Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Gouvernance des entreprises burkinabè : « L’innovation permet de distinguer le leader du suiveur », dixit Tertius Zongo, président de l’AIGLE

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • jeudi 3 juin 2021 à 23h15min
Gouvernance des entreprises burkinabè : « L’innovation permet de distinguer le leader du suiveur », dixit Tertius Zongo, président de l’AIGLE

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration de l’Académie internationale pour la gouvernance et le leadership économique (AIGLE), intervenue ce jeudi 3 juin 2021 à Ouagadougou, l’ancien Premier ministre du Burkina Faso, Tertius Zongo, président de cette nouvelle académie, a fait une brève communication. Le thème a porté sur « Etre leader dans le monde économique au Burkina Faso ». Pour disséquer cette problématique, le « Keynote Speaker » a expliqué le concept de leader, comment développer sa capacité pour être leader, et quels sont les obstacles à l’innovation qui transforme en leader.

Plus de 80% des entreprises qui sont créées sont des entreprises familiales. Cela veut dire que moins de 20% sont créées sous la forme de personnes morales. Plus de 50% de ces entreprises évoluent dans le secteur du commerce, au moins 30% dans le secteur de service, 12% dans l’industrie prenant en compte l’industrie extractive, et 7% dans le secteur de l’artisanat. Voilà exposée la cartographie du monde économique au Burkina par le « Keynote Speaker », Tertius Zongo, lors de sa communication à la cérémonie d’inauguration de l’Académie internationale pour la gouvernance et le leadership économique (AIGLE).

D’après lui, il y a une difficulté d’ascension et de survie des entreprises qui perdent leur fondateur. En effet, lorsque le fondateur meurt, tous les fleurons qu’on voit perdent quelques feuilles ou perdent tout ; rarement on voit de nouvelles feuilles pousser. L’autre constat, c’est que les entreprises qui ont une certaine taille sont trop dépendantes des marchés publics.

« Vous ne pouvez pas influencer si vous n’avez pas de respect pour les valeurs cardinales de la citoyenneté »

Une des caractéristiques communes aux entreprises burkinabè, c’est qu’il y a toujours un cumul de la propriété et de la gestion de l’entreprise. « Même dans les entreprises où il y a un semblant de séparation entre la direction et l’entreprise, le contrôle qui devrait être fait ne tient pas la route. Du favoritisme à certains endroits, de l’intolérance à d’autres endroits. Tous les employés ne sont pas traités sur le même pied », a décrié l’ancien Premier ministre. Il a fait savoir tout de même que malgré tout, il y a des efforts de modernisation avec l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans les entreprises.

De la conception du mot leader

Citant John Maxwell, grand expert en leadership, M. Zongo a indiqué qu’être un leader, c’est influencer. « Si nous partons de cette définition, il est très clair qu’être leader dans le monde économique, c’est être une entreprise qui influence le milieu des affaires », a-t-il déduit. Pour lui, le leadership se mesure par le fait que des gens vous suivent et apprennent à votre école. Par conséquent, on peut être un leader dans nos pratiques de gestion, sur les produits que nous offrons, sur la manière d’offrir nos services à la clientèle, etc. « Malheureusement, c’est tout le contraire de ce que nous voyons très souvent. C’est plutôt l’esprit de vouloir dominer, de vouloir écraser, quelquefois en passant par des pratiques anormales », a-t-il regretté.

Du développement de sa capacité à être un leader

Si être leader c’est influencer, Tertius Zongo déclare que l’une des clés de l’influence, c’est l’innovation. Paraphrasant le regretté Steeve Jobs, ex-co-fondateur d’Apple, il soutient que l’innovation permet de distinguer le leader du suiveur. Ainsi, sur cette base, on peut convenir qu’on ne peut pas influencer si on n’innove pas, si on n’a ni vision, ni démarche stratégique. « Pour être leader, il faut non seulement démontrer des résultats mais aussi avoir des relations avec des gens qu’on met en confiance et à qui on fait sentir qu’ils sont utiles. Vous ne pouvez pas influencer si vous n’avez pas de respect pour les valeurs cardinales de la citoyenneté », a-t-il mentionné. Ces valeurs cardinales, a énuméré Tertius Zongo, sont la civilité, le civisme et la solidarité. « Celui qui croit qu’il peut réussir seul sans les autres, n’a pas le mental de leader », a-t-il terminé sur ce point.

Quels sont les obstacles à l’innovation ?

A en croire le président de l’AIGLE, le premier obstacle, c’est l’inertie du fait qu’arrivées à un certain niveau, les entreprises ne veulent plus prendre de risques. Elles estiment parfois avoir trop à perdre et perdent du coup leur influence. Le deuxième point évoqué, c’est que les entreprises qui innovent savent qu’il faut parfois sacrifier le veau sacré pour pousser plus haut les limites de l’influence. Le troisième point, c’est la culture de la peur de l’échec ou de la réprimande.

Les participants applaudissant la communication de Tertius Zongo.

A ce sujet, il a démontré que si les employés ont peur d’être sanctionnés à cause de leurs erreurs, ils n’essayeront pas des choses nouvelles. Ces entreprises adhèrent à la philosophie selon laquelle le problème ce n’est pas l’erreur, mais plutôt la répétition des mêmes erreurs. Le quatrième point, c’est l’excès de confiance et d’arrogance. Si la confiance en soi est essentielle, l’excès de confiance en soi peut vous aveugler au point de ne pas voir les changements qui s’opèrent autour vous.

Il s’agit d’ailleurs du premier facteur d’échec. Le dernier point, c’est la gestion rigide de son entreprise. « On ne devrait pas avoir un regard toujours focalisé sur les résultats. Dans nos cultures, c’est très souvent la tête qui décide et le bas exécute, si bien que les idées ne remontent pas. Dans les entreprises qui sont performantes, on note que bien souvent, les innovations viennent de la base. Parce que la base est celle qui est en contact avec les réalités, d’où la mise en place d’un mécanisme de remontée des informations de base vers le sommet, afin de prendre des mesures adaptées », a-t-il conseillé.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le FONA-DR se dote d’un nouveau plan stratégique de développement pour la période 2021-2025
Affaire « Centrale électrique de Komsilga » : SOPAM SA saisit les comptes bancaires et les biens du Groupe Bolloré dans cinq pays
Conseil burkinabè de l’anacarde : Une rencontre pour faire le bilan des tournées d’information et de sensibilisation sur l’agrément professionnel
Des ressources pour l’Association internationale pour le développement : Le plaidoyer de l’Administrateur de la Banque mondiale auprès du chef de l’Etat
Entrepreneuriat au Burkina : Les financements alternatifs au cœur d’une conférence-débat
Economie : Le Projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des PME va à la rencontre des parties prenantes
ATLANTIQUE MOBILE : Une application innovante, intégrant des fonctionnalités inédites et exclusives
Agence de crédit pour l’entreprise privée (ACEP) : La 9e agence inaugurée à Ouahigouya
Financement des économies en Afrique de l’Ouest : Le gouverneur de la BCEAO échange avec le président du Faso
Jeux de hasard au Burkina : Plus de 2 300 machines à sous non conventionnelles saisies
ATLANTIQUE MOBILE : Une application innovante, intégrant des fonctionnalités inédites et exclusives
Développement des entreprises : Yons Associates Group échange avec ses partenaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés