LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Urbanisation : Le pôle urbain de Bassinko bénéficie de l’accompagnement d’une mission d’appui-conseil

Publié le vendredi 10 septembre 2021 à 10h50min

PARTAGER :                          
Burkina/Urbanisation : Le pôle urbain de Bassinko bénéficie de l’accompagnement d’une mission d’appui-conseil

Le ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de la ville, Bénéwendé Stanislas Sankara, a, ce jeudi 9 septembre 2021 à Ouagadougou, présidé le lancement d’une étude de faisabilité pour la création d’un outil financier innovant qui contribuera à accroître le rythme de la production de logements dans le pôle urbain de Bassinko (périphérie nord de la capitale, Ouagadougou).

L’initiative est de la Commission de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) avec l’appui de la Banque mondiale. L’atelier (9 et 10 septembre 2021), qui doit permettre aux participants de comprendre, entre autres, les contours de la mission et d’échanger sur les problématiques spatiales et environnementales sur le site, consacre en même temps le lancement du projet.

L’étude sera menée par le groupement Kéré-avocats/perspective/Lumen consulting à travers des missions d’appui-conseil pour les opérations d’aménagement dans cette partie du grand Ouaga qui rencontre d’énormes difficultés d’opérationnalisation (financier, juridique, organisationnel). Le site est partagé entre les communes de Ouagadougou, Pabré, Tanghin-Dassouri (région du Centre) et Sourgoubila (région du Plateau-central).

L’accompagnement de la mission d’appui-conseil, qui dure 18 mois (juillet 2021-décembre 2022), va donc proposer un "dispositif pertinent" de solutions.
Selon le ministre de tutelle, Me. Sankara, cette offre de mission d’appui-conseil est une aubaine pour son département dans la production massive de logements abordables en faveur des couches populaires les plus vulnérables.

« Le président du Faso a fait de l’accès aux logements un des objectifs majeurs de sa politique des grandes réalisations. Force est cependant de constater que nonobstant les multiples efforts consentis, la modestie des ressources de l’Etat, conjuguée aux difficiles choix de priorisation actuelle centrée sur les questions sécuritaires, impactent malheureusement l’offre de logements qui demeure ainsi nettement inférieure à la demande. Celle-ci est particulièrement croissante dans la ville de Ouagadougou, principale ville qui concentre l’essentiel des activités socio-économiques du pays. La forte croissance démographique ces dernières années que connaît la ville de Ouagadougou induit nécessairement des demandes et des besoins croissants de logements décents », a-t-il expliqué. A l’en croire, le recours aux alternatives innovantes de mobilisation de ressources supplémentaires ainsi qu’à des mécanismes d’appui-conseil auprès des partenaires s’avère important pour accroître significativement l’offre de logements décents.

Selon le directeur par intérim de l’aménagement du territoire de l’UEMOA, Mame Marie Bernard Monteiro l’urbanisation galopante est source de multiples préoccupations qui entravent le bien-être des populations et le développement des Etats (insuffisances d’équipements et de services sociaux de base…). Après avoir cartographié les difficultés auxquelles font face les pays de l’espace de l’union en matière d’urbanisation, Mame Marie Bernard Monteiro a affirmé que tous ces défis sont des priorités prises en compte par les plus hautes instances de l’UEMOA à travers la politique d’aménagement du territoire communautaire et le programme indicatif régional de développement urbain, dont les actions concrètes voient le jour avec le présent projet. Il vise entre autres à développer et ajuster la structure financière et institutionnelle de l’opération de Bassinko, évaluer le partenariat public-privé et à améliorer l’attractivité commerciale de l’opération.

Pour le maire de Ouagadougou, par ailleurs président de la communauté des communes du grand Ouaga, représenté à la cérémonie par son premier adjoint, Moussa Belem, l’urbanisation est un phénomène galopant qui pèse sur les efforts de prévision des centres urbains en matières d’infrastructures socio-économiques. « Pour accroître l’offre de logements, l’Etat burkinabé a créé une ville nouvelle, en partenariat avec des promoteurs privés : le pôle urbain de Bassinko qui est situé à quinze kilomètres au nord de la capitale, sur une superficie totale aménagée de 906 hectares. Cet ambitieux projet permettra également de désengorger le grand Ouaga à travers la création d’un nouveau pôle de développement urbain », situe l’adjoint au maire, précisant que plus de la moitié de la superficie est, à ce jour, viabilisée.

O.L
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique