Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Pastoralisme : Le projet PRAPS-BF fait le point de ses activités

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • dimanche 14 novembre 2021 à 22h35min
Pastoralisme : Le projet PRAPS-BF fait le point de ses activités

Le ministère des Ressources animales et halieutiques a organisé, jeudi 11 novembre 2021 à Bobo Dioulasso, une rencontre-bilan de la mise en œuvre des activités de la phase 1 du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel-Burkina Faso (PRAPS-BF) pour le compte de la région des Hauts-Bassins. Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Tegwendé Modeste Yerbanga, a pris part à cette rencontre de redevabilité.

Il y a eu à cet effet une projection de film sur le PRAPS-BF, la présentation d’un cadre de résultats du PRAPS-BF et l’état de mise en œuvre du projet dans la région des Hauts-Bassins.

Il a été donné aux acteurs, l’opportunité d’échanger sur la pertinence et le caractère approprié et adapté des actions du PRAPS-BF, les délais de réponse aux attentes et l’efficacité des actions, la contribution réelle des actions du PRAPS-BF au renforcement des capacités et de résilience des économies locales.

Les participants.

Le PRAPS-BF vise à réduire la vulnérabilité des pasteurs et des agropasteurs à travers l’amélioration de la santé animale, l’amélioration de la gestion des ressources naturelles, la facilitation de l’accès au marché et l’amélioration de la gestion des crises pastorales. Les bénéficiaires du PRAPS sont les pasteurs, les agro-pasteurs, les interprofessions des produits animaux et les ménages vulnérables, soit deux millions de personnes dont 600 000 éleveurs.

Le projet est né de la volonté des chefs d’État de six pays membres de l’espace CILSS, lors du Forum de haut niveau du pastoralisme tenu à Nouakchott en octobre 2013. Il est mis en œuvre dans six pays du Sahel : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad. Il bénéficie de l’accompagnement financier de la Banque mondiale et de l’appui technique des organisations sous-régionales telles que la CEDEAO et l’UEMOA.

Photo de famille.

Le PRAPS-BF à une durée de six ans (2016-2021). Sa mise en œuvre a coûté 15 milliards 901 millions de F CFA, dont une contribution d’environ 5,6% de l’État burkinabè et des bénéficiaires.

Selon le ministre des Ressources animales et halieutiques, Tegwendé Modeste Yerbanga, cinq ans après la mise en œuvre du PRAPS-BF, il était normal de faire l’état des lieux, d’évaluer les investissements qui étaient prévus pour la région des Hauts-Bassins et de faire également une analyse critique du processus de mise en œuvre pour pouvoir dégager les insuffisances et les points forts. Ce projet a bénéficié d’une deuxième phase qui doit commencer en janvier 2022. Le ministre s’est dit satisfait de la conduite de ce projet qui est un modèle de projet d’intégration où, par exemple, l’ensemble des acteurs sont au début, au milieu et à la fin du processus.

Tegwendé Modeste Yerbanga, ministre des Ressources animales et halieutiques.

Il s’est également dit satisfait du taux d’exécution des activités du projet qui est de 94.4%, et a tenu à cet effet à féliciter l’ensemble des acteurs, tout en se disant convaincu que ce taux peut s’améliorer pour la mise en œuvre de la phase 2 qui commence en janvier 2022.

Pour Yaya Barry, le représentant des bénéficiaires, le bilan est très satisfaisant en ce sens qu’ils ont été impliqués dès le début du projet, qui a d’ailleurs été exécuté en fonction de leurs besoins. Il a souligné en ce sens que le projet leur a permis de régler les problèmes d’infrastructures, d’eau, d’abattage, de forages. Cependant, il a émis deux doléances pour la deuxième phase du projet. Il demande notamment la réalisation de pistes à bétails car, dit-il, « nous n’en avons pas à cause de problèmes de terre et nous ne pouvons plus continuer à rouler avec des véhicules qui, très souvent, percutent mortellement nos animaux. Nous demandons également des zones de pâturage car les espaces sont de plus en plus occupés, ce qui ne permet pas aux troupeaux de pouvoir pâturer. Nous recherchons l’eau et les herbes et sans ces deux, nous sommes obligés de nous déplacer ».

Yaya Barry, le représentant des bénéficiaires du PRAPS-BF.

Par ailleurs, le spécialiste suivi-évaluation du PRAPS-BF, Bernard Ismaël Konkobo, indique également que, de tous les pays membres du PRAPS, seul le Burkina a pu réaliser une infrastructure ; ce qui lui fait dire que le bilan est plus que satisfaisant.
La mise en œuvre de la phase 2 du PRAPS-BF devrait, en principe, débuter en janvier 2022.

Haoua Touré
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
Incendie du marché de “Sankar-yaaré” : « Les responsables du marché et la police n’ont pas fait leur travail », regrette Moussa Zoundi, commerçant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés