement constituée de militaires. Son rôle, explique Idrissa Nogo, « juger les terroristes et leurs supplétifs locaux ». Cette cour se veut donc comme un tribunal d’exception créé en temps de guerre pour juger les citoyens qui pactisent avec l’ennemi. A ce titre, la sanction doit être sans appel.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Dans le combat contre le terrorisme, Idrissa Nogo et ses camarades suggèrent de renvoyer au repos administratif certains officiers. Pour lui, un vrai chef meurt au front. Pourtant, les nôtres sont en ville, dit-il. Le président du Faso doit-il démissionner ? Non, plaide le MPC. Pour Idrissa Nogo, il doit rester et assumer. Pour cause, il a prêté serment de protéger les populations.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 17 novembre 2021 à 13:07, par Enervé En réponse à : Burkina Faso : Le Mouvement des peuples citoyens, pour le jugement des terroristes par une cour martiale

    Repos administratif de certains officiers ? Insuffisant. Des enquêtes doivent etre menées sur certains d’entre eux dont les informations circulant indiquent qu’ils ont construits des immeubles et mini-villas en pagaille à ouagadougou et ailleurs en utilisant des prete-nom. Il est inadmissible que pendant que des soldats meurent de faim sur le terrain, d’autres se la coule douce à Ouagadougou !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Infrastructures : Des journalistes sur la rocade de Koudougou
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée
Vaccination de routine : : 14 vaccinations (Dioula)