Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Lutte contre la corruption au Burkina : La plateforme numérique de l’ASCE prête à recevoir les déclarations d’intérêt et de patrimoine

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • jeudi 9 septembre 2021 à 22h45min
Lutte contre la corruption au Burkina : La plateforme numérique de l’ASCE prête à recevoir les déclarations d’intérêt et de patrimoine

Il est désormais possible de faire en ligne sa déclaration d’intérêt et de patrimoine. En effet, le contrôleur général d’État, Luc Marius Ibriga, a procédé, ce jeudi 9 septembre 2021, au lancement officiel de la phase officielle de recensement et d’enrôlement des assujettis à la déclaration d’intérêt et de patrimoine en ligne et du site internet (www.dip.bf) dédié à cela.

Le 3 mars 2015, le Conseil national de la transition (CNT), mis en place au lendemain de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, adoptait la loi n°004-2015/CNT portant prévention et répression de la corruption au Burkina Faso, obligeant certaines personnalités à faire une déclaration d’intérêt et de patrimoine. Au regard de leur nombre, plus de 5 490 personnes concernées, le législateur, en 2018, a autorisé que cette déclaration puisse se faire en ligne, sauf le chef de l’Etat, les membres du gouvernement et le président de l’Assemblée nationale.

Les participants ont eu droit à une démonstration de la procédure d’inscription sur le site

Suite à cela, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat a initié, avec l’appui financier de la Banque mondiale et du gouvernement burkinabè, une phase pilote de recensement et d’enrôlement des assujettis à la déclaration d’intérêt et de patrimoine. « Cette phase pilote a permis d’enrôler 659 personnes, de tester la fonctionnalité de la plateforme, d’opérer les ajustements nécessaires et d’en améliorer la convivialité », a assuré Urbain Millogo, contrôleur général d’Etat adjoint.

Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la santé, a assisté à la cérémonie
Maimouna Mbow Fam, représentante résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso

A l’issue de la phase pilote, Luc Marius Ibriga et ses collaborateurs estiment la plateforme prête pour enregistrer les différentes déclarations d’intérêt et de patrimoine. « A ce jour, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption dispose d’une plateforme opérationnelle à même de lui permettre de prendre en charge la mission de réception et de gestion des déclarations par voie électronique », a ajouté Urbain Millogo.

Le présidium de la cérémonie de lancement de l’opération de recensement et d’enrôlement des assujettis à la déclaration d’intérêt et de patrimoine

Le projet est soutenu financièrement par la Banque mondiale à hauteur de 473 444 203 francs CFA. Pour la représentante de la Banque mondiale, Maimouna Mbow Fam, la loi et la plateforme sont de vrais instruments de lutte contre la corruption. « En opérationnalisant cette loi, ça peut être un jalon important de résultats dans cette lutte contre la corruption et d’opérationnalisation aussi de nouvelles fonctions de l’ASCE-LC », a-t-elle indiqué.

Mme Mbow Fam s’est aussi réjouie que cette loi élargisse le champ d’action de l’ASCE-LC. « Avec cette loi, les responsabilités de l’ASCE ont été élargies à tout ce qui est lutte contre la corruption et investigation afin de découvrir les anomalies. C’est un grand pas dans la promotion de la gouvernance vertueuse », a-t-elle conclu.
Pour sa part, le Premier ministre, Christophe Dabiré, a réaffirmé, par la voix de son représentant à la cérémonie, Luc Marius Ibriga, son soutien au Contrôleur général d’Etat et à son équipe pour la réussite de l’opération.

-Luc Marius Ibriga a effectué le clic de lancement du site www.dip.bf

« Je comprends que le suivi de la fonctionnalité de la plateforme électronique de déclaration d’intérêt et de patrimoine constitue un enjeu et une préoccupation pour l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption. J’en aperçois le bien-fondé car notre quête de transparence et de redevabilité serait vaine si cet outil venait à être inopérant. Ce faisant, je tiens à rassurer l’ASCE-LC que mon gouvernement sera attentif aux éventuelles sollicitations et saura, le moment venu, dégager les ressources nécessaires pour la prise en charge des coûts récurrents relatifs à l’entretien de la plateforme », a-t-il soutenu.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Un atelier national sur la pauvreté multidimensionnelle des enfants se tient à Ouagadougou
Libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO : Un panel pour outiller les acteurs du grand-ouest du Burkina
Digitalisation des transactions douanières au Burkina Faso : Les plateformes SYLVIE et SYDONIA interconnectées
Maison de l’entreprise du Burkina Faso : Le nouveau directeur général, Karim Ouattara, prend officiellement les commandes
2e édition du mois du consommons local : « Avant d’importer, on va d’abord consommer local », Harouna Kaboré
Ministère de l’Économie et des finances : Les acteurs en pourparlers pour le financement du PNDES II
Fluidité du commerce du bétail dans la sous-région : Les fédérations de la filière signent une convention avec le ministère burkinabè de la Sécurité
10e édition de la « Retraite stratégique » de Coris Bank International SA : L’institution veut renforcer sa position sur le marché
Journées économiques du Burkina Faso 2021 : Les acteurs se penchent sur les stratégies de relance de l’économie burkinabè
Espace UEMOA : C’est parti pour la 2e édition du mois du consommer local
Transfert de fonds de la diaspora burkinabè : Un cadre de concertation participatif pour définir des mécanismes de facilitation des procédures
Deuxième Plan national de développement économique et social du Burkina : Près de 19 000 milliards de FCFA nécessaires pour sa mise en œuvre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés