Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Suspension de Oméga Médias : « Ce n’est pas pour faire diversion », se défend le Conseil supérieur de la Communication

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mercredi 9 juin 2021 à 23h40min
Suspension de Oméga Médias : « Ce n’est pas pour faire diversion », se défend le Conseil supérieur de la Communication

Après avoir suspendu, pour cinq jours, les programmes des médias du groupe Oméga pour « manquements graves dans le traitement de l’information relative à l’attaque de Solhan », le Conseil supérieur de la Communication s’est expliqué, ce mercredi 9 juin 2021, au cours d’une conférence de presse. Pour son président, cette suspension n’a pas été prise « pour faire diversion ou créer une affaire dans une affaire ».

D’entrée de jeu, le président du CSC, Mathias Tankoano, a clarifié que cette conférence de presse n’avait pas pour but de débattre sur la suspension du groupe Oméga Médias mais de parler de la responsabilité des journalistes. Qu’à cela ne tienne, une certaine opinion pense que cette « sanction » contre le média vise à détourner l’attention des Burkinabè de la crise sécuritaire.

Une vue des journalistes présents à la conférence

« Personne n’a dit que les médias sont responsables des attaques »

« Il ne faut pas faire de faux procès au CSC. Personne n’a dit que les médias sont responsables des attaques. Personne n’a dit que c’est en rappelant aux médias leurs devoirs que nous résolvons le problème d’insécurité. Nous nous sommes investis pour travailler avec vous. Ceux qui sont investis pour dégager les ministres et les chefs militaires qui sont responsables, ce n’est pas le CSC. Comment peut-on vouloir faire le lien entre les décisions du CSC et les sanctions qui ne sont pas prises, pour créer une affaire dans une affaire. En quoi voulons nous faire diversion ? », s’interroge Mathias Tankoano.

Une vue des conseillers du CSC

Les médias « épinglés »

Dans sa déclaration liminaire, il a indiqué que « neuf médias audiovisuels et neuf organes de presse écrite et de médias en ligne ont été épinglés », pour avoir relayé de fausses informations ou diffusé des images choquantes sur l’attaque de Solhan. Parmi ces médias, l’on retrouve la RTB télé et radio, LCA TV, BF1, 3TV, Burkina Info, Canal3 via France 24, Pulsar via Deutsche Welle, L’Observateur Paalga, Aouaga.com, Wakatsera.com, Boima.tv, Infowakat.net, Netafrique.net.

Abdoulaye Dao, directeur de l’instruction des plaintes et des études au CSC (au micro)

La radio nationale et RFI ont été convoquées pour une audition

« Une lettre d’observation est envoyée à ces médias pour leur dire de faire attention parce qu’ils ont manqué à leur obligation de vérification de la source. Ce n’est pas parce que c’est un média crédible qu’il faut reprendre l’information. Il y en a qui l’ont repris sans citer la source qui est Oméga », a indiqué Mathias Tankoano.

Selon Mathias Tankoano, la direction de la radio nationale et celle de radio France internationale ont été convoquées pour audition

Le président du CSC a également laissé entendre que la direction de la radio nationale et celle de radio France internationale (RFI) ont été convoquées pour audition « dans la perspective de décisions qui seront prises les concernant ».

« Nous ne pratiquons pas du deux poids deux mesures »

Critiqué parfois de porter des œillères quand les médias étrangers diffusent de fausses informations, comme ce fut le cas de l’attaque du 2 mars 2018 contre l’Etat-major général des armées, le CSC s’est défendu : « Nous ne pratiquons pas du deux poids deux mesures. Si à l’issue de l’audition, il y a lieu de suspendre RFI, nous serons... Nous ne pouvons pas être aussi exigeants avec nos médias nationaux et dire que nous avons peur ou que nous ne pouvons pas sanctionner les médias internationaux. Soyez rassurés ! Le rôle du CSC n’est pas d’étouffer les médias nationaux au profit des médias étrangers ».

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
“ASSURINO” : La plateforme digitale qui met en relation les assurés avec les professionnels agréés du secteur de l’assurance
Burkina : La coupure de l’internet mobile a impacté le fonctionnement des médias en ligne
Restriction de l’accès à Facebook : Des organisations de la société civile dénoncent une récurrence des violations des droits numériques au Burkina
Bobo-Dioulasso : Les journalistes invités à s’impliquer dans la campagne nationale d’intensification de la vaccination contre le covid 19
Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »
Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 258 vient de paraître
Promotion des droits des femmes : L’Association des femmes journalistes et communicatrices pour la citoyenneté (AFJ2C) est née
Burkina : Le Conseil supérieur de la communication exhorte les médias à informer sainement les populations
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Médias : Burkina 24 souffle ses dix bougies
Georges Damien, informaticien : « Il faut qu’on insère l’informatique dans les écoles, même depuis le primaire »
Soutenance/université Aube Nouvelle : Pascal Lonkou Yé se penche sur l’« Influence du community management dans le fonctionnement de Lefaso.net »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés